Vous arrive t-il de manger alors que vous n’avez pas vraiment faim ?
Est-ce que vous aimeriez ne plus subir vos moments de compulsion alimentaire qui vous mènent tout droit vers la tablette de chocolat… Entière !
Si j’ai déjà fait des articles sur les fringales, je vais aujourd’hui aller beaucoup plus loin ! Il existe un moyen de programmer ses envies.

Qu’est-ce qui se passe dans notre tête au moment de nous jeter sur un gâteau ?
Comment changer le processus ?

Quand on a envie de manger sans faim véritable, il s’agit plutôt d’une consolation, ou d’un besoin de câlin
ou d’une excitation quelconque parce qu’on est en train de s’ennuyer.

Sur le moment, rien ne nous semble plus propice à nous faire plaisir que ce morceau de chocolat ou ce gâteau là.
On sait que ce n’est pas très bon pour nous et pourtant nous succombons !
La première chose qu’on se dit alors, c’est « Est-ce si grave que ça ? Ça ne va pas me ruiner la santé ! ça ne changera pas grand-chose, je suis si raisonnable d’habitude. »

Le seul problème, c’est que la permission qu’on se donne une fois, on se la redonnera encore et encore,
jusqu’à reprendre les kilos qu’on était si fière d’avoir perdus, ou à retrouver un état nauséeux qu’on avait oublié, une migraine qui avait disparu, bref des symptômes qu’on n’a pas envie de revoir revenir.

D’autant que, comme je le dis dans « Maigrir et resplendir », la méthode que j’ai créée,
dès qu’on a atteint un palier de réussite, on a tous tendance à oublier comme on était mal avant !

Comment faire pour en finir avec ces compulsions ?

Ce que je veux partager avec vous et qui vise à vous aider, me vient de mes lectures des livres de Anthony Robbins, et de mes stages d’Hypnose Ericksonienne.
Qu’est-ce qui vous empêche de manger une pomme au lieu d’un biscuit ?,
Ce qui se passe, c’est que vous associez davantage de souffrance au fait de vous priver de gâteau, que de plaisir à manger correctement !
Tout ce passe dans la tête au niveau de notre inconscient : quel que soit le sujet, c’est le rapport plaisir/souffrance qui nous fait agir.
Toujours.

Je l’ai compris il y a des années, ça a été une révélation pour moi : on ne fait rien que par recherche de plaisir.

Même quand cela parait parfois incompréhensible pour les autres.
Prenons un exemple extrême :
Il y a des jeunes filles qui se font des scarifications sur les bras, ce qui est très douloureux. Elles le font parce que cela leur apporte à ce moment-là plus de plaisir que la douleur du chaos qui existe dans leur tête. À ce moment-là la douleur physique est préférable pour elles à la douleur morale qu’elles subissent.

Autre exemple : la drogue, la cigarette, l’alcool. Les gens en sont addicts parce que cela leur procure plus de plaisir sur le moment et qu’ils ne voient pas la douleur induite plus tard.
Je me suis programmée à penser fortement que le plaisir que cela semble procurer est bien moins puissant que le plaisir d’être en bonne santé et maîtresse de moi. Donc je n’ai jamais été tentée.

Il faut bien se dire que tout est programmé, conditionné dans notre tête. Nous vivons en quelque sorte dans un état permanent d’hypnose, à nous de changer de type d’hypnose : bénéfique ou maléfique !

Il suffit de changer nos croyances pour changer notre vie.

Manger ce qui ne nous fait pas du bien correspond à choisir de remplacer notre douleur actuelle (si petite soit-elle : ennui, soucis, etc.) par quelque chose qui va nous apporter du plaisir sur le moment, aussi néfaste soit-il à l’avenir.
Chaque jour nous faisons des tas de choix  :
nous pesons les répercussions de chacun de nos gestes et nous choisissons ce qui semble nous apporter le plus de plaisir.

Dès lors, vous aurez bien compris qu’il importe de bien définir pour notre inconscient ce qui nous est plaisir.
C’est pour ça que le raisonnement intellectuel n’a que peu d’effet au moment où on ressent un besoin de manger urgent. Sur le plan intellectuel, nous savons que le gâteau est mauvais pour notre tour de taille,
ou notre niveau d’énergie vitale, mais c’est l’inconscient qui cherche où se trouve le plaisir le plus rapide pour nous soulager.

