Le blog crudivegan, l'alimentation vegan et cru

Retrouvez toutes mes découvertes, analyses, partages, etc.

Anne Marie

Anne Marie

Je partage avec vous mes découvertes, inspirations, recettes simples et délicieuses, mes astuces et idées pour vivre en pleine santé, ma vision de la vie et comment la joie fait partie de moi tous les jours.

Mon histoire

Boutique & références

Ebook alimentation vegan crue

Découvrir
d'une alimentation crue

et recevez la newsletter Crudivegan

En soumettant ce formulaire vous acceptez que vos informations soient utilisées uniquement dans le cadre de la relation commerciale éthique et personnalisée qui peut en découler. Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’opposition et de suppression des données qui vous concernent. Nous vous invitons à prendre connaissance de notre politique de protection des données.

Archives Crudivegan

Quid des céréales, légumineuses, légumes racines et légumes fermentés ?

Dans cet article, je disais que nous ne sommes en aucun cas des carnivores, mais que nous sommes, nous Humains, faits pour manger des fruits, sucrés ou non (tomates, concombres, poivrons, courgettes) en majorité avec des feuilles vertes, et quelques noix, amandes, ou graines de tournesol, chia, etc. ou fruit gras. Exit les produits animaux et bienvenue aux végétaux entiers, frais, complets, non transformés.

légumineuses
légumineuses

 

On peut se demander alors si les féculents font partie  des bons aliments à recommander ?

La famille des féculents regroupe l’ensemble des produits sources de glucides complexes :

  • céréales (blé, riz, maïs, seigle, orge, avoine, sorgho, millet, sarrasin, quinoa) en grains ou préparés sous forme de farines;
  • les légumes secs (aussi appelés légumineuses);
  • les tubercules et racines (pommes de terre, patate douce, carottes, navets, panais, radis, betteraves, daïkon, chou rave, céleri rave).

En principe un crudivore, pur et dur, ne mange pas de céréales, ni légumineuses (pois chiches, haricots rouges ou blancs, fèves, lentilles, pois etc.) puisque ces légumes se mangent cuits (à quelques exceptions près).

Encore que je trouve difficile parfois, de définir certaines plantes. Le quinoa par exemple, n’est pas une céréale, contrairement à ce qu’on nous dit parfois, mais il fait partie de la même famille que la betterave et les épinards (les chénopodiacées).

De même les petits pois sont considérés par certains comme un légume et d’autres, plus justement, comme une légumineuse. « D’un point de vue botanique, le petit pois (pisum sativum) est une plante classée dans la famille des légumineuses (comme les lentilles, pois chiches, haricots blancs …). On en consomme les graines encore immatures (petits pois verts), avec leur cosse (pois mange-tout) ou les graines matures sèches (pois cassés).D’un point de vue nutritionnel, par contre, les petits pois sont traditionnellement classés parmi les légumes, bien que leur composition soit atypique. En effet, si leur teneur en vitamines, sels minéraux et fibres alimentaires les rend comparables aux autres légumes, ce n’est pas le cas de leur composition en protéines et glucides. Avec 5 à 6% de protéines, les petits pois se situent à mi-chemin entre les légumes (1 à 3%) et les légumineuses cuites (6 à 10%). La qualité de ces protéines est identique à celle des légumineuses. L’apport en glucides est également nettement supérieur à celui des légumes, mais n’atteint tout de même pas celui des légumineuses. »(sge-ssn.ch)

Ou encore le sarrasin, qui, comme on me l’a fait remarquer, n’est pas une céréale, mais la graine d’une plante à fleurs. On fait de la farine et des pains, des galettes avec du sarrasin, d’où la confusion.

sarrasin germé
sarrasin germé

La sarrasin peut se manger germé : tremper les graines pendant 20 minutes. Puis les égoutter et les laisser germer 24 heures, en les rinçant de temps en temps.

