Le blog crudivegan, l'alimentation vegan et cru

Retrouvez toutes mes découvertes, analyses, partages, etc.

Anne Marie

Anne Marie

Je partage avec vous mes découvertes, inspirations, recettes simples et délicieuses, mes astuces et idées pour vivre en pleine santé, ma vision de la vie et comment la joie fait partie de moi tous les jours.

Mon histoire

Boutique & références

Ebook alimentation vegan crue

Découvrir
d'une alimentation crue

et recevez la newsletter Crudivegan

En soumettant ce formulaire vous acceptez que vos informations soient utilisées uniquement dans le cadre de la relation commerciale éthique et personnalisée qui peut en découler. Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’opposition et de suppression des données qui vous concernent. Nous vous invitons à prendre connaissance de notre politique de protection des données.

Archives Crudivegan

Alimentation crue : Mes réponses à vos questions

Vous me posez toutes sortes de questions qui me mettent à rude épreuve.. et je vous en remercie !

Dans la série questions/réponses, voici celles de Christine… pas moins de 8 questions dans un seul mail !
Christine :
Bonjour
Merci pour votre petit guide d’alimentation. Je suis depuis quelques temps les vidéos de Thierry de vivre cru. Pour l’instant je ne suis pas passé à l’acte car j’ai 62 ans et j’ai besoin avant de tout chambouler de trouver dans tout cela des cohérences et réponses à mes interrogations.J’aimerais avoir quelques réponses sur :
1/Pourquoi si l’alimentation crue est la meilleure pour l’organisme humain, le lycopène excellente substance voire la meilleure, n’est libérée que lorsque la tomate est cuite ?
Le lycopène, qui appartient à la famille des caroténoïdes, est le pigment rouge qui donne sa couleur à la tomate. On le trouve aussi dans d’autres fruits rouges, la pastèque, le pamplemousse rose, goyave et papaye. C’est LA substance de la tomate qui se trouve renforcée par la cuisson.
Le lycopène passe de 3,5 mg à 8 mg selon les cultures, pour une portion de 125 ml dans la tomate crue à 17 mg dans la sauce tomate, toujours pour 125 ml. C’est un antioxydant, donc c’est un élément important et utile. « La consommation régulière d’aliments contenant du lycopène est aussi associée à une réduction des risques de maladie cardio-vasculaire, du diabète, de l’ostéoporose et même de problèmes de fertilité masculine, et peut-être d’autres cancers dont ceux de l’œsophage, du côlon et de la bouche » (Wikipedia).Mais dans une tomate, il n’y a pas que du lycopène : vitamine C et vitamines du groupe B, notamment B3, B5 et B9 (acide folique ou folates), nombreux minéraux : beaucoup de potassium, du phosphore et du magnésium ; ainsi que des oligo-éléments : fer, zinc, cobalt, nickel,  fluor, bore… Or la cuisson va détruire ou amenuiser toutes les autres substances, vitamines, etc. Le rapport avantage/inconvénient penche en faveur du cru.
On ne peut pas remettre en question toute l’alimentation crue à cause d’une substance qui augmente à la cuisson dans la mesure où on la trouve aussi dans la tomate crue et dans d’autres fruits.
De plus, l’alimentation végétalienne crue est idéale pour la santé mais rien n’empêche de manger de la sauce tomate ou du coulis de tomate de temps en temps avec une pomme de terre cuite ou du riz. Mettre du cru végétal dans son alimentation est une bonne chose, sans obligation de l’être à 100%.
2/Vous dites que le sel est très mauvais or comment à ce moment là obtenir l’iode substance absolument nécessaire au fonctionnement notamment de la thyroïde et qu’en cas d’insuffisance c’est le goitre (maladie bien connu dans les années 50 dans les régions de montagne où « le crétin des alpes » avait aussi des problèmes d’intelligence. Pourtant à cette époque les paysans des alpes mangeaient certainement beaucoup de végétaux et de fruits.
Je ne possède pas parfaitement l’histoire de la maladie dite « du crétin des Alpes », même si j’en ai entendu parler. Cette maladie est connue dans le monde, mais elle a été significativement importante dans les  Alpes, dans une population qui vivait en vase clos, et ne prenait pas d’iode du tout. En plus ils vivaient en groupe fermé où ils étaient obligés de toujours se marier au sein de leur communauté (endogamie géographique), et c’est ce qui a renforcé chez eux, la maladie de la déficience en iode, créant de la consanguinité.Mangeaient-ils beaucoup de végétaux ?
