Blé, riz, avoine, orge, sarrasin ne font pas partie d’un régime faible en gras et cru.
Donc pas de pain, de pâtes, de semoule, de boulgour, de tartes, de cakes, de gâteaux… ET oui ! Ou encore les céréales du petit déjeuner qui sont en fait des sucres raffinés plus que des céréales ! Mais également  les soupes toutes faites, les plats préparés, les bonbons, car le gluten, une protéine que l’on trouve dans le blé, l’orge, et le seigle, est ajouté partout.

céréales

De quoi avons-nous besoin ?

Nous avons besoin d’absorber de l’eau et des hydrates de carbone simples. Ce que les féculents ne procurent pas alors que les fruits procurent les deux. La cuisson, obligatoire, des céréales endommage leurs vitamines,minéraux, sucres, protéines et lipides, enzymes et coenzymes, antioxydants et phytonutriments.  Donc quand on consomme un plat de riz par exemple, on consomme beaucoup de calories pour un minimum de nutriments ! Dommage !
Les céréales ont peu de vitamines A, B et C, sodium et calcium. De plus, la consommation de céréales diminue l’absorption de la vitamine D.
Les céréales sont pleines de fibres insolubles qui sont irritantes pour nos intestins car n’absorbant pas l’eau elles agissent comme des brosses dures dans les intestins, et emportent trop rapidement la nourriture en diminuant le temps d’absorption des nutriments utiles. Les céréales créent de l’acidité dans le corps, ont un index glycémique moyen et contiennent des opioïdes addictifs !

Par contre les fruits sont plein de fibres solubles dans l’eau, riches en vitamines et minéraux (y compris A, B et C, sodium et calcium… ils n’ont pas besoin d’ajouts de vitamines comme les céréales du petit déjeuner !), très faibles en toxines, peuvent (doivent) être mangés crus, et nous font saliver dès l’abord par leur couleur et leur parfum. Les fruits sont alcalins (même le citron), ont un index glycémique bas, et ne contiennent pas de substances addictives !
Que choisissez-vous ?

L’énergie
Céréales et fruits apportent des sucres donc de l’énergie. Mais  la digestion des céréales transforme les sucres complexes en sucres simples ce qui demande beaucoup d’énergie et de temps. Cette demande d’énergie plus le peu d’énergie reçue en retour, explique pourquoi tant de personnes sont léthargiques après un repas de féculents. Toute l’énergie disponible a été utilisée par la digestion. Qui n’a pas ressenti ça après un repas du dimanche plein de pain, plat bourratif, pommes de terre et une ou deux pâtisseries ?

En opposition, la digestion des fruits est un processus simple car s’ils sont mûrs, leur amidon a déjà été transformé en sucre simple, ils sont pré-digérés en quelques sorte, et leur digestion demande beaucoup moins d’énergie.  L’énergie résultant d’un repas de fruits est plus importante. En plus ils ne sont pas consommés avec du gras, car leur goût est suffisant pour ne pas avoir besoin d’ajout.

Des problèmes de santé.
Beaucoup de personnes qui souffraient de congestion nasale fréquente, d’asthme, d’allergies, intolérance au gluten, arthrite, perturbation digestive, ont découvert que leurs symptômes disparaissent avec la suppression des produits céréaliers de leurs régime alimentaire.

Pour les sportifs.
Le fameux plat de pâtes des coureurs ! Tant conseillé et pourtant la consommation de féculents acidifient nos organismes et consomme nos réserves alcalines, essentiellement dans nos réserves de calcium, le minéral le plus alcalinisant, pour compenser notre PH.
« Une digestion de meilleure qualité, grâce à un régime de fruits et végétaux crus permet à un athlète d’améliorer ses performances, sa force, son endurance, sa rapidité, sa souplesse, son équilibre, temps de réaction, sa concentration et autres phénomènes tangibles. » C’est ce qu’ explique Docteur Douglas Graham, lui même athlète, crudivore depuis les années 1970, entraineur des plus grands athlètes du monde, dont Martina Navratilovna (tennis), Ronnie Grandison (basketball) etc. et aussi des actrices comme Demi Moore !

Une histoire d’insuline.

En plus, souvent pour ne pas dire toujours, les céréales sont cuites avec du gras, ce qui est cancérigène. L’apport de graisse cuite diminue aussi la capacité du sang à transporter l’oxygène et obstrue les capillaires.

Tous ces cakes, pizzas, pâtes sont des hydrates de carbones raffinés, qui font s’élever très vite le sucre sanguin. Cela cause une résistance à l’insuline (je rappelle que l’insuline créée dans le pancréas se combine au sucre sanguin pour le faire entrer dans les cellules du corps) car le pancréas, devant cet afflux de sucre dans le sang secrète de plus en plus d’insuline dans le but de compenser. L’ insuline n’arrive plus à faire entrer le sucre dans les cellules, car elle n’arrive plus à coder les récepteurs cellulaires. Du coup, nous stockons de la graisse dans le tissus adipeux car l’insuline réprime la sortie de graisse et s’occupe, en vain,  de brûler les glucides. (Nous utilisons notre graisse stockée comme carburant lorsque le taux d’insuline baisse.) De même les protéines restent stockées dans les muscles et ne peuvent pas être utilisées. Et les sucres stockés dans le foie et dans les muscles sont également vérouillés par l’insuline. Et que se passent-il alors ? Nos cellules crèvent de faim. Et nous avons de nouveau envie de manger alors que nous sommes gras, et pleins de sucres dans le sang ! Nous nous tournons vers des aliments riches en glucides … cakes, pizzas, pâtes… et c’est un cercle vicieux !
Les fruits n’élèvent pas le sucre sanguin. Des expériences ont prouvé que même 2 minutes après un repas de 8 bananes, le taux de sucre dans le sang reste dans une plage normale de 70-99 mg/dL.

Il n’y a pas de raison vraiment pour manger des céréales, qui sont inférieures en intérêt nutritif aux fruits et végétaux.
Ni céréales, ni graines germées, ni légumineuses, mais des fruits sucrés.

Que diriez-vous de délicieuses recettes pour vos dîners ?

Image du livre Menus crus