Les céréales

Les céréales, blé, riz, seigle, orge, avoine, sorgho, millet, sarrasin (voir plus haut) sont indigestes crues. Il faut les cuire, et comme leur goût est assez fade, les cuisiner en leur ajoutant sel, matières grasses, épices et sauces. De ce fait, elles deviennent rapidement lourdes et encrassantes pour nos organismes. Une fois cuites, elles restent difficiles à digérer, car elles sont constituées de sucres complexes qui doivent être casées et réduites en sucres simples. Comparées aux fruits, qui sont eux constitués de sucres simples, on comprend pourquoi deux repas qui apportent tous deux des sucres, l’un de fruits, et l’autre de riz (pâte, crêpe, pain, etc.), c’est le premier qui ne fatiguera pas notre organisme, alors que le second nous laissera sur les genoux ! Et oui… les plats de pâtes avant la course ou l’effort en général ne sont pas les meilleurs du tout !

D’autant que, comme je viens de le dire, les céréales ont été entourées d’aliments qui en rajoutent une couche dans la complexité du repas.

Dans cet article de 2012, https://crudivegan.com/devons-nous-manger-des-cereales.html, j’expliquais les méfaits des céréales. Par la suite, nous avons essayé à la maison d’ajouter une céréale, pâtes de maïs, ou de riz, certains jours où nous n’avions pas mangé (ou pas trouvé) assez de fruits mûrs. Mais nous avons vite arrêté : cela ne nous permet pas d’être au meilleur de notre forme, le repas nous parait fade, il manque de couleur, il n’est pas vivant et nous sommes moins satisfaits qu’avec une bonne grosse salade de légumes.

Encore une fois, je trouve que la meilleure alimentation possible est végétale et crue. Des fruits frais, des salades avec divers aliments de différentes couleurs, des petites sauces simples… miam ! A manger à volonté ! Mais ajouter des céréales ne va pas mettre en péril tous vos efforts non plus… il faut faire des essais et voir ce qu’on ressent.

Lisez aussi Grain Damage de Graham…

Les légumineuses

Personnellement je mange de temps en temps des petits pois et des fèves crues en salade (pas ensemble !)… c’est délicieux !

Mais en règle générale, il est bien évident qu’une légumineuse ne se mange pas crue : non seulement parce qu’elle serait indigeste, mais aussi toxique. Alors certes, les légumineuses sont riches en protéines. Cependant je rappelle qu’il est inutile, voire dangereux de rechercher à tout prix une alimentation riche en protéines, puisque des études ont montré que 10 % de ses calories sous forme de protéines seulement sont nécessaires.

Les légumineuses sont riches en acide aminé appelé méthionine, qui contient beaucoup trop de souffre minéral acide, pas du tout de vitamine C, et trop de sucre; Les gens ont souvent mal au ventre car il n’est pas facile de digérer les légumineuses. Nous secrétons très peu de l’enzyme qui les digère, l’amylase salivaire (ptyaline) ou d’amylase pancréatique.

Si vous avez envie de manger des pois chiches ou des lentilles de temps en temps, 1 fois ou 2 par trimestre, alors faites-les cuire, avant cela faites-les tremper. Quelques bouchées d’houmous de pois chiche, une cuillère à soupe de lentilles… pourquoi pas ?

Voici deux vidéos : https://crudivegan.com/2014/04/houmous-pois-chiches-ou-courgettes.html Je cuisine deux versions de l’houmous, pois chiche et courgette, sans huile bien sûr.

Dans celle-ci https://crudivegan.com/2014/05/des-recettes-des-idees-des-repas.html, vous verrez qu’exceptionnellement, j’ai mis des lentilles dans une salade.

Certains mangent aussi des légumineuses germées… moi, j’ai du mal ! Les légumineuses contiennent des antinutriments, comme l’acide phytique, les lectines, le gluten, l’acide oxalique, l’acide hydrocyanique qui empêchent ou réduisent l’assimilation des nutriments par l’organisme, comme le calcium par exemple. Ces antinutriments sont fabriqués par la plante pour se défendre contre leur prédateurs. Elles contiennent des enzymes inhibitrices et légèrement toxiques. Beaucoup de légumineuses contiennent des oligosaccharides, un sucre complexe. Les humains ne possèdent pas les enzymes nécessaires pour casser ces sucres là, ce qui fait que de larges molécules passent dans le système digestif presque intactes. Dans le gros intestin, ces sucres fermentent en présence de bactéries et provoquent des gaz !

Seul le quinoa peut se manger cru, voir comment faire germer le quinoahttps://crudivegan.com/2014/08/la-journee-dune-crudivore-vegetalienne.html (j’en parle ici même si ce n’est pas une légumineuse !!)