Je ne suis pas spécialiste du mode de nutrition des paysans dans les années 50, mais effectivement, la nourriture des paysans était plutôt faite de pain, oignon, choux et quelques bulbes et un peu de lard le dimanche.
Le sel iodé apporte bien sûr de l’iode, mais on sait également qu’il est conseillé de réduire l’usage du sel de table au strict minimum, pour diminuer les problèmes d’hypertension et de maladies cardiovasculaires. Il faut donc se tourner vers d’autres aliments riches en iode…
L’iode se trouve dans le fenouil, le céleri, chou, cresson, épinards, dans le seigle et l’avoine et dans les algues. Sans doute ces gens ne consommaient-ils pas ces aliments.En tout cas, je n’ai jamais entendu parler de déficience chez les crudivores, qui eux consomment de grandes quantités et variétés de  fruits et de légumes .
3/ le corps a besoin de protéines pour fonctionner. Certains naturopathes connus comme Masson très végétarien dans le début de sa carrière, est revenu sur cette position en disant que le corps avait besoin d’un minima de protéine de viande.
 Lisez  Le Rapport Campbell : La plus vaste étude internationale à ce jour sur la nutrition de T. Colin Campbell  et voyez le film « La santé dans l’assiette« , ou « La face cachée de la viande ». Voyez les travaux du docteur Caldwell Esselstyn qui a guéri pendant des décennies ses patients en leur faisant adopter un régime végétalien, sans viande, sans poisson, sans protéine animale.
Quel a été le parcours de ce naturopathe Masson ? Pourquoi est-il revenu sur sa position ?
4/ Vous proposez des sauces avec du vinaigre : hors celui-ci est lié à une transformation en alcool. Est-ce si bon que ça à la santé ?
Non, je ne  pense pas que le vinaigre soit excellent pour la santé malgré tout ce qu’on peut lire sur les vertus du vinaigre de cidre.
Dans son livre « The 80/10/10 Diet », le docteur Douglas Graham dit que toutes les formes de vinaigre sont toxiques pour le corps humain. Composé d’acide acétique et d’eau,  il explique qu’il stimule la glande thyroïde et peut provoquer des problèmes de santé comme des désordres endocriniens, désordres du métabolisme du calcium, problèmes de poids, léthargie, maux de tête et j’en passe…
C’est pourquoi je ne ferai pas usage du vinaigre chaque jour, chaque fois que je fais une sauce de salade, par exemple… comme je le faisais avant en tant que simple végétalienne, ou comme la plupart des gens.
Dans mes recettes, je mets parfois juste une cuillère à soupe de vinaigre pour deux, lorsque je sais que le goût ira très bien avec le reste. Mais cela reste rare, environ dans 5% de mes recettes de mon premier livre « Recettes Crues Pour 30 délicieux repas du Soir« !
Ce vinaigre peut facilement être remplacé par du citron, à propos.
Il est vrai que j’en mets extrêmement rarement maintenant et je n’ai plus du tout de recettes au vinaigre dans mon dernier livre des « Savoureuses recettes Pour Dîners Crus« .Mais je pense que de temps en temps, cela ne présente pas de problème grave, étant donné qu’on a aussi éliminé les produits animaux, et manufacturés… le plus gros du problème de l’alimentation courante !
5/ On connait tous des personnes (jeanne Calmant qui a vécu jusqu’à 120 ans, mangeait normalement, buvait du vin à chaque repas…). Alors que la plupart des personnes qui ont écrit sur le sujet de la santé naturelles ces dernières années sont morts plutôt assez jeune….de maladie !!! Comment expliquez-vous cela ?
Donnez des statistiques, des noms des écrivains cités, leur parcours… parce que là, franchement, je ne vois pas. A mon tour, je peux vous dire de regarder des vidéos de Douglas Graham, et voyez dans quel superbe état il se trouve après 40 ans d’alimentation crue !
6/ les chinois qui ont une médecine de 3000 ans prônent une alimentation cuite pas trop mais travaillent sur le chaud, le froid, le sucré, le salé le piquant etc….en fonction des organes et des saisons. Hors dans les contrées retirées des personnes qui ont probablement continuées à suivre la médecine traditionnelle, être âgées de 120 ans avec une activité hors du commun. Et pourtant à priori ils ne mangent pas cru, ni que des fruits et légumes.
 
