Le blog crudivegan, l'alimentation vegan et cru

Retrouvez toutes mes découvertes, analyses, partages, etc.

Anne Marie

Anne Marie

Je partage avec vous mes découvertes, inspirations, recettes simples et délicieuses, mes astuces et idées pour vivre en pleine santé, ma vision de la vie et comment la joie fait partie de moi tous les jours.

Mon histoire

Boutique & références

Ebook alimentation vegan crue

Découvrir
d'une alimentation crue

et recevez la newsletter Crudivegan

En soumettant ce formulaire vous acceptez que vos informations soient utilisées uniquement dans le cadre de la relation commerciale éthique et personnalisée qui peut en découler. Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’opposition et de suppression des données qui vous concernent. Nous vous invitons à prendre connaissance de notre politique de protection des données.

Archives Crudivegan

Les humains ne sont pas carnivores : les preuves !

En dehors des considérations éthiques qui considèrent qu’exploiter un animal, le torturer puis le tuer n’est pas supportable, il faut bien vous dire que nous ne sommes pas faits pour manger de la viande.

fruits

Beaucoup de raisons à cela : notre anatomie, notre physiologie, notre psychologie.

Voici quelques différences entre les carnivores et les humains (*), notions toujours utiles à réviser :

Dents : nous avons une petite bouche et une denture faite pour mastiquer et non déchirer. nous possédons 2 incisives, 1 canine et 5 molaires et prémolaires par demi mâchoire; les carnivores en ont 3/1/ 5 à 8.

Salive et urine : légèrement alcaline (PH entre 6,5 et 7,5) chez les humains, acide chez les animaux mangeurs de viande.

Odorat : Nous salivons pour les fruits du marché, les végétaux frais  ! Pas pour la chair étalée sur les étals de boucherie dont l’odeur nous répugne. Les carnivores ont un odorat développé pour suivre les pistes de leurs proies.

Griffes : les griffes des carnivores sont là  pour déchirer les peaux et chairs des animaux . Nos ongles sont doux.

Pouce opposable : notre pouce opposable nous facilite la tâche pour attraper, les fruits entre autre (regardez un singe éplucher sa banane). Alors que les griffes des carnivores servent à attraper et retenir les proies vivantes.

Estomac : beaucoup moins volumineux chez nous et beaucoup moins acide.

Foie : proportionnellement plus grand chez les carnivores que chez les humains.

Colon : notre colon est convoluté, long et à replis, contrairement à celui des carnivore.

Intestins grêles : le nôtre fait 10 m de long alors que celui des carnivores est court. Notre long intestin permet la digestion des sucres et nutriments. Leur court intestin permet de digérer rapidement la chair avant qu’elle ne se décompose. Lorsqu’un humain mange de la viande, elle stagne looooongtemps dans son intestin, putréfie, et provoque des gaz (appétissant !)

Sommeil : nous dormons environ 8 heures par nuit (enfin quand on peut !), alors que les carnivores dorment entre 18 et 20 heures par jour (par 24h)

Tolérance microbienne : ils peuvent digérer des microbes qui nous tueraient. Du coup, ils ne nettoient pas leurs proies, et peuvent avaler tous les débris organiques, saletés et insectes avec leur nourriture. Nous avons intérêt à suivre quelques règles d’hygiène  !

Transpiration : nous évacuons la transpiration par tous les pores de la peau, les carnivores suent par leur langue.

Vue : nous n’avons pas de vison nocturne pour chasser la nuit; ET nous voyons tout le spectre des couleurs, bien pratique pour voir si un fruit est mûr (en dehors du toucher et de l’odeur), ce qui n’est pas le cas des mangeurs de chair.

Vitamine C : les carnivores la fabriquent eux-mêmes, nous devons absolument l’absorber de notre nourriture végétale et fraîche (sinon, c’est le scorbut !).

Enzymes : Présence d’uricase chez les carnivores, qui est une enzyme capable de décomposer l’acide urique de la chair, enzyme absente chez l’Homme.  Cela explique pourquoi les gens qui mangent de la viande connaissent l’ostéoporose : en effet, ils doivent neutraliser cet acide fort avec leurs minéraux alcalins, surtout le calcium. L’excès d’urée provoque des crises de goutte, de l’arthrite, des rhumatismes .

