Le blog crudivegan, l'alimentation vegan et cru

Retrouvez toutes mes découvertes, analyses, partages, etc.

Anne Marie

Anne Marie

Je partage avec vous mes découvertes, inspirations, recettes simples et délicieuses, mes astuces et idées pour vivre en pleine santé, ma vision de la vie et comment la joie fait partie de moi tous les jours.

Mon histoire

Boutique & références

Ebook alimentation vegan crue

Découvrir
d'une alimentation crue

et recevez la newsletter Crudivegan

En soumettant ce formulaire vous acceptez que vos informations soient utilisées uniquement dans le cadre de la relation commerciale éthique et personnalisée qui peut en découler. Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’opposition et de suppression des données qui vous concernent. Nous vous invitons à prendre connaissance de notre politique de protection des données.

Archives Crudivegan

6 points pour rester crudivore au long cours

Vous avez décidé de prendre votre santé et votre silhouette en main, vous êtes devenu crudivore et vous avez adoré les changements qui s’en sont suivis ! Oui, mais voilà, au bout d’un moment, vous retournez au cuit parce que vous manquez de routines, d’habitudes, de repères dans ce monde du cru.

Ça vous dit quelque chose ? Voyons ensemble comment y remédier !

 

C’est le mail de Nathalie qui m’a décidée à faire une réponse pour tout le monde parce que le manque de repères est la cause majeure d’arrêt de l’alimentation crue. C’est tellement inhabituel dans nos cultures !

Pour que ce mode de vie vous apparaisse comme à moi, évident, voici les 6 points à respecter :

  1. Avoir toujours un assortiment varié et abondant de végétaux chez soi
  2. Manger suffisamment aux repas pour ne pas avoir faim tout le temps
  3. Avoir des en-cas tous prêts
  4. Etablir une routine pour l’élaboration des menus du petit-déjeuner, déjeuner et dîner
  5. Passer un peu de temps dans sa cuisine pour préparer des extras
  6. Savoir comment faire un plat vite fait avec ce qu’on a

En attendant une vidéo, sur l’alimentation consolation, j’avais déjà écrit : https://crudivegan.com/elle-a-des-fringales.html

Pour avoir des idées d’en-cas ou desserts crus à faire à l’avance :


Image du livre Dessert crus

Recettes disponibles sur le blog :

Bouchées sucrées

Mille-feuilles

Glaces

Barres de fruits secs

Crêpes crues

Retrouvez pleins de conseils dans la méthode crudivegan : Maigrir et Resplendir

 

Méthode Crudivegan

 

Partager facilement l'article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Découvrez d'autres articles similaires

36 réponses

  1. Bonjour Anne-Marie,
    Suite à un cancer du rectum opéré il y a deux ans, j’ai décidé il y a un mois de supprimer les protéines animales (viande, charcuterie), j’avais depuis plus de dix ans supprimer les laitages et depuis deux ans le gluten. J’essaie de me mettre au cru mais je rencontre des difficultés lorsque je mange des salades, les sauces douces autres que celle avec huile, vinaigre ou citron, me donnent des « hauts le cœur ». Je ne comprends pas trop pourquoi car avant j’étais tres « bec à sucres ». Je suis allée voir un acupuncteur qui m’a dit avoir une faiblesse de la rate et du foie..
    Je me suis acheté un extracteur de jus, il y a 1 mois et je me fais chaque jour des jus (carottes et pommes), je n’arrive cependant pas à manger bcp de fruits (maximum 5 bananes, 20 dattes environ et 2 à 4 autres fruits par jour) et j’ai encore besoin de me faire soit des pâtes sans gluten soit du riz au déjeuner.
    Je me rends compte que cette façon de manger est saine mais très difficile à appliquer quand on a une famille qui ne veut pas s’y mettre ????????
    Mais je vais persister ????
    Merci Anne Maire pour tous tes merveilleux conseils . Ton site est très bien fait , bravo !
    Â très vite
    Patricia

  2. toutes ces recettes sont tellement imaginatives, vraiment merci!
    mon problème, quand il fait froid, manger chaud me convient mieux, que faire?
    et un autre problème c’est la quantité de fruits et de légumes frais nécessaires chaque jour: on passe son temps à faire les courses et une question: tous les fruits et légumes crus que vous utilisez sont -ils bio?

