Après l’Amérique, le régime Paleo fait des ravages en France. Qu’ils soient américains comme Loren Cordain (The Paleo Diet), Sally Fallon (Eat fat, lose fat), Gary Taubs (Fat) ou français comme Thierry Souccar (Le régime Préhistorique), tous nous disent que puisque nos ancêtres étaient carnivores et que notre patrimoine génétique n’a pas changé, nous devrions manger comme eux : beaucoup de viande, des noix et graines mais pas de céréales et peu de fruits.

paleo
Choisir entre un repas cru vegan et un bon morceau de viande ?

Ce régime pose comme une évidence que nos ancêtres étaient tous des mangeurs de viande, des chasseurs, des gars costauds quoi !

Or, désolée de contredire, mais c’est faux.

1) L’humanité n’est présente sur Terre que depuis environ 7 millions d’années (les Dinosaures eux, sont restés 140 millions d’années !) et les premiers hommes (nés en Afrique australe, les Australopithèques, il y a 3,5 millions d’années Cf. Lucy) mangeaient des fruits et des écorces. Ils étaient des herbivores cueilleurs. Plus de 70% de leur nourriture était constituée de plantes, et seulement 30% de carcasses d’animaux morts.
Ces Australopithèques ont donné naissance aux paranthropes (entre 2,5 et 1,2 millions d’années avant notre ère) qui ne mangeaient que des végétaux et aux Homos Habilis (entre 2,4 à 2,3 millions d’années avant notre ère) qui eux mangeaient de la viande qu’il chassaient avec ces outils qu’ils fabriquaient.
Viennent ensuite Homo erectus (-1,8 millions d’années) puis arrivent  Néandertal et Homosapiens (-100 000 ans).

Pouvoir chasser et attraper des animaux a mis du temps, le temps de savoir fabriquer des outils.
En effet, nous ne sommes pas dotés de dents pointues, ni de griffes, et nous courons moins vite que la gazelle. Effectivement les humains d’alors ont su développer leur intelligence pour fabriquer des lances, et ainsi survivre aux très dures conditions de vie durant les périodes glaciaires. Mais cela n’a duré qu’une portion de temps, il semble que le reste de notre existence en tant que chasseurs-cueilleurs a été passé à manger principalement des végétaux glanés.
Et puisqu’on parle de génétique, savez-vous que notre patrimoine génétique est semblable à 99% avec celui de nos cousins les grands singes. Cela veut dire que les séquences (l’enchaînement des éléments constituant le message génétique) des ADN des deux espèces diffèrent seulement d’environ 1%. C’est peu dire que ces gènes s’expriment toutefois de façon différente ! Et que mangent nos amis les bonobos, chimpanzés et autres grands singes ? Essentiellement des fruits et des feuilles, ils sont frugivores. Sont-ils rachitiques et malades ? Il suffit de voir un orang-outan se dresser pour comprendre que le défaut de viande dans leur alimentation leur va à merveille !

2) La chair que nos ancêtres mangeaient n’a rien à voir avec celle qui est proposée maintenant. Ils n’élevaient pas de vaches ni de cochons. Ils chassaient des élans, des rennes et des mammouth sauvages. Alors que la viande de bœuf est grasse à 40%, ces animaux n’excédaient pas 15% de graisse dans leur chair. Ce qui explique pourquoi tous les promoteurs du régime Paleo sont gros. Regardez ces 2 petites vidéos rigolotes : les mangeurs de viande sont gros !

  •  de Durianrider, promoteur du régime low fat vegan, très sportif, à l’accent redoutable, hyper sympa et qui n’a pas sa langue dans sa poche : http://youtu.be/V9nSbcff6hc? Il explique qu’il a fait ce régime dans les années 90 alors qu’il recherchait du muscle, et comment il a failli en mourir. Si vous allez directement à la minute 6:54, juste après vous verrez les fameux promoteurs du tout viande…
  • et celle de Freely, sa compagne, très motivante elle aussi, rigolote et super super mince : http://thebananagirl.com/paleo-vs-plant-foods.php Si vous ne lisez pas l’anglais, regardez juste la petite vidéo sans parole.
Bref, pour nos ancêtres la consommation de chair était une rareté, composée de viande maigre. Les noix et autres oléagineux qu’ils pouvaient trouver n’étaient disponibles que pendant un court moment dans l’année, et pour le reste, soient les fruits et végétaux, ils sont également très faibles en gras. On est donc bien loin des recommandations des promoteurs du régime Paléo en matière de graisse, soit 50% de graisse ou plus ! 
En tous les cas, ces ancêtres, soit disant si bien portants, et en super forme, ne mangeaient pas de laitages ni d’œufs tant qu’ils ne se sont pas sédentarisés.  Donc le beurre et la crème, préconisés dans le régime n’ont rien d’ancestral !
 Le fait que l’humanité a survécu aux périodes glaciaires grâce à la viande prouve -t-il que nous devons suivre cet exemple de nos jours ?
Les conditions de vie, les lieux, les intérêts sont-ils les mêmes ? L’alimentation riche en graisse et faible en sucres, n’a-t-elle pas déjà prouvé scientifiquement sa faiblesse et son terrible impact sur les maladies qui se multiplient depuis le développement de l’élevage intensif ?
Des faits !
Le régime riche en sucre est le meilleur pour le corps humains et ses milliards de cellules qui fonctionnent au glucose ! Or le sucre se trouve  principalement dans les fruits.
Rien dans notre anatomie ne nous prédispose à manger de la viande, surtout pas notre système digestif qui met un temps long à la digérer. Les gens se rendent-ils compte qu’ils passent la journée avec dans leurs intestins des morceaux de chair en décomposition, ce qui les alourdit, leur fait un gros ventre et leur donne mauvaise haleine ! Sans parler de cette vision peu ragoutante, je trouve. Par contraste, les fruits se digèrent rapidement et s’évacuent rapidement.
Les régimes riches en viande sont responsables de nombreux cancers (colon, rectum, poumon, prostate en autre) ainsi que des problèmes cardio-vasculaires (cf  Le Rapport Campbell : La plus vaste étude internationale à ce jour sur la nutrition de T. Colin Campbell ).

De plus, il se passe un phénomène qui s’appelle la cétose. C’est un état du métabolisme humain induit par les diètes faibles en glucides, durant lequel le foie crée des corps cétoniques qui seront utilisés par l’organisme comme carburant, à la place du glucose inexistant dans l’alimentation. Ce mécanisme est une solution de survie prévue pour faire face aux moments de famine mais pas pour vivre en bonne santé. Il affecte le bon fonctionnement et l’équilibre du corps.

Au contraire, les personnes qui troquent les produits animaux contre les produits végétaux, ressentent rapidement un mieux être physique et mental. Les petites maladies ne réapparaissent plus, les problèmes de santé s’espacent et disparaissent. Certains parlent d’une période de détox, exactement comme lorsque vous arrêtez le café ou l’alcool, car le corps a besoin de désapprendre à s’empoisonner. Mais rapidement, l’amélioration est notable.

Plutôt que de regarder vers le lointain passé, tournons-nous vers l’avenir et les connaissances scientifiques de notre époque.
Vous remarquerez que je n’ai pas parlé ici de l’aspect violent et détestable qui consiste à considérer la vie animale comme notre propriété, bien que cela me tienne très à cœur. Mais il est intéressant de comprendre que même sans ces considérations, le fait d’absorber de la viande n’est pas du tout une bonne idée !

Téléchargez tout de suite ces deux livrets offerts !

  7 secrets de l'alimentation crue
  1 semaine de menus crus