Par contre, nous produisons de la ptyaline, ou amylase salivaire, qui nous permet de digérer les sucres des fruits (l’amylase est également synthétisée dans de nombreuses espèces de fruits pendant leur maturation, ce qui les rend plus sucrés). les carnivores n’en produisent pas.

Métabolisme des sucres : Le glucose et le fructose des fruits aliment nos cellules sans fatiguer notre pancréas (à moins de les manger avec du gras). Au contraire des mangeurs de viande qui ne savent pas le métaboliser et attrapent le diabète s’ils mangent beaucoup de fruits. (ne donnez pas de fruits à votre lion !)

Métabolisme des graisses : Nous ne pouvons gérer que de petites quantités de gras alors que les mangeurs de viandes peuvent en consommer de grandes quantités.

Nous ne devons pas manger de cholestérol car nous le fabriquons nous même (voir cette série de vidéos). Un carnivore peut supporter une alimentation à haute teneur en cholestérol.

Nous ne sommes pas carnivores donc !

Sommes-nous omnivores ?

Non, nous ne DEVONS pas manger de tout. Nous le pouvons juste… jusqu’à un certain point. Pouvoir manger de tout, y compris de la viande ne signifie pas que nous sommes obligés de le faire; Une compatibilité n’est pas une obligation.

Sommes-nous herbivores ?

A vrai dire, non plus. Etre herbivore, comme une vache, voudrait dire que nous pouvons nous sustenter uniquement d’herbe, de salades et de feuilles verte variées. Or nous  avons besoin d’un peu plus de carburant que cela, d’autant que nous ne mâchons pas de l’herbe toute la journée, comme elles, mais faisons en général trois repas par 24 heures.

Oui, nous devons manger des feuilles vertes, salades, céleri, épinards, ou des crucifères, chou, , chou-fleur, kale, carotte,  asperge, patate douce et autres légumes parce qu’ils apportent des minéraux en quantités, des vitamines et de la variété dans notre assiette, mais nous ne sommes pas des mangeurs de légumes pas nature.  La nourriture idéale et naturelle, source de combustible et d’éléments nutritifs pour les être humains, ce sont … les fruits !

Nous sommes frugivores.

C’est-à-dire que nous sommes faits pour manger des fruits et quelques feuilles tendres, ce qui inclut les « légumes » ou appelés comme ça, que sont les fruits non sucrés, soit les tomates, concombres, courgettes, aubergines (encore que crues, je trouve difficile de les manger), poivrons, et courges. Lorsqu’ils sont bien mûrs, les amidons ont été transformés en glucose et fructose, soit des sucres simples que nous pouvons utiliser sans transformation de la digestion. Les enzymes des fruits ont converti aussi les protéines en acides aminés et les graisses en acides gras et glycérols. Tout se trouve dans un fruit, tout ce dont nous avons besoin.

A côté de ces fruits (sucrés ou pas) et feuilles vertes, nous mangeons aussi des légumes, qui, nous l’avons vu, ne sont pas l’essentiel de notre nourriture idéale.

Les choux, comme le brocoli, chou-fleur, kale, que l’on trouve partout maintenant, chou blanc, sont pleins de bons nutriments, dont des phyto-composés anti-cancers, et des fibres solubles. Ne pas oublier les carottes, betteraves,  et autres légumes racines, qui apportent également d’autres nutriments utiles.Mais ils contiennent aussi de la cellulose et autres fibres insolubles, dures, difficiles à digérer. Il est bon de les réduire en touts petits morceaux, les râper ou les mixer pour faciliter notre travail d’assimilation. (Recettes ici)

Alors quid des céréales, légumineuses, légumes racines et légumes fermentés ? Ce sera pour une autre fois !