 

Bref, à mon avis, les haricots ou lentilles ou pois chiches germés ne sont pas bons pour notre santé. Mais je sais que de nombreux crudivores les mettent à leur table… donc le débat est ouvert !

Docteur Michael Greger par exemple, a souvent expliqué dans ses supers courtes vidéos, les bienfaits des légumineuses. Mais il s’adresse au large public qui mange la traditionnelle et épouvantable SAD (Standard American Diet), soit l’alimentation américaine classique, pas très différente de la notre en France. Il amène ce public à remplacer les viandes et produits animaux par des végétaux. Pour des personnes déjà végétaliennes crudivores, je ne pense pas que les légumineuses apportent un plus. Sauf à mettre de la variété sporadiquement dans son assiette.

carottes et radis

Les racines et tubercules

Considérés comme des légumes, ce sont des végétaux  que l’on peut manger crus, telles que les carottes, radis et daïkon (sorte de gros radis japonais très bon), les betteraves, etc. sauf les pommes de terre qu’il est nécessaire de cuire. Mais même les patates douces se mangent crues, vous pouvez voir mes supers spaghettis crus ici : https://crudivegan.com/2014/02/savez-vous-faire-des-spaghettis-de-toutes-les-couleurs.html.

Ces « légumes » sont tout à fait bons mais plus difficiles à digérer que des salades ou des fruits, du fait de leurs fibres dures. C’est pourquoi comme les choux, il est préférable de les râper, mixer, « blender » (mot inventé mais explicite), en faire des jus, les couper en julienne fine, ou en spaghettis (voir plus haut) pour les apprécier pleinement. Il convient également de ne pas en faire la base de son alimentation.

Que dit Graham, l’auteur de The 80/10/10 Diet à propos des racines ? Que les mangeurs de racines dans la nature,ont un museau pour fouiller le sol et que les racines ne nous sont pas appétissantes car pleines de terre à nettoyer. Bref, il n’est pas pour. Bon ! Moi personnellement, je trouve très tentante une carotte à croquer et une betterave à râper… mais cela n’engage que moi !

 

Les produits fermentés

Un aliment fermenté, c’est un aliment qu’on a mis dans du sel ou dans une saumure, à l’abri de l’air (anaérobiose). Au bout d’un moment des microbes vont secréter des substances, entre autres de l’acide lactique, du gaz carbonique et divers enzymes. C’est la fermentation. L’aliment devient acide jusqu’au point où la fermentation s’arrête.

Exemples d’aliments fermentés : boissons alcoolisées, pain, yogourts, fromages, charcuteries et légumes fermentés (chou, carotte, panais, betterave, concombre, cornichon, oignon), ou par transformation des sucres en acide acétique, fabrication du vinaigre. Je pense aussi aux produits fermentés à base de soja, natto, tempeh, miso (s’il vous vient l’envie de manger du soja ou ses dérivés, lisez Soja – Ami ou ennemi de notre Santé ?, vous y réfléchirez à deux fois ! Toutefois je note que les scientifiques se déchirent à propos du soja et je vous invite à faire votre propre recherche.).

Il parait que ce mode de préparation préserve les vitamines et les éléments nutritifs des aliments,  vitamine C et celles du groupe B, PP et K en particulier. On lit que la fermentation améliore la digestibilité des produits et leur assimilation par notre organisme et  renforce  aussi l’efficacité de notre système immunitaire.

Mais, Graham, dans The 80/10/10 Diet, dit  » les américains mangent des substances décomposées et fermentées qu’on appelle « aliment ». Les glucides sous l’action de champignons et de bactéries produisent de l’alcool, acide acétique (vinaigre) et acide lactique, du méthane et du dioxyde de carbone. Les protéines putréfiées décomposées donnent des composés toxiques. Les graisses rancissent quand elles s’oxydent et se décomposent… tous ces poisons qui entrent dans notre système, créent faiblesse, maladie, cancers et tumeurs; Ces aliments qui ne se consommeraient pas sans ustensiles et bocaux dans la nature, peuvent être catégorisés comme non naturels et certainement pas comme de la nourriture à utiliser pour notre subsistance. » Il parle du fromage, viandes fermentées, alcool et légumineuses fermentées. Les légumes fermentés ne sont jamais cités dans son livre.

