Le blog crudivegan, l'alimentation vegan et cru

Retrouvez toutes mes découvertes, analyses, partages, etc.

Anne Marie

Anne Marie

Je partage avec vous mes découvertes, inspirations, recettes simples et délicieuses, mes astuces et idées pour vivre en pleine santé, ma vision de la vie et comment la joie fait partie de moi tous les jours.

Mon histoire

Boutique & références

Ebook alimentation vegan crue

Découvrir
d'une alimentation crue

et recevez la newsletter Crudivegan

En soumettant ce formulaire vous acceptez que vos informations soient utilisées uniquement dans le cadre de la relation commerciale éthique et personnalisée qui peut en découler. Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’opposition et de suppression des données qui vous concernent. Nous vous invitons à prendre connaissance de notre politique de protection des données.

Archives Crudivegan

Pourquoi manger cru et non pas cuit ?

Quel est le problème avec la cuisson ?

casseroles

Parfois on me demande en quoi la cuisson serait-elle mauvaise ? Le feu a aidé les homo sapiens à survivre et fait partie dorénavant du paysage quotidien. Si c’était si mauvais que ça, les humains ne seraient pas là aujourd’hui !
Voilà ce qu’on entend ici ou là.
Cette vision globale sur des centaines de milliers d’années, montre que le feu a probablement aidé les premiers hommes à survivre dans des régions plus froides qu’ils découvraient au cours de leur migration. Toutefois, on ne dit rien des maladies qu’ils pouvaient connaître, ni de l’espérance de vie à cette époque, qui devait être bien faible. Oui, l’humanité a perduré, mais cela ne prouve pas que les périodes relativement récentes de l’utilisation du feu pour manger de la chair animale, puis des céréales, leur a permis de vivre en meilleure santé que ceux qui étaient frugivores auparavant.
Comme le docteur Jérôme Bernard-Pellet, végétalien et ardent défenseur du végétalisme, le disait l’autre jour au cours d’une conférence, certes les êtres humains peuvent survivre avec bien des régimes alimentaires y compris carnés et avec des produits laitiers, mais que le meilleur régime, celui qui permet de vivre longtemps, en très bonne santé est le régime végétalien. Car les autres sont pourvoyeurs de maladies, cardio-vasculaires, de diabètes de plus en plus fréquents, de cancers, de maladies dégénératives et d’obésité.

Or à quoi sert la cuisson ?
A cuire les aliments qui nécessitent une cuisson pour être acceptables et digérables. Viandes, céréales, légumineuses et féculents… tous ces aliments ne sont pas mangeables tels quels. Si nous les rencontrons dans la nature, nous ne pouvons tendre la main pour les manger, au contraire des fruits, des feuilles de salades, des fruits non sucrés (tomates, concombres, poivrons…) et des graines oléagineuses et noix. Non seulement ces aliments peuvent être mangés pris dans la nature dans leur état initial, et de ce fait n’ont pas à subir d’altération par la chaleur mais en plus ils sont les plus digestibles et les plus nutritifs.

des fruits

Quelles sont les conséquences de la cuisson ?
Elle dénature les nutriments des aliments qu’elle chauffe et crée des sous-produits toxiques qui à force, tout le long d’une vie, sabotent l’organisme, jusqu’à la maladie.
Manger des viandes cuites crée un excès d’acide urique et d’ammoniac dans le corps, qui sont deux toxiques. Les protéines des aliments cuits sont dénaturées, les liaisons peptidiques ne sont pas séparées en acides aminés et sont considérées par l’organisme comme des envahisseurs dont il faut se débarrasser. Les reins n’arrivent pas à éliminer ces substances, et cela crée des calculs rénaux ou de l’insuffisance rénale. Les protéines végétales sont de ce fait bien plus efficaces et bio-disponibles que les protéines animales, contrairement à ce qu’on entend dire. 
Les céréales provoquent de la fermentation dans le colon, qui alors produit des gaz, de l’alcool et de l’acide acétique, violents poisons protoplasmiques qui tuent les cellules avec lesquels ils entrent en contact.

Les graisses deviennent cancérigènes et les sucres se caramélisent avec la réaction de Maillard, qui crée des sous produits cancérigènes aussi.
La cuisson dénature les nutriments et n’apporte pas de plus d’un point de vue nutritionnel.
Mis à part le fameux lycopène de la tomate qui augmente à la cuisson, tous les nutriments sont endommagés ou carrément détruits une fois chauffés, laissant des nourritures remplies de calories vides.
De plus, il n’y a pas de nutriment essentiel dans la viande, les céréales, les légumineuses ou les laitages, qui ne soit  aussi présent dans les végétaux crus, fruits, légumes et noix et dans le forme la plus facile à digérer.