    1. Bonjour Brigitte,
      très facile de manger cru ET chaud : il suffit de mettre de l’eau à 60° (quand la bouilloire commence à chanter) et de la rajouter avec les légumes pour le smoothie. On peut aussi se faire une soupe de légumes crus chaude soit en rajoutant de l’eau chaude et mixer, soit si on en a gardé au frigo, en faisant légèrement chauffé, càd jusqu’à ce que ça nous semble chaud quand on y trempe un doigt. ATTENTION, avec cette méthode, on peut vite dépasser les 42° car juste après la sensation de chaud/tiède sur le doigt, la température monte très vite et la casserole a déjà emmagasiné pas mal de chaleur !
      Bon appétit tout chaud, tout cru, tout doux 🙂

  3. Bonjour Anne-Marie,
    Je me suis inscrite à votre site et j’ai acheté votre livre de salades car depuis quelques mois j’ai un petit ventre 🙁 et surtout mal à « l’estomac » quand je mange trop et une digestion pas au top!
    Donc depuis plusieurs semaines j’ai décidé de réduire les quantités ingérées et de changer un peu ce que je mangeais.

    Petit déjeuner: un grand thé vert avec suivant les envies et mon appétit: une pomme ou poire ou banane, des reines-claudes ou questches, un brugnon ou pêche, des abricots.
    Déjeuner: de la mâche, betterave, poireaux, avocats, figues, pêches avec du fromage de chèvre exclusivement.
    Dîner: ce que je cuisine pour ma famille ( 1 mari et 4 enfants) en petite quantité et une pomme.

    Je me sens beaucoup mieux et dès que je sens mon estomac plein, j’arrête. Je bois aussi beaucoup pendant la journée.

    J’ai cependant des questions:
    – pourquoi n’arrive-je pas à manger les quantités que vous donnez pour ne pas avoir de carences?
    – comme certaines personnes, quand il ne fait pas beau et/ou qu’il fait froid, j’ai besoin de manger chaud… Qu’est-ce que je fais?
    – en hiver il y a beaucoup moins de fruits disponibles sur le marché. Comment fait-on?
    – à choisir faut-il mieux bannir le pain ou les yaourts de son alimentation?

    Merci pour les conseils, les emails, le suivi. C’est très appréciable ????
    Laurence

      1. Merci Anne-Marie pour vos réponses. Je n’avais pas pensé aux fruits rouges surgelés, c’est effectivement une excellente idée. Je n’arrive pas à manger de grosses proportions à la fois surtout au petit-déjeuner donc je mange ce que mon estomac supporte et quelques heures plus tard, si j’ai faim je remange des fruits en attendant la salade de midi!
        Merci pour tout ????

  4. bonjour Anne-Marie
    je suis « au cru » depuis le 8 mai de cette année … c’est mon corps qui m’a demandé! du jour au lendemain, je n’ai plus réussi à avaler une seule bouchée de riz … et l’aventure a commencé . J’étais déjà végétalienne – sans gluten depuis plus d’un an.
    Mais j’ai conscience que si je n’avais pas fait un gros travail sur mes émotions en amont, je ne tiendrais pas. Ce qui est le plus important je pense, c’est le côté affectif de la nourriture, les envies qui correspondent à des besoins de réconfort, de « rassurance », etc. Ce sont ces choses qui nous mènent par le bout du nez et qui peuvent faire « craquer » sur un plat cuit familier, un petit gouter régressif. Du coup il faut être bien « armée » de ce côté-là, avoir un équilibre émotionnel solide. Alors comme de ce côté-là ça va, depuis le début j’expérimente, je teste des rythmes de repas, et peu à peu je me trouve une routine satisfaisante et efficace. J’ai la chance de pouvoir faire un petit marché de producteurs quasi tous les jours, je gère donc les achats au mieux, c’est passionnant. J’ai encore du mal à digérer les salades vertes alors je les fais en jus, et j’aime de temps en temps me lancer dans la crusine un peu élaborée, mais de toute façon j’ai trouvé ma nourriture-bonheur!
    merci à vous pour cette aide que l’on trouve au quotidien sur votre site!