Bref, dites-nous dans les commentaires ce que les aliments fermentés vont ont apportés. Moi, j’avoue ne pas apprécier le goût des choux, carottes et autres produits vendus en bocaux. Je ne mange bien évidemment pas de fromage et je ne bois plus d’alcool. J’utilise du vinaigre, de temps en temps, dont les mérites sont vantés ici ou là. Là encore, on trouve des pour et des contre acharnés.

Faites l’expérience, goûtez, écoutez votre ressenti.

 

Partager facilement l'article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Découvrez d'autres articles similaires

35 réponses

  1. Bonjour Anne-Marie,
    un grand merci pour ce blog riche en infos et idées ! Tu m’as aidé à rectifier quelques petits écarts dans ma diete quotidienne, et je m’en porte bien mieux !
    La fameuse sauce à l’orange : un délice !!! et un classique à présent 😉

    Dans l’article d’aujourd’hui, une petite erreur s’est glissée sous la photo de sarrasin germé (et non quinoa 😉 )
    Très bonne journée
    et merci pour ton énergie que tu mets à la disposition de nous tous.
    Camille

  2. Bonjour Anne-Marie,
    je me permets d’apporter une petite précision à votre article, le sarrasin que vous classez dans la catégorie des céréales n’en est pas une, et peut se manger germé au même titre que le quinoa. D’ailleurs la photo qui illustre l’article est du sarrasin germé et non du quinoa 😉
    Bonne journée
    Nathalie

  3. Bonjour, sauf erreur de ma part, l’image avec la légende « quinoa germé » est en fait du sarrasin, caractéristique de par sa forme triangulaire. Personnellement, je n’ai jamais remarqué que le maïs cru (grains prélevés sur l’épi) était indigeste, de même pour le sarrasin. Depuis peu, on trouve des flocons d’avoine crus (germés puis déshydratés à 40°) qui sont plus digestes (et délicieux), je trouve, que les flocons d’avoine classiques. Après, ce qu’ils m’apportent ? Rien de spécial hormis le plaisir gustatif…

      1. Pourtant le mot maïs est bien mentionné dans cette phrase : « Les céréales, blé, riz, maïs, seigle, orge, avoine, sorgho, millet, sarrasin (voir plus haut) sont indigestes crues. » 😉

        1. La réalité c’est que nous pouvons digérer qu’une petite quantité d’amidon cru, très compliqué a décomposer pour l’organisme vu le peu d’enzyme décomposant les amidons dont nous disposons même si nous sommes les primates qui en avons le plus, que tu les consommes cru sans avoir de maux digestifs ne veut pas dire que tu les a complètement digérer(décomposé et assimilé l’entièreté)

          La cuisson facilite grandement ce travail en cassant ces molécules~

  4. Bonjour Anne-Marie et merci pour toute ces délicieuses recettes et l’ambiance qui va avec.
    Je mange des légumes lactofermenté que je fais moi même ce qui me permet de les faire sans sel. J’aime bien le gout et je les trouve pratique en voyage. Je n’en mange que 2 ou 3 fois par mois. ça change de gout de couleur et de texture.
    Quand je suis passé à l’alimentation crue (il y a 6, 7 ans, je ne sais plus) j’ai mangé beaucoup de grènes germé et puis quand les jus (fruit légume) sont rentré dans ma vie les grènes germés en sont sortie sans que je m’en rende conte…
    Plein de bonnes choses à vous et encore merci
    Madeleine

      1. Ha ha ha, c’est mon secret !! (que je partage volontiers)J’ensemence mon eau avec 20% de jus d’une ancienne lactofermentation. Comme je fais cela depuis longtemps il n’y a plus de sel dans mon jus. Pour les lactofermentation ou je ne rajoute pas d’eau. J’ensemence avec 20% du pois des légume avec mon ancien jus.
        Cet été on ma donné 10k (oui oui 10k) de très gros cornichons. J’en ai fais du jus que j’ai lactofermenté. C’est bien agréable d’avoir du jus cru sous la main. Il n’est presque pas acide et délicieux !!
        Bonne soirée

