Voici les questions qui reviennent toujours et encore !

  • J’ai peur de ne pas avoir tout ce qu’il me faut si je mange juste des fruits et des légumes (tous les docteurs le disent !)
  • En tout cas, je n’aurai pas assez de protéines !
  • Les graisses sont importantes, il n’y en a pas assez dans les végétaux !
 

Légumes et bananes

1 – J’ai peur de ne pas avoir tout ce qu’il me faut si je mange juste des fruits et des légumes (tous les docteurs le disent !)

Les meilleurs qualités de vitamines, minéraux, antioxydants, phytonutriments, enzymes, co-enzymes, fibres, eau, protéines, hydrates de carbones et graisses viennent des fruits et des légumes. Le tout naturellement « conditionné » harmonieusement pour fournir au corps tout ce dont il a besoin pour fonctionner correctement. Les fruits sont principalement riches en vitamines et en eau, et dans une moindre mesure en minéraux. Les légumes (verts, racines…) sont les aliments les plus riches en minéraux et fibres, et dans une moindre mesure en vitamines et eau.
Les fruits et légumes ne contiennent pas trop de protéines ni de graisses. C’est pourquoi ils sont idéals pour nous fournir en protéine et graisse, car ils couvrent nos besoins, qui sont minimes. (Voir question 2).
Aucune pilule de vitamines ou de minéraux ne peut se comparer à ce que fournit la nature, ni s’absorber de façon aussi efficace. Ce sont les fruits qui nous apportent les nutriments dans les quantités qui correspondent à nos besoins nutritionnels et les légumes viennent en seconde place pour compléter.

2 – En tout cas, je n’aurai pas assez de protéines !

Si nous mangeons 4 à 5 % de nos calories quotidiennes sous forme de protéines, nous sommes dans la zone parfaite de nos besoins. Or pour plus de marge, nous donnons comme chiffre rassurant le chiffre de 10 % de nos calories sous forme de protéines. Le docteur Campbell (auteur du   Le Rapport Campbell : La plus vaste étude internationale à ce jour sur la nutrition) donne le chiffre de 5 % comme un must pour se maintenir en bonne santé.
Les fruits contiennent de 4 à 8 % de leurs calories sous forme de protéines.
Les légumes et légumes verts en contiennent de 15 à 20 %.
Cela surprend au début, mais c’est un fait !
Et nous n’avons pas besoin de beaucoup de protéines (–>http://www.crudivegan.fr/2012/10/de-la-viande-pour-faire-du-muscle-on.html). Pire, nous souffrons de maladies lorsque notre alimentation en contient trop : constipation, qui amène de la toxémie, qui se transforme en cancer. Tout excès de protéines acidifie le corps et augmente ses risques de maladie. Cette acidose doit être contre-balancée par l’organisme. Cela se fait au détriment de notre calcium, précieux minéral alcalin, qui est extrait des os, et de ce fait crée un terrain propice au développement de l’ostéoporose et déminéralisations des dents.
Un déficit en protéines, par contre n’est pas une maladie connue d’un point de vue médical. (Il existe dans certains pays de la sous-alimentation, qui conduit à des déficits mais pas spécifiquement en protéines).

3 – Les graisses sont importantes, il n’y en a pas assez dans les végétaux !

Quant aux graisses, elles nous sont nécessaires en effet, mais dans les proportions de 5 à 10 % maximum de nos calories quotidiennes.
Là encore, on trouve dans les fruits et les légumes, des ratios bien suffisants d’apports de graisses.
On peut d’ailleurs tout à fait consommer trop de graisse en mangeant végétalien (cru ou pas) en prenant de trop grandes quantités de fruits gras (avocat, noix de coco) ou de noix et d’amandes (mais aussi pommes de pins, noix de cajou, etc.)

De plus, on parle souvent de l’existence d’un déséquilibre de l’alimentation classique entre les oméga 6 et les oméga 3. Justement, en mangeant des végétaux entiers et crus, on ne rencontre pas cet excès d’oméga 6 par rapport aux oméga 3, (en dehors des oléagineux donc) ce qui du coup ne demande pas une surconsommation d’oméga 3 pour compenser.  Surconsommation très recommandée par les médecins et les discours officiels, sous forme de poissons, pourtant largement pollués et élevés à l’aide de médicaments et nutriments qui se retrouvent dans l’assiette, ou de pilules d’oméga 3, chères et qui ne sont de toute façon absorbées par l’organisme correctement).

Enfin, quand vous adoptez une alimentation végétalienne, sans viande, sans poisson, sans oeufs, yaourts, fromages, jambon,etc, qui tous sont riches en graisses saturées, vous réduisez automatiquement votre consommation de ce type de graisse. Je rappelle que les graisses saturées sont impliquées dans beaucoup de problèmes de santé tels que les problèmes cardio-vasculaires, diabètes de type II, cancers du sein et de la prostate, ou colo-rectal.

Mais nous avons besoin de cholestérol ! Après tout le cholestérol est présent dans la structure de chaque cellule de notre corps. Oui, mais les êtres humains en fabriquent entre 800 et 1000 milligrammes par jour, et il n’est nul besoin d’en consommer sous forme de produit d’origine animale.
Une alimentation crue a  aussi l’avantage de garder ses graisses intactes, au lieu de les transformer au cours de la cuisson en créant des substances toxiques et cancérigènes comme l’acroléine par exemple.

En fait, tous les nutriments se trouvent dans les cette alimentation crue et végétale dans proportions et ratios idéals, tels que le corps peut les utiliser de façon optimale.

Alors, convaincus ?

Méthode Crudivegan