(*) inspiré par The 80/10/10 Diet

 

Partager facilement l'article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Découvrez d'autres articles similaires

31 réponses

  1. Merci Anne-Marie pour tous ces bons conseils et infos.
    Je suis, comme surement l’unanimité de tes lecteurs assidus, touchée par la générosité de ta démarche et convaincue des bienfaits du régime CRUDIVEGAN, en tant qu’adepte dilettante.
    De l’île de la Réunion où nous cultivons de bonnes papayes, bananes, etc. et attendons votre visite… (me contacter si intéressée :-))

  2. Bonjour Anne Marie

    Quel plaisir de vous lire depuis déjà plusieurs mois ! J’aime votre énergie et votre façon simple de nous faire partager votre expérience de frugivore. J’avoue que j’ai eu envie de tenter l’expérience et que petit à petit je m’y suis mise même si je ne le pratique pas à 100 % comme vous ! Cependant je mange 2 repas de fruits et le dernier composé de légumes (bien souvent cuits oups) accompagnés parfois de quelques petites choses qui disparaissent de mon alimentation au fil des semaines. Pourtant, je n’ai pas réussi à me débarrasser de cette poche de graisse sur mon estomac. Alors otez moi d’un doute qui me taraude souvent… ne consommons nous pas trop de sucre avec tous ces fruits ? Dès que nous lisons un article de diététique on nous ressasse qu’il ne faut pas consommer plus de 3 fruits par jour. Quel dilemne ! Merci Anne Marie et au plaisir de vous lire.

    1. Trop de sucre, non. j’ai écrit des tas d’articles sur le sujet : regardez dans la barre à « sucre ».
      Mais « trop »… peut-être ! J’ai raconté dans une vidéo comment, moi aussi, j’ai trop mangé, de fruits et autres et repris un peu avant de revenir vers un poids auquel je rêvais (voyez « qui est crudivegan »).
      Le problème n’est pas le sucre des fruits, mais que si on mange plus qu’on ne dépense, on finit par grossir. Il faut ,sans se restreindre, apprendre à savoir de quoi on a besoin.
      La phobie des fruits me parait ridicule. Ils confondent le sucre blanc, ou en poudre , aussi bobo soit-il( rapapudra etc.) ou les expériences faites sur des souris avec du sirop de glucose de maïs ( l’horreur) et le sucre naturel du fruit, absorbé avec les nutriments , vitamines et minéraux du fruit, les fibres. Ça n’a rien à voir !
      Regardez un peu Graham en photo (si vous ne connaissez aps :https://crudivegan.com/2012/11/lalimentation-selon-le-docteur-graham.html) qui ne mange que des fruits depuis 55 ans, et bien d’autres… et maintenant regardez les docteurs qui ont peur des fruits : gros et pas capables de courir un 100 m !
      En touts cas, nous ça nous a réussi ! ce que je vous souhaite Florence.

    2. Florence,
      Il faut laisser du TEMPS a votre organisme pour qu’il affine votre silhouète.
      Cette hygienne de vie m’a REMODELEE, ‘on’ me disait ‘maigre’ je me voyais ‘mince’…
      Ce qui a changé dans mon corps, c’est que mes tissus sont devenus plus fermes (remodelage)
      J’ai vécu une grave malocclusion avec bouche déviée, ‘en banane’ tombante’ et le cortège de troubles à distance (debut perte de vue…voir mon site)
      Depuis 2 ans, ma bouche s’est retructurée, les joues retendues, mes mollets raffermis, etc…Ca fait 5 ans que je suis au cru (avec 20 à 30% cuit l’hiver) et ce n’est que du BONHEUR.
      Seule VOTRE expérience vous enrichira, pas ‘ce qu’on dit’ ici et là…

  3. Merci Anne Marie pour ce bel article, c’est clair, précis et concis, nous voilà riches d’arguments bétons et malheureusement, comme il faut parfois « se justifier » de ce que l’on mange (en général j’évite de relever les réflexions désormais mais il y a des moments où ce n’est plus tenable… même si je réponds le plus diplomatiquement possible….), ça nous permettra d’être bien armés ! Je viens de le lire en dégustant un bon taboulé… de brocolis !!!!

  4. bonjour
    très intéressant tous ces explications, vous avez entièrement raison d’en parler, après ce qui veulent mettre en pratique c’est bien et ce qui ne veulent pas c’est leur choix, peut être qu’ils s’y mettront dans 15 ans ou 30 ans.Mais partager sa connaissance est un acte de solidarité, il faut le reconnaitre.merci, bonne continuation et bon weekend à tous !

  5. Bonjour,
    Article très intéressant cependant j’ai une question: que faites vous de la vitamine B12 dont j’ai entendu dire qu’elle est absolument nécessaire à l’organisme mais ne se trouve pas dans les fruits?