  5. Bonjour à tous,

    Tout d’abord merci Anne Marie car je suis devenu un adepte du smoothie vert grâce à vous. Pour gagner du temps, J’en fait généralement plusieurs litres et j’aimerais savoir combien de temps on peux le conserver au frigo.

    Merci pour votre réponse et bravo pour votre site.

    Christophe

    1. Le mieux est de le boire/manger juste après sa fabrication. Après tout s’oxyde vite, parait-il. mais si on ne peut pas faire autrment il vaut mieux un smoothie qui a une jourén ou deux que pas de smoothie du tout. merci Christophe.

  6. bonjour Anne Marie
    Voilà 3 ans que je me suis mise au cru (pour éviter les corticoïdes préconisés pour les prémices d’une maladie de Chron ! et ça a marché 🙂
    Et grâce à vos vidéos et autres conseils je m’accroche ! tant je sais le bien que ça me fait ! Merci encore Anne Marie
    Mais comme il est difficile de s’y tenir quand sa famille résiste au cru ! et surtout mon chéri sportif ! et pourtant je lui dis regarde le mari d’Anne Marie grand sportif il mange cru ! 🙂 et quand on pédale ensemble il voit bien que j’ai la forme…..
    Mais rien n’y fait il est trop gourmand ! et trouve que je passe trop de temps en cuisine pour mes « trucs » crus et que je ne suis pas toujours à table avec les autres …….Pfui……heureusement que le cru m’a « zenifié » 🙂 même si un jus c’est vite fait je le fais après avoir préparé à manger pour les autres …..qui en ont marre de manger mes salades 😉
    Seule victoire en 3 ans il a lâché en semaine ses céréales au jus d’orange le matin pour des fruits frais et secs 🙂 Mais le WE avant une rando hors de question de partir sans tartine au beurre dans le ventre ….
    J’applique déjà à peu près vos 6 points pour garder le cap mais le plus difficile comme cela est très bien exprimé dans le mail de Nathalie c’est l’entourage qui n’est pas convaincu !
    Quoiqu’il en soit encore merci pour votre soutien lointain et votre écoute 🙂 et puis si vous avez des trucs et astuce pour m’aider à le convaincre 😉
    🙂
    Doum

    1. Hélas, on ne convainc qu’une personne qui est en recherche. Quelqu’un qui veut comprendre. ou alors il faut l’étonner par sa propre réussite. En tous cas tous les discours sont contre productifs. Courage 🙂 !

    2. Hélas, on ne convainc qu’une personne qui est en recherche. Quelqu’un qui veut comprendre. ou alors il faut l’étonner par sa propre réussite. En tous cas tous les discours sont contre productifs. Courage 🙂 !

  7. Bonjour Anne Marie,
    Bon une vue rapide de mon parcours alimentaire .

    j’affine depuis une dizaine d’années mon alimentation ou un peu plus …

    je me suis doucement tournée vers le bio et plus ou moins local.
    Au début plus de produit laitiers de vache et puis au cours des années plus de gluten; mais souple ( je voyais bien qu après mes écarts je le payais( comme on dit !) !!)
    végétarienne depuis 3 ans.
    Instinctivement depuis 1 ans j’ai retirer les céréales (sans gluten bien sur )
    et tout les dérivées ( gâteaux et autres ) a l’exception des « pains des fleurs »; et aussi depuis 6 mois les produits laitiers chèvres et brebis . en faites ce n’est pas vraiment une décision .. c’est plutôt mon corps qui me le demandait .
    j’ai appris que j’avais la maladie de cœliaque il y a 3 mois .. je m’étais aperçu que le gluten et même les autres céréales me faisaient du mal.

    ce n’est pas cette maladie qui me motive a bien mangé , c’est mon corps qui me le réclame !
    je ne peux tout simplement pas faire autrement.
    je reste souple tout de même… j’ai mangé un œuf a la coque (bio évidemment) avec mon fils il y a quelques jours .