Encore une fois, on trouve la réponse dans le Rapport Campbell. Son livre s’appelle en anglais The China study, qui est justement basée sur une étude comparative portant sur le  taux de mortalité de douze types de cancer différents sur 880 millions de personnes de Chine rurale sur une période de vingt ans. Ce qu’il en ressort principalement, c’est que les personnes qui ne mangeaient pas de viande vivaient bien plus longtemps et en bonne santé.
7/ l’homme serait frugivore comme les grands singes. Mais ces derniers mangent quand même des protéines animales avec leur nourriture. Il y a quantités d’insectes sur les fruits, feuilles racines qu’ils absorbent, les poux sur la tête de leurs congénères. Si nous adoptons leur alimentation il y a fort à parier que nous ne mangerons pas ces insectes. Donc on ne peut se comparer aux grands singes….
Pensez-vous que les chimpanzés, bonobos, gorilles et orang-outang, tiennent leur incroyable musculature des minuscules poux et insectes qu’ils absorbent par mégarde avec leurs fruits et leurs feuilles vertes ? … Et oui, nous nous comparons totalement aux grands singes de par notre système digestif, notre préhension des objets, etc.
8/ faite-vous régulièrement un bilan de santé ? en effet on ne devient pas malade du jour au lendemain. Mais à force de carences trop longtemps.
Oui, je fais une analyse sanguine une à deux fois par an. Tout va bien. Seule la B12 et la D manquent. Mais comme chez tout le monde (non végétaliens…) à vrai dire. Et je me supplémente en B12 et en D.
Bon j’arrête là mes questions !!! J’espère que cela ne vous ennuie pas trop d’y répondre.
Non, pas du tout. Par contre je veux vous dire que je ne cherche pas à faire des adeptes à tout prix, comme ce serait le cas pour une religion… je comprends qu’on se pose des questions. Moi j’ai cherché à chaque fois, j’ai lu, j’ai écouté des gens… Chacun doit faire son propre parcours et aboutir à ses propres conclusions.
 LigneOranges
 
Encore quatre questions de Tania, cette fois-ci :
Anne Marie, bonjour,
Tout d abord un grand merci, en particulier pour tes infos téléchargeables, et les autres : j avais besoin d une référence sur la quantité de  » gras  » journalier, tu nous l as donné, et pour l utilisation de  » cronometer « , à laquelle j avais renoncé, n y comprenant rien de comment cela pouvait fonctionner ! 
maintenant, grâce à ta vidéo, c est tout bon pour moi, et je peux y renvoyer mon entourage en leur indiquant ce site pratique pour vérifier !
 
J ai pris soin de regarder si la réponse à mes 3 questions se trouvait dans ton blog, non, y a pas, je viens donc te les poser en direct, et comme elles concernent sans doute beaucoup . . . 
 