      1. Perso je ne prends jamais de B12, n’y en a t-il pas dans les fermentations (j’en fais ts ls jours) Je n’ai vraiment pas envie de prendre ds cachets de vit b12 ou D…
        Je n’ai vu AUCUN un medecin depuis 10 ans (j’ai 65 ans) et je me sens tellement bien que l’idee de cachets me repoussent.

        1. Oui, je sais Monique, que vous ne prenez pas de B12, ni de D. mais moi, j’aurai trop peur car j’ai lu les problèmes graves que cela peut engendrer. Et puis j’ai vu mon taux de B12 remonter avec certains produits et pas avec d’autres; Je prends mainteant la B12 Earth Sweet Bluebonnet (très bon, à mâcher) que j’achète chez i-herb.com.
          Mais vous rejoignez Graham qui dit qu’on n’en a pas besoin…
          Quant à la vitamine D, je suis absolument certaine que son action est phénoménale dans pleins de domaines, physiques et psychologiques. Je la pends en gouttes, maintenant.

          1. merci. il est vraiment intéressant ce docteur Greger ! Pour ce qui est du test de l’acide malonique, je le savais depuis 1 ou 2 ans, et il fallait voir la tête du médecin, très gentille, prête à me faire faire le test que je voulais, mais qui ne connaissait pas du tout l’acide malonique. Même demande au labo… connaissent pas non plus !Ça me conforte en tout cas dans l’idée qu’il faut se supplémenter.

  6. oui, bonjour tout le monde, moi aussi je fais de + en + partie des convaincus du cru, fruits et légumes et pour cause : cela fait 6 mois environ maintenant et, à chaque fois que je mange cuit ou « lourd » – car mon corps le demande sur le moment » – je le regrette après!!! Ce que je remarque personnellement c’est que je ne dois pas attendre d’avoir trop faim, car c’est là que mon corps réclame riz complet cuit, oléagineux, etc. Remarquez quand même aussi, selon Brendan Brazier, (triathlon), que selon nos activités physiques respectives, que seuls les végétaux ne seraient pas suffisants. 10% de céréales complètes est complémentaire. Personnellement je reste grandement convaincue que seul notre propre corps nous fournit les réponses qui nous sont adaptées à soi.
    Merci beaucoup Anne-Marie pour votre générosité à nous partager de telles et complètes informations !!!

    1. Erreur que de penser que seuls les fruits ne sont pas suffisants. Oléagineux, oui, des fruits, des feuilles vertes, quelques légumes et des graines et noix… c’est la base. mais des céréales : elles sont utiles quand on n’a pas assez de fruits mûrs autour de soi. ce qui peut arriver à PAris en hiver, ou à Montréal ! mais avec les fruits surgelés, les fruits exotiques, et les fruits de saison, on y arrive très bien. J’ai le livre de recettes de Brendan Brazier, j’en ai parlé ici https://crudivegan.com/2013/06/la-crusine-non-merci-pas-pour-moi.html
      et la plupart sont totalement à éviter ! Très différent de ce que préconise Graham !

      Je suis tout à fait d’accord avec le fait que si on attend d’être affamé pour se mettre à manger, on a envie de choses par forcément recommandables. Le cerveau nous dit « vite, n’importe quoi de très dense… c’est urgent ! » !

  7. Je viens de relire un texte en date du 26-08-2014 et que j’avais mis de côté – reçu par le biais de Santé-nutrition/ santé-nature-innovation auquelle je suis abonnée (Jean-Marc Dupuis), traitant du végétérisme : naturel ou non des êtres humains, telle est la question. Son auteur prône le régime paléo, et il s’agit de Julien Venesson.
    Je suis en voie de terminer, après Le régime Campbell (un excellent livre qui décrit l’état pathologique du système de santé américain / le nôtre lui ressemble tant !, et l’état des recherches scientifiques est aussi sur la sellette : c’est littéralement dramatique), l’ex-Rapport Campbell, devenu, avec sa nouvelle maison d’édition (Les Arènes), L’Enquête Campbell.
    J’attendais ce moment de fin de lecture pour relire le texte de Julien Venesson.

    Nous sommes au coeur de ton article, Anne-Marie !