Quels sont les bénéfices de l’alimentation crue ?
Vous obtenez un organisme qui n’a plus à éliminer les produits toxiques et à rétablir l’équilibre acido-basique mis à mal par les nourritures acidifiantes fragilisant ainsi nos os et nos dents (alors que les fruits sont alcalinisants). Il n’a plus à digérer des plats dans lesquels, du fait de la grande fadeur de ces aliments pris seuls, ont été ajouté graisses, sel, poivre, épices… (qui sont des excitotoxines) .
Ainsi allégé dans son travail, le corps se nettoie et se guérit tout seul. Quand les gens pratiquent un régime alimentaire cru faible en gras de la bonne façon, associé à de bonnes pratiques de vie, ils développent rarement, voire jamais de maladies, ni chroniques ni bénignes.
Vous éliminez aussi les problèmes de constipation et vous amenez le temps du transit à 24 heures ou moins, alors que certaines nourritures stagnent dans le colon 72 heures ou plus. Durant ces longs temps de présence dans les intestins, les nourritures fermentent et putréfient. Une toxémie se crée à cause des toxines coincées dans le colon. Tous ces problèmes n’existent plus avec une alimentation crue.

Le plus beau :
En mangeant principalement des fruits, légumes et feuilles vertes, vous obtenez les ratios optimum pour les être humains de protéines, lipides et glucides, de 80-10-10 :

  • 80 % au minimum de sucres via les fruits sucrés
  • 10% au maximum de lipides via tous les végétaux et quelques noix ou fruits gras
  • 10% au maximum de protéines via tous les végétaux, graines et noix également.
D’ailleurs, on en ressent très vite les bienfaits. Les gens qui suivent une alimentation crue faible en gras (il en s’agit pas de se gaver de noix de cajou ou d’amandes) disent partout combien ils ont amélioré leur vie et leur santé. A partir du moment où on n’agresse plus son corps constamment avec des nourritures dont il doit gérer les défauts, on récupère de l’énergie pour faire plein de choses !
Des problèmes ?
On peut néanmoins rencontrer des problèmes, des moments de doute, on peut avoir encore des envies de nourritures raffinées ou grasses parce que le cerveau propose en général ce qu’il a l’habitude de proposer depuis de nombreuses années et qu’on a des automatismes.
Cela dit, le fait d’aller de mieux en mieux donne aussi l’envie de poursuivre. A moins de faire de grosse erreurs, en adoptant les principes de l’alimentation majoritairement crue, c’est vraiment un mieux considérable qui débarque dans sa vie !
C’est pourquoi j’ai voulu créer un moyen de vous faciliter ce passage à l’alimentation crue, avec une méthode enregistrée et illustrée par des tableaux et schémas, qui passent en revue tous les problèmes que l’on peut être amenés à rencontrer. Comment démarrer, comment organiser son changement et bien d ‘autres choses…
Si vous voulez aller plus loin, vous pouvez visiter cette page qui vous donnera plus d’explications :
Méthode Crudivegan

Partager facilement l'article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Découvrez d'autres articles similaires

27 réponses

  1. Du coup je me demandais, est que les végétaliens crudivores mangent des champignons ?
    Si l’on est omnivore avec un poids déjà assez faible, est-ce que ce régime ferait encore perdre du poids….? (je suis curieuse et bien tentée d’essayer pendant une semaine mais je ne cherche pas à perdre plus de poids que ça justement…….dans mon cas faut-il compenser par une source de gras plus importante ? (noix, avocat….)

    Sinon j’avais une question par rapport au soja….(j’adore ça, sous toutes ses formes, cru, cuit, lait, tofu de toutes sortes….) mais j’ai lu des articles comme quoi cela pouvait privilégier le cancer du sein ?! D: j’avoue que je suis un peu sceptique et qu’aujourd’huis il y a des charlatans et des « études » pour prouver tout et n’importe quoi, qu’en pensez vous ?