      *  je suis toujours en manque de Vitamine E , méme si une noix du Brésil par jour ( pour le selénium ) , des noix ou des graines de sézame, à hauteur de la quantité que tu indiques . Avant de passer au cru, il y a 6 mois, je consommais chaque jour 1 c à c ( 5 gr je crois ),d huile de germe de blé ( y a pas en bio et j imagine pas très bon ) as tu ton quota et si oui, quels aliments te permettent d y arriver au quotidien ?
J’ai donc regardé mes propres pages de cronometer : j’ai certains jours 35% des besoins en vitamine E, parfois 67%, parfois 137% (20,6mg)… Le jour des 137%, je n’avais même pas pris de graines !  Ma vitamine E venait de l’addition des divers fruits.
En fait, je ne me préoccupe pas de ces chiffres. Je sais que tout ce dont nous avons besoin se trouve dans les végétaux et que les quantités s’équilibrent d’un jour sur l’autre. En tout cas tu n’as pas besoin d’huile, les graines et végétaux suffisent. L’huile est un aliment raffiné, comme le sucre en poudre, qui a perdu tous les autres éléments de la graine d’origine.
 
     *  pareil pour les oméga 6, j arrive jamais à couvrir plus de la moitié de mes besoins journaliers, ors je sais que je dois étre très vigilante la dessus, ayant vécu l an passé une perte de cheveux très importante sur plusieurs mois ( la moitié de ma chevelure ), mes 40 à 50 gr de gras quotidien je les passe à 1 c à c d huile de bourrache ( pour la peau ), une noix du brésil et le reste en graines de lin, de sésame, de tournesol, ou de chia, ou noix de Grenoble, amandes . . . même question, as tu ton quota, et si oui, de quelle source vient il ?
 
La perte de cheveux a plusieurs causes. Y compris psychologiques. As-tu déjà lu l’article sur les oméga 3 : http://www.crudivegan.fr/2013/07/crudivegan-les-omega-3.html
Je pense que le besoin en acides gras est mal compris. Le problème courant c’est d’avoir trop d’oméga 6 par rapport aux oméga 3.
     *  le fer quand à lui, serait mieux absorbé par l organisme si il est sous forme de fer héminique, justement celui que l on trouve en origine animale ! Comment alors, peut on être sur qu on ne va pas en manquer ?
Je ne suis pas sûre que tu ne vas pas en manquer : je ne sais pas combien de calories tu vas prendre par jour, vas-tu manger assez, ne vas-tu pas manger trop de graines et déséquilibrer ton organisme…
Il y a du fer dans les algues, le persil, les champignons, les oignons verts… Encore une fois c’est l’accumulation des végétaux mangés qui permet de parvenir à une bonne dose de fer.
Oui, il existe le fer hémétique (d’origine animale) et non hémétique (d’origine animale et non animale). Mais lisons ce que dit Docteur Jérôme Bernard-Pellet sur le site de l’Association végétale de France, médecin généraliste et nutritionniste végétalien, très actif en France :
« La question du fer est souvent une source d’inquiétude pour les personnes désirant adopter un régime végétarien (surtout végétalien). Mais de bonnes habitudes alimentaires conduisent à ce que le fer d’origine végétale (non héminique) suffise amplement au besoin de l’organisme humain. Par ailleurs, il n’y a pas de « qualités » de fer différentes : lorsque le fer parvient jusqu’aux cellules qui l’utilisent, son efficacité est exactement la même, qu’il provienne d’un plat de lentilles ou d’un morceau de boeuf. »
 
     *  et cette noix du Brésil ( 4 gr environ ) qui à elle toute seule contiendrait tous nos besoins quotidiens en sélénium, on dit qu elle est chauffée et même en bio ( moi, cause sous, je la prends à Leclerc ) et quand on sait que la chaleur . . . que sais tu à ce sujet ? 
La noix du Brésil est en effet très riche en sélénium. elle est très nutritive et contient 70% d’acides gras insaturés. Ce serait mieux si elles étaient séchées au soleil, comme autrefois.
Je ne savais pas qu’elle était chauffée…
Il ne faudrait manger que les noix de saison, fraîches et bio. Mais on fait comme on peut… alors on les achète sèches, bio si possible.
Je m’arrête là pour aujourd’hui. Vous tous, crudivores (ou pas) forts en connaissances, ajoutez vos commentaires et propres réflexions !

