Peut-on mettre ses désirs et sa santé au centre de ses priorités ? Que faire avec la famille quand elle réprouve votre alimentation ? Faut-il prendre du temps pour s’occuper de soi ? Se mettre au service des autres en dépit de ses besoins les aide-t- il finalement ?

Si je pose ces questions c’est parce que la plupart de mes clientes en coaching pensent que leur devoir est de donner de leur personne et de leur temps pour s’occuper des autres. Et tant pis si elles passent à côté de leurs propres besoins. Elles sont nombreuses à se mettre entre parenthèse pour pouvoir satisfaire tout leur petit monde et à renoncer faute de temps, d’espace et d’énergie à s’occuper de leurs propres désirs !

C’est la fameuse charge mentale doublée de la sournoise culpabilité.

Résultat : elles jonglent avec leur désir de manger comme bon leur semble et les envies et habitudes de leur conjoint et enfants. Je vois en consultation trop de femmes qui se sacrifient littéralement pour la famille, sorte de tyrans en tous genres, parfois sympathiques, mais qui passent en premier.

Tout ce temps, tourné vers les autres est un temps qui ne reviendra pas pour s’occuper de soi !

On ne sert bien les autres que quand on se sert en premier !

Dans un avion, les directives de début de vol le disent bien : mettez votre masque à oxygène en premier, et après seulement vous pourrez vous occuper de vos enfants ou autres. Parce qu’une personne qui ne respire plus n’est pas une personne efficace !

Il est temps pour vous de commencer à vous mettre en premier sur la liste des priorités! Écrivez  sur votre tableau blanc, ou dans votre Bullet Journal « MOI D’ABORD ! » !

Vous voulez tenter l’alimentation crue sous le regard réprobateur de votre conjoint ? Faites-le ! Faites le grand saut !

Il est temps de mettre votre santé au cœur de tout et d’y trouver le maximum de plaisir !

Temps de cesser de penser que faire à manger pour votre mari en lui préparant ce qui lui plait est plus important que de manger ce qui vous convient.

Ou alors de le manger en douce, sur le pouce et rapidement après ou pire, de manger n’importe quoi parce que vous n’attachez pas d’importance à vous-même.

Il est temps de tomber amoureuse de votre corps et de lui faire savoir que vous prenez soin de lui. Prenez du temps pour vous. Et cela passe par faire une cuisine qui vous convient, qui vous fait du bien, qui respecte votre corps, qui vous donne de la joie. Et vous savez, ça fera du bien à votre entourage aussi ! D’autant, qu’une femme et une maman épanouie entraîne naturellement toute la famille dans le bien-être.

Comment s’organiser ?

Le matériel

Jetez tout ce qui ne vous sert pas à faire de la bonne cuisine, le barbecue, le grill, les cocottes minutes qui archi-cuisent, les bols et saladiers en plastique, les ustensiles en aluminium, le papier alu. Gardez le bois, la céramique, le blender, l’extracteur si vous en avez un, le robot ménager, des bols, des saladiers en verre, des ustensiles ou bois ou en inox.

Remplissez vos étagères et réfrigérateur de nourriture qui apporte vraiment des nutriments, débarrassez-vous des autres.

J’ai des clientes qui ont essayé le placard partagé, d’un côté des noix, graines, noix de coco, chocolat noir, poudres vertes de kale, blé, spiruline, et fruits secs bio en tout genre… le bon côté quoi ! et de l’autre, les gâteaux secs, chocolats très sucrés, apéritifs salés, chips, céréales du matin…

Et bien ça ne marche pas. D’abord parce que la tentation peut être trop forte pour certaines, et ensuite parce que les emplacements sont rapidement dépassés.

Pour prendre en compte « les co-locataires » que sont les autres membres d’une famille, je suis pour instaurer cette règle :

Si vous partagez régulièrement la cuisine, je veux dire que vous êtes à plusieurs à faire les repas, alors là, d’accord, chacun prend en charge son placard et se fait sa cuisine si l’autre n’aime pas ou n’approuve pas.

Mais si vous êtes la (ou le) seule à tout faire dans la cuisine, du sol au plafond, désolée, mais il n’y a plus que ce qui vous plait à vous. Et les repas seront des repas sains comme vous en avez envie, vegan et cru, ou cuit sain.

