Dans cet article, je disais que nous ne sommes en aucun cas des carnivores, mais que nous sommes, nous Humains, faits pour manger des fruits, sucrés ou non (tomates, concombres, poivrons, courgettes) en majorité avec des feuilles vertes, et quelques noix, amandes, ou graines de tournesol, chia, etc. ou fruit gras. Exit les produits animaux et bienvenue aux végétaux entiers, frais, complets, non transformés.

légumineuses

légumineuses

 

On peut se demander alors si les féculents font partie  des bons aliments à recommander ?

La famille des féculents regroupe l’ensemble des produits sources de glucides complexes :

  • céréales (blé, riz, maïs, seigle, orge, avoine, sorgho, millet, sarrasin, quinoa) en grains ou préparés sous forme de farines;
  • les légumes secs (aussi appelés légumineuses);
  • les tubercules et racines (pommes de terre, patate douce, carottes, navets, panais, radis, betteraves, daïkon, chou rave, céleri rave).

En principe un crudivore, pur et dur, ne mange pas de céréales, ni légumineuses (pois chiches, haricots rouges ou blancs, fèves, lentilles, pois etc.) puisque ces légumes se mangent cuits (à quelques exceptions près).

Encore que je trouve difficile parfois, de définir certaines plantes. Le quinoa par exemple, n’est pas une céréale, contrairement à ce qu’on nous dit parfois, mais il fait partie de la même famille que la betterave et les épinards (les chénopodiacées).

De même les petits pois sont considérés par certains comme un légume et d’autres, plus justement, comme une légumineuse. « D’un point de vue botanique, le petit pois (pisum sativum) est une plante classée dans la famille des légumineuses (comme les lentilles, pois chiches, haricots blancs …). On en consomme les graines encore immatures (petits pois verts), avec leur cosse (pois mange-tout) ou les graines matures sèches (pois cassés).D’un point de vue nutritionnel, par contre, les petits pois sont traditionnellement classés parmi les légumes, bien que leur composition soit atypique. En effet, si leur teneur en vitamines, sels minéraux et fibres alimentaires les rend comparables aux autres légumes, ce n’est pas le cas de leur composition en protéines et glucides. Avec 5 à 6% de protéines, les petits pois se situent à mi-chemin entre les légumes (1 à 3%) et les légumineuses cuites (6 à 10%). La qualité de ces protéines est identique à celle des légumineuses. L’apport en glucides est également nettement supérieur à celui des légumes, mais n’atteint tout de même pas celui des légumineuses. »(sge-ssn.ch)

Ou encore le sarrasin, qui, comme on me l’a fait remarquer, n’est pas une céréale, mais la graine d’une plante à fleurs. On fait de la farine et des pains, des galettes avec du sarrasin, d’où la confusion.

sarrasin germé

sarrasin germé

La sarrasin peut se manger germé : tremper les graines pendant 20 minutes. Puis les égoutter et les laisser germer 24 heures, en les rinçant de temps en temps.

Les céréales

Les céréales, blé, riz, seigle, orge, avoine, sorgho, millet, sarrasin (voir plus haut) sont indigestes crues. Il faut les cuire, et comme leur goût est assez fade, les cuisiner en leur ajoutant sel, matières grasses, épices et sauces. De ce fait, elles deviennent rapidement lourdes et encrassantes pour nos organismes. Une fois cuites, elles restent difficiles à digérer, car elles sont constituées de sucres complexes qui doivent être casées et réduites en sucres simples. Comparées aux fruits, qui sont eux constitués de sucres simples, on comprend pourquoi deux repas qui apportent tous deux des sucres, l’un de fruits, et l’autre de riz (pâte, crêpe, pain, etc.), c’est le premier qui ne fatiguera pas notre organisme, alors que le second nous laissera sur les genoux ! Et oui… les plats de pâtes avant la course ou l’effort en général ne sont pas les meilleurs du tout !

D’autant que, comme je viens de le dire, les céréales ont été entourées d’aliments qui en rajoutent une couche dans la complexité du repas.