Ce sont en fait nos émotions qui nous gouvernent.
Il faut donc changer quelque chose au niveau des émotions

Moi je suis végétalienne crudivore (donc je ne mange que des plantes, qui contiennent tout ce dont on a besoin pour vivre, je le rappelle),  j’ai changé ma vision de l’alimentation du tout au tout :

Par exemple, pour les gâteaux (je l’ai raconté un peu dans la vidéo « Pourquoi je n’aime plus l’odeur des frites ») je ne suis plus du tout attirée par la vitrine d’une pâtisserie alors que je salive à la vue d’un étalage de fruits. Pourtant j’étais très très « sucrée », très amoureuse des éclairs, opéras, mille feuilles… et tout cela m’écœure à présent.
Comment ? En modifiant  mon système de croyances et d’émotions vis-à-vis de la nourriture, en mettant de l’émotion positive aux bienfaits des fruits frais et à tout ce que je ressens de bien depuis que je mange des choses simples et naturelles, et en ne voyant que le côté hyper gras et écœurant des pâtisseries.

De même pour tout ce qui est produit animal, que j’ai associé à une idée de souffrance inutile infligée aux animaux telle que, plus jamais je ne toucherai à un produit issu d’un animal.

Il fût un temps où j’adorais manger des œufs, mais j’ai vu des films et documentaires sur la vie atroce des poules et tout ce qu’un élevage implique et d’un coup cela m’est apparu insupportable.
J’ai été puissamment révoltée et mon plaisir c’est de savoir que je ne participe plus à cette horreur.

Quand on sait que notre façon de manger affecte notre silhouette, notre moral, notre énergie, etc.
ça vaut le coup de se programmer !

Mais parfois il faut donner un petit coup de pouce à l’inconscient !

Healthy unhealthy food choices

La programmation neuroliguistique va nous y aider !

La PNL, l’hypnose Ericksonienne nous aide à décider de quelle vie nous voulons.

Donc chaque fois que vous avez envie de manger alors que vous savez que ce n’est pas de la faim, votre cerveau se pose des questions. Il faut entraîner votre cerveau à associer un très grand sentiment de plaisir à votre nouvelle croyance chaque jour jusqu’à ce que ça devienne une habitude :

Fermez les yeux un moment, respirez à fond calmement, et pensez à cet aliment que vous vous apprêtez à manger. Réfléchissez à ce que cet aliment contient de problèmes sous-jacents. Souvenez vous combien vous n’aimez pas vous sentir lourd, avoir un corps surchargé, ou être malade, avoir mal au cœur, ne pas être content de vous…
Les yeux toujours fermés visualisez cet état que vous n’aimez pas, revivez le, associez lui une émotion très négative.

Puis ensuite, voyez par quoi remplacer cet aliment que vous ne voulez plus manger. Par exemple
un verre d’eau, un coup de téléphone à quelqu’un que vous aimez et qui vous fait rire, aller courir, regarder un film, manger une pomme fraîche, prendre un fruit, ou faire un smoothie vert, ou 10 mn de trampoline, ou vous asseoir dans un fauteuil et entamer un livre qui vous tente depuis un moment.
Bref choisissez cette action qui va vraiment vous mener vers plus de bonheur.
Visualisez la solution trouvée, comme dans un film que vous regarderiez où vous êtes l’acteur.

Voyez-vous en train de prendre cette solution avec bonheur, ressentez les sensations, les émotions qui s’y attachent, voyez-vous avec un corps qui vous convient, voyez comme votre niveau d’énergie vous permet de réaliser plein de nouvelles choses, voyez-vous en train de vivre intensément grâce à votre belle santé,
en train de rire, de partager des moments avec d’autres.

Associez cette belle émotion, très agréable à cette vision merveilleuse, ressentez la joie, la fierté, le plaisir qui s’y associent.
Quand vous êtes au plus fort de votre sensation, vous pouvez ancrer ce moment dans votre corps en touchant votre poignet droit de la main gauche (ou l’inverse si vous êtes gaucher).
Ce plaisir vous l’ancrez dans ce geste là, et ensuite vous n’aurez qu’à toucher votre poignet droit pour retrouver toutes ces sensations.

Puis ouvrez les yeux .
Respirez profondément et souriez.
La prochaine fois que vous aurez envie de manger compulsivement, touchez votre poignet, respirez, vous retrouvez votre émotion de plaisir. Et vous ferez les bons choix !
Cette technique de l’hypnose que j’ai apprise il y a des années marche pour tout !
L’important c’est de savoir ne pas être le jouet de son inconscient. Et au contraire le façonner, lui dire quoi penser.
On ne fait pas les choses par volonté très longtemps, on les fait par plaisir. Sachez enseigner à votre inconscient ce qui vous fait vraiment plaisir.
Faites et refaites vos visualisations.
Ces bonnes émotions programmées renforcent l’envie de continuer à prendre les bonnes décisions, et ça forme une boucle vertueuse.

🙂
Dites moi ce que vous en pensez, votre propre façon de faire dans les commentaires…

Téléchargez tout de suite ces deux livrets offerts !

  7 secrets de l'alimentation crue
  1 semaine de menus crus