    Mes réactions :
    Je me félicite de lire ce beau panorama Crudiveg’ ce matin !

    Sur la controverse mineure que j’ai donc observé hier même à mon échelle de modeste convaincue du crudivorisme végétal et tête questionneuse :

    – Je passe sur le résumé beaucoup trop critique et rapide que fait le nutritionniste du Rapport Campbell. A ses yeux, ce livre se réduit à l’enquête en Chine, d’ailleurs sujette à caution scientifique (la charge est dure et je ne reprends pas l’argument ici). C’est loin d’être le cas, puisque T. Colin Campbell s’est efforcé dans son ouvrage qui clôt, de plus, une longue et belle expérience humaine et sociale, de réunir un nombre respectable d’études pointant tristement du doigt l’implication de produits d’origine animale dans le développement de maladies dites de la prospérité.

    – Serait-on projeté dans la querelle habituelle de chapelles ?
    Probable ! Campbell, jouissant d’un parcours exceptionnel, ne répondra évidemment pas du fait de son éloignement, mais chacun défend un type d’alimentation différente, et Julien Venesson sort un livre.

    – Ce qui m’a le plus arrêtée finalement (chacun son réductionnisme ! – en allusion à l’une des dérives majeures de la science contemporaine), ce sont nos fameuses dents.
    Julien Venesson attaque aussi l’argument morphologique dentaire qui serait souvent mis en avant par les végétariens, usant et abusant de notre ressemblance aux singes chimpanzés.
    Je lis beaucoup ! J’ai lu il y a peu quelque chose sur les singes et nous :
    http://www.editions-belin.com/ewb_pages/f/fiche-article-le-singe-est-il-le-frere-de-l-homme-16330.php.
    Est-ce bien dans ce livre ou ailleurs !??
    Mon trop neuf changement d’alimentation ne m’a pas fait encore recouvrer toutes mes capacités de mémoire et j’ai quelque doute sur l’origine de cette information (à vérifier donc), mais j’ai gardé en tête que la taille des incisives des MALES (ce sont eux qui en possède d’honorables) jouait un rôle important dans la séduction… et la concurrence entre messieurs.

    Bilan perso du jour :
    – Si les singes et nous avons sans doute un ancêtre commun, je trouve que nous ne sommes pas si ressemblants (et Pascal Picq aussi, en dépit de certaines de nos communautés, au regard d’autres animaux, avant tout et comme cela est parlant). Et je trouve mes canines bien modestes : je ne risque pas de séduire un trader avec. Tout juste bonne à croquer des pommes. Celles de nos hommes sont-elles davantage développées ?
    – Dommage que Colin Campbell n’aborde pas la question du crudivorisme (car je le prends pour un vrai scientifique, et un homme sincèrement dévoué). Sa défense des aliments entiers profiteraient de faire devenir crus ceux-ci.
    – J’attends avec impatience la traduction du livre The 80 / 10 / 10 diet… et l’article sur les légumes, la fermentation de légumes (que je pratique avec grand plaisir et satisfaction gustative comme économique).

    Et je vous envoie Anne-Marie l’article de Julien Venesson, si sa lecture vous intéresse (le cas des céréales y est partiellement traité comme les carences que porteraient les végétariens). Il pourrait paraître pour tous d’ailleurs. Tout argumentaire est en effet bon à lire, comme les bons livres (L’Enquête Campbell ou Le Régime Campbell, dernier paru : le nombre de pages prolonge le délice de ces lectures et tiennent en haleine).

    Florence bis (une des autres amies du site !)

  8. On dit l’homme n’est pas granivore, il n’a pas de gésier. Pourtant les rats comme les hommes mangent des grains et n’ont pas de gésier.
    On dit l’homme n’est pas herbivore, il n’a pas de panse. Pourtant les chats (les hommes aussi d’ailleurs) mangent de l’herbe et n’ont pas de panse.
    On dit les singes sont frugivores mais ils mangent des insectes, des petits poissons.
    Les Hunzas qui connaissent mieux que tout le monde la nutrition mangent principalement des fruits et des légumes, mais aussi un peu de céréales, et même occasionnellement de la viande (1.5 % tout au plus).
    Tout les animaux peuvent manger à peu près de tout, seulement leur constitution les prédisposent à manger majoritairement une classe d’aliments.