    En faites avant de découvrir votre site..instinctivement je commençais a manger cru .. et miracle je vous découvre .. c’était LA révélation.. …….
    car je m’étonnais de vouloir manger cru et me demandais si je ne faisais pas une bêtise.
    je me sens bien .. je me sentais deja bien dans ma tête et mon corps mais là c’est encore mieux car j’ai perdu mes 3 kilos que j’avais pris a la ménopause .

    il y a 3 mois je me suis acheté un extracteur de jus .. c’est GÉNIAL et les smoothies avec le blender sont tout juste divin !!
    je sens que je fais du bien a mon corps et il me le rends bien !!

    je suis TRÈS heureuse de vous avoir découverte avec toutes vos merveilleuses et délicieuses recettes.
    Je ne mange pas les mêmes quantités que vous .. mais je ne m’en fait pas … je suis en bonne santé .
    Merci de nous faire partager vos recettes de génie !!!
    MERCI ANNE MARIE !

  8. j’ajouterai un 7ème point : ne pas avoir un conjoint complètement récalcitrant et intolérant qui se met à hurler chaque fois qu’il vous voit manger autrement que lui ; pour moi, c’est vraiment un problème 86 ans bientôt et ancré dans ses convictions ; mais j’ai quand même rusé en lui faisant manger de la soupe crue, mais chaude, sans qu’il s’en aperçoive !

    1. Quelle coquine ! De toute façon cela ne peut que lui faire du bien. Mais hurler… ma pauvre ! Chacun fait ce qui lui plait, au moins ! A cet âge il sera difficile de le changer. Prenez ça avec philosophie et détachement (facile à dire !!) Courage à vous aussi !

  9. Bonjour Anne-Marie,

    J’ai eu du mal au début du cru, ne manger que du cru me paraissait fou, alors j’y suis allée pas à pas en suivant vos conseils. J’ai commencé par des jus en plus de mes repas, puis plus de salade, en élimimant petit à petit les pâtes, le riz etc …. quand je suis invitée, je ne dis jamais que je craque pour un petit morceau de fromage, je dis que je me fais plaisir. Je ne culpabilise pas. Je ne suis pas encore à 100% cru, mais j’évolue dans le bon sens avec vos précieux conseils. Je ne pense pas que l’on puisse changer du jour au lendemain, à moins de se retrouver sur une ile deserte, alors autant y aller doucement sans se prendre la tête et progresser lentement mais surement. Bien sûr en s’y mettant au printemps, comme moi, c’est bien plus facile, les fruits et légumes abondent c’est un vrai plaisir. Je vais passer mon premier hiver cru, mais je ne suis pas inquiète du tout.
    En rentrant chez moi je suis passée au drive prendre une commande de fruits et légumes, je confirme… c’est lourd, mais j’ai de quoi manger pendant presque une semaine. J’ai même fait un arrêt chez Picart pour acheter des fruits, ce sera le dessert de demain en sorbet.
    Quand je vois ce que je suis devenue en quelques mois je n’ai pas envie du tout de revenir en arrière. Avant je commençais tous mes repas par une salade, maintenant mon repas c’est une salade de plusieurs légumes et fruits. J’ai encore du mal à manger de grosses quantités mais j’ai trouvé la solution, je mange 5 repas par jour et le compte y est.
    Je me régale vraiment, j’ajoute toujours des graines dans les salades, ce midi c’était du sésame, ce soir graines de chia que je mettrai dans la sauce.
    Vos conseils sont toujours très precieux et sensés. J’avoue que si je men sors si nien c’est grâce à vous, alors un grand merci Anne-Marie.