    1. Les champignons sont des éboueurs végétaux, ce sont leurs rôles, ils sont encore plus toxiques crus car l’agaritine une substance cancérigène est en partie détruite a la cuisson~
      Il y a des sols plus pollués que d’autre~
      La question est: est ce que les filtres sont sains a consommer? La réponse est dans la question et les filtres les plus toxiques sont en générales les reins et foies d’animaux sans qu’il y ait besoin d’explication…
      Pas de perte de poids significative si vous mangez assez mais les premiers mois ce n’est pas rare d’en perdre car c’est difficile d’arriver a consommer tout ce volume comparée a la nourriture cuite déshydraté mais la plupart des gens sont content car ils ont du gras en excès~
      Les avocats peuvent certainement être utiles au début pour rajouter quelques centaines de kcalories si vous on n’y arrive pas et si le besoin s’en fait ressentir mais il faut évitez d’en consommer trop mais on peut y aller plus doucement aussi avec des céréales, pommes de terre et autre en dernier repas~

    2. Coconut, concernant le soja, je n’ai pas d’avis arrêté pour l’instant même si je n’en mange plus. J’en ai mangé beaucoup, mais maintenant les végétaux frais me suffisent. Quelques exceptions ne me feraient pas peur, mais je n’en ai plus envie. Par contre, Corinne Gouget m’avait mise en garde très fortement contre le soja, quelle pense être à l’origine de beaucoup de maux. Mais le docteur Bernard-Pellet dit que c’est un excellent aliment. Je vous conseille aussi cet article très documenté :http://naturo-passion.com/category/soja-2/
      Quand vous vous serez fait votre opinion, donnez la moi !

    3. ありがとうございました pour le lien Anne marie, c’est très interessant !
      Je ne pense pas arrêter la consommation de soja, mais je pense que je vais la limiter du coup (j’avais commençé à boire du lait de soja pour remplaçer le lait de vache que je n’ai jamais très bien digéré, et je n’aimais pas trop ça non plus niveau gout) je vais essayer aussi de me tourner vers les laits d’amande ou noisette au moins pour essayer, cela me rend très curieuse :p Et ce serait tellement difficile pour moi de me séparer du tofu de mon enfance dans les soupes de chou de maman ;_; *oui je suis faible haha*

    1. He oui A Marie, le CRU, ‘y qu’ ça vrai’ !
      Si je vous disais que je suis entourée de persones carnivores (famille, voisins…) qui me trouvent.. ‘jaune’ !
      Les ‘pÔvres’ ! Ils sont ‘blancs becs’, grisâtres, bedonnant mais se persuadent qu’ils sont bien !
      Mes amis CRUdivores me trouvent ‘bonne mine’ !
      Donc TOUT est une question de point de VUE de l’ESPRIT !
      MERCI à vous Anne Marie, de vous mettre en quatre pour que nous soyons au TOP de notre forme.

  2. Toujours aussi bien faits ces articles : justes, simples, efficaces et plein de logique et de bon sens! Ah, si tout le monde voulait bien ne fusse que lire ce genre d’article et y réfléchir un peu, en toute bonne foi … Que de maladies nous seraient épargnées!!! Merci Anne-Marie!

  3. Il semble bien que certains légumes très riche en cellulose(fibres très dures que notre corps ne peut pas séparer correctement)comme les crucifères, carottes et autres bénéficient de la cuisson pour une meilleur assimilation des nutriments et/ou pour pouvoir en consommer une plus grande quantité sans désagréments….comme mastiquer et digérer 500 gr a 1kg et plus de ces légumes crus par exemple…

  4. Pas mal l’article.
    Plus de sources serait sans doutes un plus.

    @Coconut: oui de nos jour il y a beaucoup d’informations qui nous oblige à trouver par nous même, mais pour moi le soja est un aliment à éviter absolument (nombreux écris, désolé, pas de sources sous la main)

    1. C’était pour rassurer les gens qui veulent consommer ou consomment encore des céréales qu’elle fermenteront peu ou pas sans tous ces produits et/ou mélangés avec des légumes~ xD
      Pour les personnes actuellement très fatiguées et/ou ayant avec une capacité digestive faible, les amidons forts(la plupart des céréales et légumineuses) ont nettement plus de chance de fermentés pendant la digestion.