Dans cet article de 2012, https://crudivegan.com/devons-nous-manger-des-cereales.html, j’expliquais les méfaits des céréales. Par la suite, nous avons essayé à la maison d’ajouter une céréale, pâtes de maïs, ou de riz, certains jours où nous n’avions pas mangé (ou pas trouvé) assez de fruits mûrs. Mais nous avons vite arrêté : cela ne nous permet pas d’être au meilleur de notre forme, le repas nous parait fade, il manque de couleur, il n’est pas vivant et nous sommes moins satisfaits qu’avec une bonne grosse salade de légumes.

Encore une fois, je trouve que la meilleure alimentation possible est végétale et crue. Des fruits frais, des salades avec divers aliments de différentes couleurs, des petites sauces simples… miam ! A manger à volonté ! Mais ajouter des céréales ne va pas mettre en péril tous vos efforts non plus… il faut faire des essais et voir ce qu’on ressent.

Lisez aussi Grain Damage de Graham…

Les légumineuses

Personnellement je mange de temps en temps des petits pois et des fèves crues en salade (pas ensemble !)… c’est délicieux !

Mais en règle générale, il est bien évident qu’une légumineuse ne se mange pas crue : non seulement parce qu’elle serait indigeste, mais aussi toxique. Alors certes, les légumineuses sont riches en protéines. Cependant je rappelle qu’il est inutile, voire dangereux de rechercher à tout prix une alimentation riche en protéines, puisque des études ont montré que 10 % de ses calories sous forme de protéines seulement sont nécessaires.

Les légumineuses sont riches en acide aminé appelé méthionine, qui contient beaucoup trop de souffre minéral acide, pas du tout de vitamine C, et trop de sucre; Les gens ont souvent mal au ventre car il n’est pas facile de digérer les légumineuses. Nous secrétons très peu de l’enzyme qui les digère, l’amylase salivaire (ptyaline) ou d’amylase pancréatique.

Si vous avez envie de manger des pois chiches ou des lentilles de temps en temps, 1 fois ou 2 par trimestre, alors faites-les cuire, avant cela faites-les tremper. Quelques bouchées d’houmous de pois chiche, une cuillère à soupe de lentilles… pourquoi pas ?

Voici deux vidéos : https://crudivegan.com/2014/04/houmous-pois-chiches-ou-courgettes.html Je cuisine deux versions de l’houmous, pois chiche et courgette, sans huile bien sûr.

Dans celle-ci https://crudivegan.com/2014/05/des-recettes-des-idees-des-repas.html, vous verrez qu’exceptionnellement, j’ai mis des lentilles dans une salade.

Certains mangent aussi des légumineuses germées… moi, j’ai du mal ! Les légumineuses contiennent des antinutriments, comme l’acide phytique, les lectines, le gluten, l’acide oxalique, l’acide hydrocyanique qui empêchent ou réduisent l’assimilation des nutriments par l’organisme, comme le calcium par exemple. Ces antinutriments sont fabriqués par la plante pour se défendre contre leur prédateurs. Elles contiennent des enzymes inhibitrices et légèrement toxiques. Beaucoup de légumineuses contiennent des oligosaccharides, un sucre complexe. Les humains ne possèdent pas les enzymes nécessaires pour casser ces sucres là, ce qui fait que de larges molécules passent dans le système digestif presque intactes. Dans le gros intestin, ces sucres fermentent en présence de bactéries et provoquent des gaz !

Seul le quinoa peut se manger cru, voir comment faire germer le quinoahttps://crudivegan.com/2014/08/la-journee-dune-crudivore-vegetalienne.html (j’en parle ici même si ce n’est pas une légumineuse !!)

 

Bref, à mon avis, les haricots ou lentilles ou pois chiches germés ne sont pas bons pour notre santé. Mais je sais que de nombreux crudivores les mettent à leur table… donc le débat est ouvert !