    Amicalement
    Catherine

      1. Mon cas perso : je ne mange pas tout cru, mais majoritairement cru.
        Lorsque je mange cuit, c’est ‘al-dente’ et avec une grande quantité de CRU.
        Et quand je mange du cuit, je ne culpabilise pas, car je suis BIEN (mm tres bien) quand même.
        Depuis 6 mois j’ai énormément de stress (des malades graves autour de moi) et je ressens des pulsions anciennes.
        Ex : ce matin, je fais mon marché pour mes fruits et légumes.
        je prends des crevettes pour mon chat et je sens le ‘crabe’ qui ‘m’appèle’…
        Ca fait des années que j’en n’ai pas mangé.
        Alors, j’en ai pris une moitié et je l’ai mangé avec une ‘mayavocat’ (avocat, moutarde, ciboulette, feuilles vertes, et jus de cèleri) J’ai pourtant pensé au mercure, à la pollution, mais tant pis, je me suis tellement régalée que je n’ai aucun regret. Je l’ai super bien métabolisé; Bon, faut dire que j’en n’ai même pas mangé la moitié (donc a peine 1/4 de crabe)
        Vous m’auriez dit il y a 6 mois d’en mangé, j’aurai dit ‘moi jamais !’
        Chacun doit faire SON CHEMIN en fonction des étapes de SA VIE.
        Et en vieillissant je trouve qu’on (en tout cas moi) à un peu besoin de cuit sainement, tout simplement parce les organes vieillissent aussi….peut-être…
        Bref LA VIE est belle, c’est l’EXPERIENCE qui est enseignante.

  10. Hello Anne Marie..
    merci pour cet article, je comprends pourquoi j’ai beaucoup de plaisir et de bonheur avec le cru…
    J’applique ces 6 points depuis un moment déjà et je lis beaucoup sur le sujet, je regarde des reportages, des interviews, je m’intéresse aux différents témoignages que je peux trouver et j’ai suivi également deux formations afin d’avoir un max d’infos… Ça fait maintenant une année que je suis au cru à 100% et pour rien au monde je ferai marche arrière..
    Je me sens mille fois mieux et ça à tous les niveaux…
    Fini la junkfood pour moi..;-))
    Merci encore et à bientôt,
    Salutations..;))
    Olivier

  11. Le mot « craquage » est à bannir du vocabulaire, quand on a une envie, il vaut mieux l’assouvir EN CONSCIENCE que de différer jusqu’à n’en plus pouvoir et de culpabiliser après, sinon on alimente le mal être et la mésestime de soi et on se dit « ben je suis nulle alors autant continuer à « craquer »…. L’alimentation est tellement liée à l’émotionnel qu’il faut savoir se faire plaisir, tout en entreprenant un vrai travail de fond si l’émotionnel prend trop de place car s’il prend de la place dans l’alimentation, nul doute qu’il nous sabote aussi dans notre quotidien…
    Enfin on pourra me rétorquer que « c’est facile à dire tout ça », oui mais je me permets de le dire car tout le monde mérite d’avoir une vie épanouie et d’être heureux…
    Merci Anne marie pour ces 6 points vraiment essentiels, c’est toujours bien utile pour se bâtir une pratique solide et pour garder le cap !