  5. Bonjour Anne-Marie,
    Merci pour cet article très intéressant ! Vous citez le Dr Jérôme Bernard Pellet, végétalien cependant dans les vidéos que l’on trouve sur le net, il prône les bienfaits des céréales et du soja également…

    1. Oui, il n’est pas crudivore. Ça ne l’empêche pas de dire des choses justes 😉
      Le végétalisme est la chose la plus importante pour moi, je l’ai toujours dit. Pa soucis éthique, pour la santé, pour la terre. Les céréales et le soja sont un autre point à débattre; Mais je ne me battrais pas pour ça ! (voir plus haut au sujet du soja)

  6. Merci Anne-Marie pour le lien. La question cru/cuit ne pose pas de souci, je me dirige tout doucement vers le cru mais comme Coconut, j’ai un problème de poids, je suis maigre (moins de 55 kg pour 1,75m, je suis une femme) et j’ai énormément de mal à prendre du poids, ce qui est épuisant. J’ai tenté hier matin un blender de 4 bananes, 2 poires et 1 pomme (j’ai pris ce que j’avais !) et j’ai eu des vertiges jusqu’au soir. Je ne sais pas si c’est lié à ce petit-déjeuner inhabituel pour moi. Je n’y connais vraiment pas grand’chose en biologie humaine mais je me pose la question de l’assimilation de tout ce sucre ; je sais qu’il y a beaucoup de fructose (et un peu de glucose ???), le pancréas intervient-il et si oui n’y a-t-il pas un risque de l’épuiser ? (j’ai plus de 30 ans de malbouffe derrière moi dont une consommation de sucres rapides faramineuse, j’ai peur d’avoir épuisé mon pancréas et j’aimerais savoir s’il peut se régénérer ??). En bref, encore beaucoup de questionnement, de peurs et de doutes.
    Emmanuelle

    1. Emmanuelle, Dans les fruits il y a plusieurs types de sucres : fructose, glucose, sucrose. Vous avez eu des vertiges mais qu’avez-vous mangé d’autre ? Il faut supprimer les graisses, les nourritures raffinées, les viandes etc.
      Vous avez peur d’avoir le pancréas malade… pourquoi ? avez-vous eu un avis médical au sujet de votre pancréas ?
      On ne réduit pas 30 ans de malbouffe en un jour. Allez doucement dans les changements. En supprimant les aliments gras, et raffinés, vous ne vous ferez que du bien. Mais vous mettre à manger beaucoup de fruits en une fois, alors que vous n’en aviez pas l’habitude, pour grossir n’est pas une bonne idée.
      Cette alimentation est avant tout faite pour mettre dans son organisme les bons aliments pour lesquels nous sommes faits. Mais si vous mangez trop de gras, vous ne pourrez pas gérer les fruits sucrés.
      « En sachant que la source primaire de combustible pour le corps humain est le sucre naturel, le concept des fruits ayant “trop de sucre” devient illogique. La seule façon de consommer trop de sucre sous la forme des fruits serait de trop en manger, ce qui est difficile lorsqu’on mange des fruits à haute teneur en eau. » dir Frédérique Patenaude.
      Peut-être faudrait-il faire des analyses médicales pour ne pas avoir peur « dans le vide » si j’ose dire.
      Vous pouvez aussi consulter une bonne naturopathe comme Irène Grosjean par exemple. (Attention, il y a des naturopathes complètement à côté de la plaque !)

    2. Le foie et le pancréas font partie des organes qui se régénèrent le plus rapidement~
      Dites vous bien que l’intérieur du corps se régénèrent mieux que l’extérieur(comme une simple coupure…)car ce sont des parties vitales et je doute que vous ayez déjà eu une coupure qui ne s’est jamais cicatrisée même sans l’alimentation physiologique(qui rend tout ces processus plus rapide et efficace) alors pas d’inquiétude.

    3. Merci pour vos réponses. Mon alimentation a changé depuis quelques années maintenant (suppression des viandes, produits laitiers, huiles consommées crues, suppression du gluten très récemment, etc) avec de temps en temps quelques écarts (fromage de brebis ou chèvre par exemple) mais dans l’ensemble j’avais supprimé les éléments les plus toxiques, et maintenant je continue à apprendre. J’ai continué à lire vos articles Anne-Marie, ainsi que les articles d’autres personnes afin d’avoir une vision très large du crudivorisme et pour voir les erreurs à ne pas faire. Pour mes vertiges, je pense maintenant tout simplement que je n’ai pas assez mangé cette journée-là (une des erreurs des nouveaux crudivores d’après ce que j’ai lu !!). Je vais donc continuer tout doucement mon cheminement vers le cru en me prenant moins la tête. Quant à Irène Grosjean, ce serait avec grand plaisir que je la rencontrerais mais elle habite trop loin !
      Emmanuelle

