noël

Noël approche à grands pas, puisqu’à la fin de la semaine, nous serons déjà en décembre. Les esprits commencent à s’échauffer, les enfants à s’exciter, les listes de désirs à s’écrire… Mais en ce qui nous concerne, le problème est bien celui de la nourriture !

Un Noël cru… cela ne va pas être facile à faire accepter par tout le monde !
Autant sa propre alimentation ne concerne que soi, autant le moment des fêtes implique le rassemblement de personnes qui ne mangent pas forcément toutes de la même manière et qu’il faut tout de même nourrir d’une façon ou d’une autre !

Alors voilà, et puisqu’on m’a déjà posé la question, je vais vous dire comment, moi, je vais faire. Le challenge pour moi, et pour vous peut-être, sera de faire plaisir aux autres, tout en conservant vos valeurs, et d’offrir un choix qui permette à chacun de se régaler (et à vous de manger cru-vegan-faible en gras).

  • Tout d’abord, je pars du principe que personne n’a envie de trop manger, de se sentir lourd, ni de constater 2 kilos supplémentaires dès le lendemain. Ensuite, bien sûr il n’y a aucun produit animal chez moi, et je ne déroge pas à la règle sous prétexte que des personnes carnivores ou juste végétariennes viennent. La cuisine végétalienne ne manque pas de charme et on peut tout faire avec des produits végétaux.
  • Enfin, bien que les repas crus offrent des possibilités de repas frais, beaux et bons, je ne vais pas, ce jour là, priver mes invités de quelques babioles cuites. Babioles que je ne mangerai pas cependant.
  • Et puis, je vais être moins stricte concernant la quantité de gras ce soir là (avocats, noix, pistaches, etc.) C’est Noël, après tout !

Donc pas de panique, il y en aura pour tout le monde.
Si Noël est vraiment une saison funeste pour les animaux, chez nous, pas de dinde, de foie gras, d’huîtres  ni de saumon fumé arrosé de beurre ou de crème fraîche !

  1.  La première chose à faire est de remplir la maison de délicieux fruits colorés bien mûrs, qui font envie, présentés dans des raviers, saladiers ou paniers d’osier. Pour deux raisons, la première parce que pour donner envie, pour se faire comprendre il faut avoir des arguments visuels en béton, et la deuxième parce que, sinon, dès que la faim fera son apparition vous ne pourrez pas résister aux gâteaux, pains, et autres choses que vous aurez fabriquées ! Il n’est pas si facile de ne s’accorder qu’un tout petit bout de gâteau (délicieux, c’est vous qui l’avez fait!) si vous n’avez qu’une vieille banane et une pomme ridée comme alternative !
  2. Ensuite, fabriquez des dips en veux-tu en voilà. Vous savez, ces petites sauces un peu épaisses, dans lesquelles vous trempez des bâtonnets de carottes, concombre, courgettes, poivron, cèleri branche, choux-fleurs, brocoli… Décorez des grands plats ou des plateaux avec tous ces légumes découpés et des coupelles de dips au milieu (les recettes viendront bientôt si vous ne savez pas comment faire avec du cru vegan).
  3. Faites deux ou trois salades composées (il existe des milliers de possibilités) avec des sauces au choix déposées en coupelles à part, avec et sans gras. Comme ça chacun pourra choisir d’arroser sa salade avec soit une sauce aux fruits, soit une sauce aux noix, soit une sauce vinaigrette classique (il y a des gens qui n’imaginent même pas autre chose que cette dernière !)
  4. Présentez du pain en tranche, avec et sans gluten pour que chacun ait son pain préféré, des wraps, ou des toasts ou des blinis, si c’est ce qui évoque la fête pour vous. L’intérêt des wraps est que chacun s’amuse à mettre un peu de dip dedans, recouvert d’un peu de salade composée, on roule tout ça, et hop c’est rigolo. Cela dit, cela n’est peut-être pas assez solennel pour un réveillon… Dans ce cas, vous pouvez omettre les wraps ! Chez nous, c’est la grande mode… moi, j’adore faire des wraps avec de grandes feuilles de salade comme la laitue, la romaine ou la scarole. Je trouve cela bien meilleur ! Donc là encore, vos invités peuvent se faire plaisir, mais vous aussi :
  5. Installez de grands plats avec des feuilles de salades lavées, prêtes à servir comme indiqué juste au dessus ou même à être croquées comme des chips. C’est fou comme nous aimons cela ! (bien meilleur que des chips, sans sel, sans gras, ces feuilles vertes qui croquent sous la dent… miam !)
  6. Faites des desserts variés : un gâteau de votre choix. Vous ignorez peut-être qu’on peut faire de délicieux gâteaux sans oeufs, ni beurre. Il existe de nombreuses recettes sur des sites végétaliens et dans des livres. Faites un ou deux dessert cru à base de fruit (si vous êtes biens sages, je vous en proposerais un de ces jours… il en existe de fameux) et moi, je ferai aussi des petites bouchées au chocolat noir pour les gourmands du 24 au soir. (pas de chocolat au lait chez moi 😉

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui. Je sais que beaucoup de maîtresses de maison (et de messieurs peut-être aussi, j’espère) se demandent déjà comment faire un repas de Noël, éthique, sympathique et qui n’explose pas le foie !
Vous avez déjà une petite idée des possibilités d’offrir un repas délicieux variés tout en disant adieu aux plats lourds, longs à préparer et très chers. Ici, rien de tel… on ne pourra pas dire que le Noël « presque tout cru » et totalement vegan soit très dispendieux 🙂

Téléchargez tout de suite ces deux livrets offerts !

  7 secrets de l'alimentation crue
  1 semaine de menus crus