[crealist]

 

Partager facilement l'article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Découvrez d'autres articles similaires

14 réponses

  1. Bonjour,
    Pour ma part, crudivore depuis mars 2012, déjà au bout de 8 mois la vit D avait augmentée, pas de carence en b12, régulièrement je fais germer les graines dont le tournesol qui serait une source de vit D, les fleurs de pissenlit aussi, il faut dire aussi que je consomme des jus tous les jours donc je ne saurais dire ce qui fait quoi… Mais je peux dire que les analyses bluffent mon médecin traitant qui guette la défaillance…
    Bonne journée,
    Merci a toi pour toutes ces infos,
    Sylvie.

    1. Il y a de l’iode dans beaucoup de fruits aussi et une belle quantité dans les bananes fraises et autres~
      Il nous en faut très peu de toutes façons, jamais lu qu’un crudivore végétalien ou autre avec une carence en iode de nos jours alors que les carences arrivent si on ne mange pas assez sur le long terme et/ou il y a un problème d’assimilation/métabolisme de certains nutriments, si on mange assez sur le long terme les carences d’apport sont très rares avec cette alimentation qui est de loin la plus riche en la plupart des nutriments~

      Les bonobos l’espèce la plus proche de la notre consomment entre 1 et 3% de produits animaux, quelques œufs et insectes…
      Nous comparer aux singes type bonobos est une première étape importante pour comprendre notre anatomie et nos besoins néanmoins nous sommes bien plus avancés donc idéalement nous ne mangeront pas de produits animaux comme Adam et Eve~
      Il semble exister tout de même une différence anatomique de taille qui est rarement citée entre tous ces singes et nous, notre organisme sécrète trois fois plus d’amylase(enzyme qui décompose les sucres complexes type amidon qu’on trouvent dans les fruits pas murs, les tubercules, les céréales et similaires) salivaire que les chimpanzés, les bonobos ne semblent pas en secréter du tout ou très peu, dans tous les cas l’amylase pancréatique est beaucoup plus puissante et importante dans la digestion des sucres complexes et il n’y a pas ou quasiment pas de sucres d’aucune sortes dans la chair animale et les œufs

      .@ » » »en effet on ne devient pas malade du jour au lendemain. Mais à force de carences trop longtemps. » » »

      Grosse erreur l’immense majorité de tous les problèmes de santé sont dus a des excès et non a des carences sauf en cas de dénutrition massive ce qui est très rare dans nos sociétés et beaucoup de carences ne sont pas des carences d’apport mais des problèmes d’assimilation qui sont souvent dus a des excès qui ont encombrés l’organisme(principalement intestins) sur le long terme~

      Ça me parait excessif 40 a 50 grammes de lipides par jour sur le long terme~

      Pour finir je précise que les AJRs et les « normes » sur les bilan sanguins pour les micronutriments ne sont pas les normes que l’organisme a besoin pour fonctionner correctement, ils ont placés des marges assez énorme, Herbert Shelton avait démontré que les AJRs sont carrément de 100 a 500% supérieur en moyenne a ce que notre organisme a vraiment besoin et spécialement avec une alimentation très peu toxique, un corps en santé avec une assimilation correcte~

    2. Merci Julot, perso j’aime quand ils sont bien murs, et coulant à l’intérieur, mais difficile (en ce moment) d’en trouver de cette qualité !!

  2. Mon dernier long message explicatif n’aurait pas du être une réponse mais un message général, désolé de cette erreur~

    Pour les kakis ils se gardent vraiment longtemps c’est pratique, il faut les acheter a l’avance, pratique pour les faire murir comme on le désire.

  3. Ce blog est super, on apprend plein de chose. Petite question, comme c’est de saison je me demandais les châtaigne appartienne à tout ce qui est noix ? D’après toi c’est quelque chose qu’on peut prendre ? Et combien ? Merci d’avance.
    Lisa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

CRUDIVEGAN : Manger vegan et cru en bonne santé !

Crudivegan les secrets et règles de l’alimentation vegan et crue. Des recettes simples et délicieuses, mes découvertes et coups de coeur.