Cela responsabilise les autres et vous décharge d’un poids énorme.

Les repas

Essayez un jus vert ou un smoothie vert à table, et considérez que vous avez rendez-vous avec la santé et le plaisir des papilles. Si le smoothie vous a satisfait, alors, mettez-en un petit à chaque début de repas, ou en guise de goûter. Changez les habitudes de vos enfants et ados, et laissez-les râler, puis tester ces goûters sains, colorés et nutritifs. S’ils sont grands, laissez-les s’en occuper tous seuls.

Manger cru peut apparaitre comme une révélation pour certains, et mettre plus de temps à apprivoiser pour d’autres. Donc chacun son rythme.

Pour vous mettre à la nourriture crue, vous pouvez changer un repas à la fois. Remplacer un repas cuit pas un cru. Vous avez des idées de recettes sur le blog et dans mes ebooks que vous trouvez sur le site crudivegan.

Il suffit d’une recette qui vous plait à faire et refaire pour commencer. Ensuite, c’est pas parce que vous vous mettez à trouver la nourriture vivante, crue formidable pour vous que vous devez en vouloir à ceux qui n’ont pas pris encore ce chemin. Leur opinion ne doit pas vous affecter, elle leur appartient, c’est tout.

Leur approbation arrive en général quand la famille et les amis se rendent compte d’un changement positif chez vous. C’est votre gourmandise à manger cru qui peut faire évoluer l’entourage, bien plus que les longs discours.

Changer votre santé, votre forme physique et votre moral, sera une inspiration pour les autres.

Et voilà pourquoi il faut décidément vous occuper de vous en premier.

S’engager à manger mieux arrive souvent après une prise de conscience suite à une crise, une maladie ou la rencontre avec une personne qui a formidablement évolué.

Si on décide de s’engager à s’occuper de soi, à respecter son corps, on devient vraiment auteur de sa vie. Bien se nourrir c’est une façon de se construire de l’intérieur, d’atteindre son authenticité.

On ne laisse plus les injonctions, pensées, croyances, situations, circonstances ou les habitudes décider de ce que l’on mange. On prend notre responsabilité en main. Et en l’affirmant chez soi avec douceur, on redonne leur responsabilité aux autres aussi.

Manger sain, c’est s’engager

Manger, c’est faire des choix éthiques, (le bio, non manufacturé…) et puis aussi des choix pratiques (on achète quoi, où, on planifie, on crée ses propres repas ), qui engage beaucoup plus que soi-même.

Donc s’engager à manger mieux c’est, s’engager :

  • pour soi, son corps, sa santé, son bien-être, son alignement entre pensée et actes
  • pour les autres, inspirer sa famille et les amis par nos actions, et engagements quotidiens
  • pour la société, manger mieux nous amène à privilégier les bonnes pratiques en agriculture, à développer les bons circuits et le développement durable. Sans compter qu’être en bonne santé c’est une économie pour la société ; la maladie coûte cher pour tout le monde !

Ça ne veut pas dire devenir un crudivore pur et dur. Ça veut dire s’orienter à son rythme vers une meilleure écoute de ses besoins et prendre un chemin merveilleux pour resplendir dans cette vie si belle qui nous est offerte ! Et ne plus se dire  » ben non, je peux pas, je dois satisfaire mon entourage ! »

Votre commentaire est le bienvenue : Parlez-nous de votre évolution et des bienfaits que cela a apportés dans votre vie ! Dites-nous comment cela a fait évoluer en douceur votre entourage.

Vous avez besoin d’un coup de pouce ?

Pour voir la vie du bon côté, et bénéficier d’un coup de pouce vers le changement, j’ai créé Santé, Énergie et Vitalité ! Vivre en pleine forme toute l’année !

  • pour vous sentir dynamique, en pleine possession de vos moyens
  • pour augmenter et maintenir un niveau de vitalité au TOP
  • pour devenir une personne dynamique, joyeuse, en pleine santé

Prix est fortement baissé jusqu’à fin juillet 2019.

Santé, énergie et vitalité avec Crudivegan