        1. Faire des bocaux lacto-fermentés sans sel est absolument POSSIBLE de par mon expérience de débutante estivale 2014.
          Peu sûre de moi, dans mes premiers essais, j’ai mis une ou deux cuillerées de plasma de Quinton isotonique, suite à une vidéo de Vivecru, et surtout la lecture du blog de Marie-Claire Ni cru ni cuit, ou encore le site Nimasadi.

          http://www.nicrunicuit.com/archives/2014/03/08/29391651.html
          (J’émets des commentaires sur cette tentative)

          Le goût n’a rien de salé au final et l’on échappe au sel, qui industriel, est probalement chargé de nano-technologies aujourd’hui.
          Ayant généralement une petite bouteille de ce plasma au frais (je suis assez proche de la baie de Saint-Malo d’où est extrait l’eau de mer et de petits conditionnements de 50 cl ou 1 litre sont commercialisés à « moindre frais » – si l’on pense que le liquide est vertueux voire sain – tout est relatif !), je continue d’en verser si un flacon est ouvert, mais j’ai rempli des récipents sans ajoût, lors d’une série, plus en confiance (j’attends cependant leur ouverture avant certification !).

          Quelques aides naturelles peuvent donner le coup de pouce bactériologique, comme les feuilles de framboisier, ou des végétaux très sucrés. Les réactions de fermentation sont d’ailleurs spectaculairement liées au sucré des ingrédients, selon ma jeune pratique.

          Quant à ce que vous écrivez, Anne-Marie : pas terrible, cette transformation anaérobie pour nous !

          Je suis très attirée par les végétaux en conserve de cette sorte, je les trouve à mon goût ou plutôt intrigants : je souhaite les explorer davantage que ce que j’ai fait pour l’instant en termes gustatifs. Beaux à voir, j’apprécie qu’ils échappent à la contrainte du tout frais parfois difficile à suivre de plus (coût et rythme de courses) : voilà une grande déception du jour à approfondir, elle aussi.

  5. Bonjour,

    Je suis profondément surprise de votre article en ce qui concerne en particulier les légumineuses. A ma connaissance, toutes celles que vous citez contiennent de la vitamine C, dans des proportions différentes et qui s’élèvent avec la germination.
    Vous n’avez pas précisé quand vous conseillez de faire tremper les légumineuses avant de les consommer qu’il faut impérativement les rincer avant de les faire cuire. Ce trempage est la pré-germination qui permet de dégrader les substances phyto chimiques (lectines, purines, saponines etc, à la toxicité toute relative)d’où l’importance de bien les laver avant cuisson ou germination.
    D’autre part la germination rend en principe les légumineuses extrêmement digestes. Je n’ai jamais eu aucun gaz ou ballonnement depuis que je les consomme germées…
    De mes connaissances et expériences personnelles(nous sommes bien d’accord que tout ce que je dis vient de connaissances récoltées au cours du temps et vérifiées par mon expérience, il s’agit uniquement de mon point de vue !), il est possible de consommer des céréales complètes crues moulinées finement . J’en consomme joyeusement tous les matins: orge, avoine, riz (l’équivalent de 2 cuilleres à café)et je m’en porte bien…

    Pour la petite histoire, j’ai passé une coloscopie de contrôle hier (problème de polype dans la fratrie), tout va bien et le médecin m’a dit, surpris, qu’il n’avait jamais vu un intestin aussi propre et « joli » que le mien (55 ans)!
    Pour moi, il est important de varier ce que je mange et les légumineuses germées en petite quantité me paraissent une bonne alternative.
    Cordialement

    1. La vitamine C est hydrosoluble donc peu importe la teneur initiale, le trempage (qui dure généralement autour de 10 heures, voire plusieurs jours) l’élimine entièrement. Idem pour toutes les vitamines hydrosolubles, le trempage, même pour quelques minutes, altère leur teneur. Donc le processus pour rendre les légumineuses consommables a généralement pour conséquence de détruire les vitamines présentes.