  12. Bonjour Anne-Marie,
    Pour certains, l’alimentation vivante crudivore fonctionne très bien et ces personnes n’en retirent que des bienfaits. Mais d’autres personnes rencontrent aussi de gros problèmes sur le plan digestif avec ce régime. Elles peuvent alors se sentir en échec, souvent culpabilisées et perdues faces aux multiples avis contradictoires existant dans le milieu du crudivorisme. Paradoxalement, ce régime de fruits, graines et légumes crus, riche en fibres et en micronutriments,qui est sensée procurer un regain de forme et d’énergie et une régulation du transit intestinal, peut aussi aboutir dans certains cas à une dégradation progressive de l’état de santé. Cela se manifeste rapidement par des problèmes de constipation et de fermentations intestinales qui entraînent de la fatigue, de la frilosité,des troubles du sommeil et de l’humeur,des chutes de cheveux et un perte de poids excessive…. Pour ces personnes, la poursuite du régime crudivore conduit alors à une dénutrition progressive avec un état inflammatoire et une acidification. Tout ceci est provoqué par un phénomène de putréfaction intestinale liée à des pullulations bactériennes anormales. Physiologiquement, l’intestin grêle est une zone d’assimilation des nutriments, caractérisée par une forte activité enzymatique et une faible concentration bactérienne alors que le colon renferme des bactéries « éboueuses » chargées de transformer tous les déchets qui n’ont pas été assimilés dans l’intestin grêle. Pour diverses raisons que l’on peut aussi essayer d’identifier et de corriger chez ces personnes, certains sucres contenus dans les fruits et légumes parviennent au colon sans avoir été assimilés par l’intestin grêle et ceci déclenche alors une pullulation bactérienne anormale. Cette prolifération de bactéries va gagner l’intestin grêle et entraîner des fermentations donnant de nombreux troubles digestifs (ballonnements, constipation ou diarrhées). Cette dysbiose intestinale entraîne aussi une souffrance et une surcharge du foie, une perte excessive de poids par défaut d’assimilation des nutriments, un état inflammatoire chronique avec une acidification de l’organisme. Ces manifestations ne sont pas des réactions de détoxification (sortie des déchets acides), ce qui leurs est souvent malheureusement expliqué à tort mais bien un mécanisme d’intoxication progressive de l’organisme lié à un problème de pullulation bactérienne. C’est ce qui m’est arrivé ainsi qu’à mon épouse et je voulais en témoigner car j’ai rencontré ou pu lire d’autres cas similaires. Dans nos cas, le recours à des lavements quotidiens et à des purges hebdomadaires, sous la direction d’un médecin connu de l’alimentation vivante, n’a été d’aucune utilité. Etant aussi médecin formé à la micronutrition, j’ai longtemps cherché ce qui n’allait pas et c’est grâce aux travaux du Dr.Donatini que j’ai pu comprendre et améliorer la situation. Par exemple, la sélection de fruits et légumes fermentant peu ( voire liste des FODMAP sur internet) peut être une approche très utile, c’est aussi un des seuls moyens efficace et reconnu pour améliorer les sujets souffrant de colopathie. Le phénomène de fermentation intestinale est mesurable par un test reproductible appelé « gazdétect », ce qui permet en identifiant le ou les gaz et les bactéries concernées de traiter la dysbiose de façon ciblée grâce à des traitements particuliers à base d’huiles essentielles. Les causes de la mauvaise assimilation de certains sucres dans l’intestin grêle peuvent aussi être recherchées en recherchant certaines affections virales assez répandues et qui peuvent être traitées selon la méthode du Dr.Donatini en utilisant des champignons aux propriètés immunostimulantes. Il y a beaucoup de témoignages de personnes ayant été très améliorées par ces types de prise en charge. Je vous remercie de pouvoir livrer notre témoignage car je trouve que les cas chez qui le régime frugivore est mal supporté ou qui abandonnent ne sont généralement pas très bien compris et interprétés.

    1. Merci, ces cas sont intéressants. Un défaut dans l’intestin grêle donc, qui ne sait pas assimiler les sucres ? Mais pourquoi avez vous tous deux, mari et femme la même réaction, somme toute assez rare ? Et pourquoi continuer à manger cru, si vous avez découvert ce problème de votre intestin grêle ? Éliminer les produits animaux et manufacturés, n’est ce pas suffisant pour vous ? A tel point que « la poursuite du régime crudivore conduit alors à une dénutrition progressive avec un état inflammatoire et une acidification. Tout ceci est provoqué par un phénomène de putréfaction intestinale liée à des pullulations bactériennes anormales. » dites vous ? N’y a t-il pas un moyen d’éliminer d’abord ces mauvaises bactéries pour pouvoir accéder ensuite aux joies du crudivorisme ?
      Vous dites, « Pour diverses raisons que l’on peut aussi essayer d’identifier et de corriger chez ces personnes »… ce serait intéressant en effet de savoir pourquoi ?
      Ce problème très spécifique doit se faire sentir avec toutes les sortes d’alimentations et pas seulement avec celle là, d’autant que nous éliminons le gluten, les laitages, diminuons drastiquement les graisses.
      Merci en tout cas de nous avoir parlé du Docteur Donatini et de la dysbiose.