    4. Le sel est l’un des plus toxique que vous n’avez pas citez si ce n’est le plus toxique(dans les tableaux hygienistes -100 toxicité, la pire note), consommer quelque chose qui attaque les carrosseries et pot d’échappements après salage en hiver c’est assez terrible en plus d’inhiber l’efficacité des papilles gustatives sur le long terme et autres raisons multiples~

    5. Bonjour Anne Marie,

      Je voulais partager avec vous mon enthousiasme pour un fruit exotique (suite à l’article que vs aviez fait à cet égard j’en ai gouté un peu plus que ce que je connaissais déjà) et j’ai craqué (c’est rien de le dire) pour l’Anone ! A tomber par terre, je les mange à point (sans les pépins toxiques) et cela vaut toutes les crèmes désserts que je connaisse ! Seulement voilà, je viens d’effectuer quelques recherches et je reste un peu dubitative avec ce qu’en donne wilkipédia :
       » Risque sanitaire :
      L’équipe du Dr Dominique Caparros-Lefèbvre a montré dans une série d’études commencée en 19992 que la consommation de corossol (et de ses feuilles infusées), ainsi que celle d’autres espèces appartenant au même genre botanique, était potentiellement la cause d’une forme de parkinsonisme atypique (paralysie supranucléaire progressive, PSP) résistant aux thérapies classiques basées sur un apport de L-DOPA. Ainsi, en Guadeloupe, où l’étude initiale a été menée, 77 % des patients parkinsoniens présentaient une forme atypique (contre 20 % dans la population normale). En faveur de cette hypothèse, les médecins ont observé que la cessation de la consommation de corossol entraînait une cessation de la progression des symptômes (et même une amélioration, chez un des patients).
      Une telle augmentation des formes atypiques de parkinsonisme avait déjà été observée sur l’île de Guam, où le parkinsonisme était associé à une sclérose latérale amyotrophique. Dans ce dernier cas, des facteurs environnementaux (notamment la forte concentration d’aluminium dans l’eau de consommation, ou encore l’implication de toxines bactériennes via la chaîne alimentaire) avaient été invoqués pour expliquer ce phénomène, mais il se pourrait que la consommation de plantes de la famille des Annonaceae dans l’alimentation ou la médecine traditionnelle soient en partie responsables de l’augmentation de la fréquence de parkinsonismes atypiques.
      Les composés potentiellement responsables de la dégénérescence neuronale ont été identifiés, et appartiennent à deux classes chimiques très différentes. D’une part, des alcaloïdes de types benzyl-tétrahydroisoquinoléique et apparentés, de faible puissance en tant qu’inducteurs d’une mort neuronale par apoptose, mais pouvant participer à la symptomatologie chez les patients, ont été identifiés il y longtemps au sein des fruits. Plus récemment, des acétogénines ont été détectées dans le fruit3. L’annonacine, représentant majoritaire de cette famille d’inhibiteurs de la respiration mitochondriale au sein de l’espèce, a montré une neurotoxicité importante in vitro 4 et in vivo 5. Des études complémentaires, notamment épidémiologiques, restent nécessaires avant de conclure de manière formelle à l’implication de ces toxines dans les pathologies guadeloupéennes. « 

      Qu’en pensez-vous ?
      En consommez-vous ?
      Avez-vous d’autres infos sur ce fruit ?
      Merci pour votre réponse,
      A bientôt, M.

    6. Moi aussi j’adore l’anone que j’ai découverte récemment, je m’en gave quand j’en trouve! je ne peux pas imaginer qu’un fruit aussi bon puisse être toxique…et puis, quid des espagnols et sud américains qui en consomment beaucoup puisqu’ils en cultivent. la toxicité est peut-être liée à l’usage médicamenteux incontrôlé des noyaux, car cette pathologie de Parkinson atypique est très localisée à l’île de Guam alors que la consommation d’anone est très répandue dans le monde…en tous cas, moi ça ne m’inquiète pas, ce fruit est vraiment trop délicieux…c’est un peu comme le problème de la toxicité du durian consommé en grande quantité avec de l’alcool: ça peut être mortel, et pourtant des milliers de gens le mangent sans problème!! (moi, ça ne passe pas, trop fort, trop gras). Corinne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

CRUDIVEGAN : Manger vegan et cru en bonne santé !

Crudivegan les secrets et règles de l’alimentation vegan et crue. Des recettes simples et délicieuses, mes découvertes et coups de coeur.