  6. Merci Anne marie pour ce long article très fouillé et très précis !!! Il m’arrive personnellement de manger de temps en temps qq légumes lacto-fermentés, que je mets dans une salade composée mais en très petite quantité car je trouve ça sinon trop acide…. A petite dose, je n’ai pas de problèmes mais ça ne me semble pas indispensable, c’est juste que j’en aime bien le goût ! En fait j’avais surtout acheté des bocaux de chou blanc et chou rouge, je pensais que ça m’aiderait à manger un légume que je ne pensais pas digérer mais mais mais… mais j’ai mangé du chou rouge haché très fin et je n’ai eu aucun problème !!! Pour le reste, je confirme que récemment j’ai remangé un peu de riz complet cuit car je suis en recherche d’aliments concentrés pour reprendre qq kg (j’ai du mal à manger assez…) mais bon c’est juste le soir pcq après, il ne faut pas espérer être bien vif (ni physiquement ni mentalement !!!) ;o) !!!!

    1. Oula les châtaignes cuites c’est très très bon et riches en nutriments même cru je crois mais dur et amidon cru donc en petite quantité, pas facile a décortiquer cela dit cru et même cuit malheureusement! D:
      Il semble que ca soit plus digeste et sain que les céréales et les légumineuses mais très riche en fibres donc a tester, il est difficile d’en manger beaucoup~

  7. Bonjour Anne-Marie,

    Pour ma part j’aimerais souligner le fait que je pense qu’il est intéressant d’intégrer du sarrasin ou du quinoa germé, car ce sont des pseudos-céréales (donc sans gluten) et que le processus de germination élèvent considérablement leur potentiel nutritionnel (plus de protéines, vitamines, minéraux). Par ailleurs , il est tout à fait possible de faire germer des légumineuses car la germination permet justement d’ôter les inhibiteurs d’enzymes et donc de rendre le produit bio-disponible et plus digeste. Pour les légumes lacto-fermentés, je pense qu’il est important des les intégrer en petite quantité dans l’alimentation cru car il apportent de la variété, sont digestes et contribuent à l’entretien de la flore intestinal. Enfin je pense que les racines et tubercules ne sont pas à ignorer non plus car ils apportent des glucides, de la variété alimentaire et du plaisir gustatif. Je ne consomme pas tous ces aliments de façon très importante mais ils représentent pour moi des aliments vivants sains qui permettent de manger autre chose que des fruits et aussi de réduire la facture alimentation. Bonne journée et merci pour tout votre travail et votre soutien à nous tous, les lecteurs.

  8. Bonjour AM,

    On parle rarement des châtaignes. C’est un fruit amidon, comme la banane. On peut l’acheter entière ou en flocons. Mon avis personnel, est qu’il est intéressant d’utiliser ce fruit à la place des céréales, sous forme de flocons, que l’on fait tremper et que nous pouvons éventuellement mouliner pour en faire une crème.
    Cela remplace avantageusement les céréales, en apportant des vrais sucres de fruit !

  9. Bonjour Anne-Marie! C’est très intéressant ce que vous nous dites et vous en remercie. Mais je me permets de dire que la consommation de céréales (quelles qu’elles soient) n’est pas bon du tout même occasionnellement et pire pour quelqu’un qui a des intestins fatigués! Moi je n’en mange plus du tout et si j’essaie c’est la catastrophe! C’est les céréales ainsi que le lait de vache qui me provoquaient la forte constipation et la dépression que j’avais depuis 23 ans! Ce n’est pas étonnant car cette colle empêche le bon fonctionnement des intestins…quant au gluten c’est encore pire… Bonne continuation!

    1. Coucou AMarie, et ses ‘crudinets, crudinettes’ !

      Heu, moi c’est zéro cereales, vraiment peu de petits pois cru en saison et du jardin.
      Jamais de riz sarasin, quinoa, teff, lentilles etc….
      Un peu de graines germées lorsque je partage un repas cru avec mes voisins, ils adorent.
      Je les ai reçu hier et leur ai fait le ‘gâteau Anne Marie’ : bananes/pommes/sauce dattes, ils se sonr régalés ! j’ai converti ma petite voisine’ de 83 ans aux JUS, elle en est accro !
      Pour le fermenté, j’en ai fais beaucoup, j’en fais encore mais peu et au jus (comme Madeleine) Avant c’etait au vinaigre.
      Ce qui me comble : LES FRUITS/ les FEUILLES VERTES/ les légumes/fruits et les JUS.
      Le soir j’aime une patate douce ‘vapeur’ ou une ‘pommes d’or’ ou aussi des ‘patidous’ (gout chataigne) de ma récolte. ce sont des petites courges. Je prends avec une sauce aux herbes sauvages de mon jardin (en permaculture…débutante, mais je vois deja que ça marche bien)
      Je suis si bien que rien ni personne ne me fera changer.
      Bisous à tous et toutes.
      Monique.