  13. Bonjour Anne Marie,
    Depuis fin juillet, je suis devenue vegan. Bon, c’est vrai, j’ai craqué quelquefois. Mais lorsque cela arrive, c’est juste pour un seul repas (au restaurant par exemple) ou juste pour un croûton de pain qui me fait plaisir. Les autres membres de ma famille ne sont pas vegan. Donc j’estime être courageuse. J’ai, de plus, fait l’acquisition de deux de vos livres qui sont en vue dans ma cuisine et jouent le rôle de  » garde fous ». Je suis moi aussi adepte des conseils de Dominique loreau (j’ai tous ses livres).
    Je fais mes menus sur deux jours pour ne pas craquer et manquer de produits frais. Donc cet après midi par exemple j’ai vérifié que j’avais tous les ingrédients pour mes repas et même un peu plus au cas où quelqu’un me chipe quelques fruits dans ma réserve.
    Tout fonctionne pour le moment.
    Merci Anne Marie. Toujours un petit bonheur d’écouter vos conseils!

  14. Bonjour Anne-Marie,

    J’ai souvent lu que les fruits se digèrent très vite , et que si on les consomme en même temps que d’autres aliments, cela provoque un phénomène de putréfaction. D’où des gaz et autres problèmes. On nous conseille donc de les manger seuls et à une certaine distance des repas.

    Je suis perplexe car je vois que tu te fais souvent des salades qui comportent des légumes et des fruits, avec parfois des oléagineux, et avec des sauces à base d’oranges ou pamplemousses.

    Peux-tu me dire comment tu te situes par rapport à ceci ? Merci pour tout !

    1. En fait, tout cela est très juste lorsqu’on parle d’alimentation classique. manger un gratin dauphinois, un cassoulet ou autre puis finir le repas par des fruits est en effet une très mauvaise idée car les fruits qui se digèrent rapidement car plein d’eau, vont être obligés de stagner le temps que le reste du repas soit enfin digéré aussi. Cela risque de prendre du temps. les sucres fermentent et les gaz et désagréments apparaissent.
      par contre , dans une salade composée de fruits et légumes crus, de salades tout se digère rapidement. Lorsque quelques noix se trouvent aussi dans la salade, cela ne change pas grand choses, sauf pour des personnes très sensibles car notre façon de manger est très faible en gras et les quantités de noix ne dépassent pas 1 à 2 cuillère à soupe.
      Certaines personnes vont vouloir ne jamais mettre une amande en présence d’un morceau de pomme. Chacun voit selon son organisme.
      Vous voyez qu’on passe du mélange nourriture très grasse puis fruits, très classique chez monsieur tout le monde, à la séparation radicale du fruit et des oléagineux et autres légumes. Entre les deux, il y a la place pour chaque cas de figure.
      Quand à l’orange et pamplemousse, il n’y aucun problème, l’apport d’un agrume augmente au contraire la digestabilité de la salade composée. Vous mettez sans doute du vinaigre dans votre salade sans y penser.

  15. Il manque un des point les plus importants, la qualité des fruits et leur maturité, des fruits bien murs de qualité(c’est plus compliqué que d’acheter que du bio) sont plus riche en sucres simples et saveurs et donc bien plus satisfaisant pour le plaisir et plus nutritifs, deux points important pour ne pas avoir a vouloir manger sans arrêt!

    C’est plutôt difficile d’en avoir tout au long de l’année en quantité suffisante en Europe a moins d’avoir de bons moyens et d’habiter près de très bons primeurs et vendeurs de fruits(type grand frais etc) c’est un fruitarien long terme qui vit entre les tropiques et la Norvège qui vous l’explique dans cette vidéo:

    https://www.youtube.com/watch?v=rWo2HNeCIMk

  16. Chère Anne-Marie,
    J’ai dû changer d’ordinateur, aussi je ne découvre votre vdéo que maintenant. Elle me parle et m’enthousiasme. Je vais mettre par écrit cette journée type et l’afficher dns mon bureau ET dans ma cuisine pour ne pas la perdre de vue; faire des courses conséquentes et chercher quels encas je pourrais préparer pour mes fringales du soir.
    Merci infiniment pour la qualité de votre écoute et la précision de votre réponse. J’espère que cette vidéo servira effectivement à d’autres dans le même cas que moi.
    Je vous tiendrai au courant de ma réussite ! 🙂
    Belle journée fruitée à tous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

CRUDIVEGAN : Manger vegan et cru en bonne santé !

Crudivegan les secrets et règles de l’alimentation vegan et crue. Des recettes simples et délicieuses, mes découvertes et coups de coeur.