    1. Oui d’ailleurs frugivore veut dire une alimentation basée largement sur les fruits pas que des fruits ca c’est fruitarien, ca vaut aussi pour les autres type d’alimentation.

    2. C’est trompeur de dire que les chats mangent de l’herbe : ils l’ingèrent pour se nettoyer, et elle ressort d’ailleurs telle quelle (il suffit de tomber dessus pour s’en convaincre).

  9. « aubergines (encore que crues, je trouve difficile de les manger »
    Pour manger les aubergines crues, j’ai trouver une solution : les passer au Vitamix avec un peu d’origan, des tomates, des courgettes etc… une sorte de ratatouille crue. Délicieux.

  10. Je ne suis pas d’accord avec vous. A partir du moment ou les hommes par instint ont commencés à manger des animaux, c’est que l’homme est aussi fait pour manger des animaux. Après, que l’homme moderne, par étique, ne veule pas le faire, c’est autte chose.

    1. Surtout par santé en premier lieu, l’éthique ne peut se baser sur des données scientifique contrairement a la nocivité des produits animaux, et la science nous informe très largement que le moins on en consomme le mieux on se porte sur le long terme~

  11. bonjour,
    l’alimentation est pour moi un casse-tête et ici vous nous faite un portrait très intéressant quant à la façon que nous avons de nous nourrir. or, selon le lieux géographiques où nous vivons, je penses aux inuits, au mongole,aux amérindiens, au gens du déserts etc, qui vivent dans des régions arides et où les fruits n’y sont pas. comment ces peuples, ces gens, pourraient-ils se nourrir s’ils ne s’étaient pas adapté à leur milieu? j’aime beaucoup l’idée de me nourrir que de fruits comme vous le mentionnée, mais au canada, québec, l’hiver est long et les fruits nous les retrouvons dans les marchés, d’un peu partout à travers le monde et vous savez bien qu’ils sont cueillis trop tôt et sont trop souvent pleins de pesticide. une fois sur nos étagères, ces aliments offrent quoi comme qualité nutritive? je vis depuis en région éloignée où l’accès à des produits biologique est restreint. l’homme serait frugivore. pour moi en fait tout reviens
    trouver l’équilibre, l’harmonie et développé une conscience vibrante ce qui me questionne alors sur notre origine humaine. – ne serions-nous pas plutôt Pranique. bref, l’humanité, n’est peut-être pas encore rendue là.

    merci pour votre partage. j’aimerais bien aussi en savoir plus sur les légumes racines, légumineuse, noix et autre

  12. Merci Anne Marie!

    Je vous soutiens totalement dans votre démarche, à la quelle j’adhère.
    Je ne prétend pas avoir raison, mais j’affirme que le régime crudivegan est ce que j’ai pu tester de mieux, et que je l’adopte totalement!

    Je vous soutiens aussi car je peut moi même entendre des bêtises dans ma propre familles, de gens qui prétendent avoir raison car soi-disant très intelligent et très dit « cultivés », bêtises affirmant que l’humanité n’aurai pu exister sans consommer la matière animale, qu’elle nous est indispensable.. mais ces personnes ne connaissent pas les familles vegan depuis longtemps qui on eu des enfant devenus de beaux adultes et.. oui sans carence et en très bonne santé!

    Merci à vous! Merci à tous les vegans!

    PS: je ne peut pas ne pas répondre à ce commentaire sur l’odeur des boucherie: qu’on imagine ces chaires cuisinées et rendus appétissantes, oui je suis un ancien gastronome a la française, je sais cuisiner tous les morceaux de viande. Mais dire que leur odeur cru vous attire?? ppffff n’importe quoi! vous ne savez pas de quoi vous parlez! Avez vous déjà sentis un porc ouvert? une génisse? n’importe quoi vraiment… Avez vous déjà sentis une pèche?
    Bref, je soutiens tous ceux qui comme moi s’efforcent d’oublier certains commentaires et remarques..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

CRUDIVEGAN : Manger vegan et cru en bonne santé !

Crudivegan les secrets et règles de l’alimentation vegan et crue. Des recettes simples et délicieuses, mes découvertes et coups de coeur.