  10. Bonjour,voici l’avis du docteur norman walker sur les pommes de terre cru:elle contient des sucres naturels tres digestibles que la cuisson transforme en amidon.manger de la viande avec des pdt cuites stimule l’agent toxique de la pomme de terre ,la solanine(un poison alcaloide plus present dans les pdt trop vertes)qui presente une affinité avec les nerfs controlant les organes sexuels.Ceci,combiné a la présence d’acide urique issus de l’ingestion de viande peut entrainer une irritation excessive de ces organes.Les personnes affectées de maladies vénériennes et de forte pulsions sexuelles devraient éviter la consommation de ces tubercules.Le jus de pdt crues en revanche est indiqué pour éclaircir les tavelures de la peau.Cette faculté de nettoyage est due a la haute teneur en potassium,soufre,phosphore et chlore de la pdt crue.Les pdt crues bios sont tres savoureuses,appréciées d’un grand nombre de gens,et leurs qualités nutritives sont incontestables.Le jus crus est un vigoureux nettoyeur du systeme,surtout en association avec le jus de carotte.Associé au jus de carottes-céleri le jus de pdt est une bénédiction pour les personnes souffrant de trouble gastriques,nerveux et musculaires,en particulier la goutte et la sciatique.50cl par jour de ce mélange,complété par 50cl de jus de carotte-betterave-concombre,a souvent apporté a mes malades un soulagement complet en un temps étonnament rapide.Je précise que viande et poisson avaient été totalement bannis de l’alimentation.L’emphyseme pourra etre soulagé par un mélange carotte-persil-pdt. Voila ,personnellement,je n’aprécie pas tellement le gout.je n’ai jamais testé en jus surement que la qualité gustative differe selon les variétés.Y a-t il des amateurs?Un bonjour de l’ile de la Reunion ou les mangues arrives a maturité,puis bientot les letchis un vrai délices.Les animaux sont nous petits freres et soeurs et je ne mange pas mes freres et soeurs!Benedictions et lumieres a tous.

    1. La cuisson n’a aucunement la capacité de transformer des sucres simples en amidon, c’est plutôt le contraire qui est possible dans une certains mesure, et en plus les pommes de terres crues sont composées presque uniquement d’amidon~

  11. J’ai toujours lu que le soja fermenté était le seul valable. Je suis étonnée que vous mettiez le tofu non fermenté dan le même sac que le natto, le miso ou le tempeh qui sont eux fermentés. Surtout qu’on peut tout à fait faire du tempeh dans la nature. Il est d’ailleurs préparé traditionnellement dans des feuilles de bananier.

  12. Je vous suis tellement reconnaissante pour les enseignements et les informations que vous nous donnez!!! je suis diabétique et grâce au régime alimentaire que vous prônez, je me sens en pleine santé et belle…bref, MERCI BEAUCOUP et que Dieu vous bénisse! 🙂

  13. Bonjour,

    Je trouve votre blog très joli et très agréable à visiter.
    Il me semble avoir lu que la salive humaine contient 5 fois plus d’amylase que celle des grands singes, évolution qui expliquerait que nous sommes en fait tout à fait adaptés à la consommation de céréales. En avez-vous entendu parler ?
    Autre question que je me pose, le frugivorisme part du principe que nous avons avant tout besoin de sucre, mais n’est-ce pas de glucose qu’il s’agit, et non pas de fructose ?
    Enfin, quelle est votre vision sur tous les témoignages de gens qui étaient vegan, crus ou non, en faisant très attention à leur équilibre, et qui ont dû arrêter car leur santé déclinait ?

    J’espère que vous ne prendrez pas ces questions comme une « attaque », ce n’est pas mon intention !
    Cordialement,
    Kalya

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

CRUDIVEGAN : Manger vegan et cru en bonne santé !

Crudivegan les secrets et règles de l’alimentation vegan et crue. Des recettes simples et délicieuses, mes découvertes et coups de coeur.