Docteur Michael Greger par exemple, a souvent expliqué dans ses supers courtes vidéos, les bienfaits des légumineuses. Mais il s’adresse au large public qui mange la traditionnelle et épouvantable SAD (Standard American Diet), soit l’alimentation américaine classique, pas très différente de la notre en France. Il amène ce public à remplacer les viandes et produits animaux par des végétaux. Pour des personnes déjà végétaliennes crudivores, je ne pense pas que les légumineuses apportent un plus. Sauf à mettre de la variété sporadiquement dans son assiette.

carottes et radis

Les racines et tubercules

Considérés comme des légumes, ce sont des végétaux  que l’on peut manger crus, telles que les carottes, radis et daïkon (sorte de gros radis japonais très bon), les betteraves, etc. sauf les pommes de terre qu’il est nécessaire de cuire. Mais même les patates douces se mangent crues, vous pouvez voir mes supers spaghettis crus ici : https://crudivegan.com/2014/02/savez-vous-faire-des-spaghettis-de-toutes-les-couleurs.html.

Ces « légumes » sont tout à fait bons mais plus difficiles à digérer que des salades ou des fruits, du fait de leurs fibres dures. C’est pourquoi comme les choux, il est préférable de les râper, mixer, « blender » (mot inventé mais explicite), en faire des jus, les couper en julienne fine, ou en spaghettis (voir plus haut) pour les apprécier pleinement. Il convient également de ne pas en faire la base de son alimentation.

Que dit Graham, l’auteur de The 80/10/10 Diet à propos des racines ? Que les mangeurs de racines dans la nature,ont un museau pour fouiller le sol et que les racines ne nous sont pas appétissantes car pleines de terre à nettoyer. Bref, il n’est pas pour. Bon ! Moi personnellement, je trouve très tentante une carotte à croquer et une betterave à râper… mais cela n’engage que moi !

 

Les produits fermentés

Un aliment fermenté, c’est un aliment qu’on a mis dans du sel ou dans une saumure, à l’abri de l’air (anaérobiose). Au bout d’un moment des microbes vont secréter des substances, entre autres de l’acide lactique, du gaz carbonique et divers enzymes. C’est la fermentation. L’aliment devient acide jusqu’au point où la fermentation s’arrête.

Exemples d’aliments fermentés : boissons alcoolisées, pain, yogourts, fromages, charcuteries et légumes fermentés (chou, carotte, panais, betterave, concombre, cornichon, oignon), ou par transformation des sucres en acide acétique, fabrication du vinaigre. Je pense aussi aux produits fermentés à base de soja, natto, tempeh, miso (s’il vous vient l’envie de manger du soja ou ses dérivés, lisez Soja – Ami ou ennemi de notre Santé ?, vous y réfléchirez à deux fois ! Toutefois je note que les scientifiques se déchirent à propos du soja et je vous invite à faire votre propre recherche.).

Il parait que ce mode de préparation préserve les vitamines et les éléments nutritifs des aliments,  vitamine C et celles du groupe B, PP et K en particulier. On lit que la fermentation améliore la digestibilité des produits et leur assimilation par notre organisme et  renforce  aussi l’efficacité de notre système immunitaire.

Mais, Graham, dans The 80/10/10 Diet, dit  » les américains mangent des substances décomposées et fermentées qu’on appelle « aliment ». Les glucides sous l’action de champignons et de bactéries produisent de l’alcool, acide acétique (vinaigre) et acide lactique, du méthane et du dioxyde de carbone. Les protéines putréfiées décomposées donnent des composés toxiques. Les graisses rancissent quand elles s’oxydent et se décomposent… tous ces poisons qui entrent dans notre système, créent faiblesse, maladie, cancers et tumeurs; Ces aliments qui ne se consommeraient pas sans ustensiles et bocaux dans la nature, peuvent être catégorisés comme non naturels et certainement pas comme de la nourriture à utiliser pour notre subsistance. » Il parle du fromage, viandes fermentées, alcool et légumineuses fermentées. Les légumes fermentés ne sont jamais cités dans son livre.

Bref, dites-nous dans les commentaires ce que les aliments fermentés vont ont apportés. Moi, j’avoue ne pas apprécier le goût des choux, carottes et autres produits vendus en bocaux. Je ne mange bien évidemment pas de fromage et je ne bois plus d’alcool. J’utilise du vinaigre, de temps en temps, dont les mérites sont vantés ici ou là. Là encore, on trouve des pour et des contre acharnés.

Faites l’expérience, goûtez, écoutez votre ressenti.

Téléchargez tout de suite ces deux livrets offerts !

  7 secrets de l'alimentation crue
  1 semaine de menus crus