Faut-il abandonner définitivement le pain ? Pourquoi choisir un pain cru plutôt qu’un pain classique  : différences de contenu, de fabrication, d’implication sur l’organisme.

 

Le nombre de personnes qui me demandent de les aider à se défaire de leur habitude de manger du pain est impressionnante ! La peur du gluten, la peur de grossir, l’envie de manger frais et léger, la peur des ballonnements et autres problèmes liés au pain… autant de bonnes raisons de vouloir le laisser de côté.

Pain classique, pain cuit

Et pourtant comme c’est difficile pour la plupart d’entre nous de ne plus manger de pain ! Pourquoi ? Parce que plus on mange de céréales et plus on en est accro parce qu’en général on ne mange pas le pain tout seul, mais on le tartine de choses grasses et que le mélange sucre-gras est très bon au goût, et parce que le pain fait partie de notre culture : il est souvent beau, il sent bon, l’idée même de pain est chaleureuse…

Alors de quoi est-il fait ? il est composé  majoritairement de farine blanche, très raffinée à laquelle on a enlevé la partie intéressante du grain, on lui ajoute des poudres douteuses exhausteurs de goûts et autres, beaucoup trop de sel. Il est cuit à haute température ce qui dénature les sucres et protéines qu’il contient. Au cours de la cuisson, il se crée le processus de caramélisation, la réaction de Maillard, et la création de sous produits neurotoxiques et cancérigènes, comme l’acrylamide. Sans parler du gluten, qui est à l’origine de bien  des maladies et désordres, en dehors de la seule maladie coeliaque. Lisez le livre de Julien Venesson : Gluten, comment le blé moderne nous intoxique.

Pain Essène, pain cru

Par quoi le remplacer ? Si vous avez du mal à vous passer de la bouchée de pain qui accompagne votre repas, optez pour le pain cru, le pain Essène. Il nous vient des esséniens qui vivaient dans le désert de Judée il y a 2000 ans.  Il est composé à 100% de graines de céréales germées, pas de farine raffinée, pas de sel, pas de sucre ajouté, pas d’ajouts de poudres bizarres et pas de cuisson. En effet, les graines germées sont broyées et séchées au soleil. De nos jours, il est cuit dans des déshydrateurs à une température inférieure à 42°C afin de garder les nutriments intacts. La germination des graines leur confère un intérêt nutritionnel extraordinaire, le moment où les quantités de vitamines et minéraux sont à leur maximum. On est bien loin de la farine raffinée du pain classique.

Attention au problème du gluten toutefois

Concernant le gluten, voici l‘extrait de l’interview de la marque Gaïa (fabriquant du pain Essène) à ce sujet :

Le « sans gluten » est un sujet à la mode, qui concerne de nombreux consommateurs de produits bio. Est-ce une piste de réflexion pour vous ?
La situation est paradoxale, car nous avons de nombreux clients qui sont intolérants au gluten et qui consomment tout de même du pain Essène. Les analyses montrent pourtant que le pain Essène au blé germé contient du gluten, même si c’est en quantité moindre que dans un pain traditionnel. Il est vraisemblable que la germination ait une action sur le gluten qui diminue l’intolérance, mais cela n’est pas prouvé scientifiquement. En outre, nous n’avons aucune certification « sans gluten », même sur les produits à base de sarrasin et de quinoa, car nous les fabriquons dans un atelier utilisant du blé. La piste d’une séparation des ateliers et d’un approvisionnement garanti sans gluten est à envisager dans le futur.

Vous pouvez aussi remplacer les biscottes par des galettes de Pain des Fleurs sans sucre ajouté au sarrasin par exemple.

Voilà à peu près tout ce que j’explique dans cette vidéo. Nous ne mangeons pas de pain Essène à la maison très souvent, pour ainsi dire jamais, mais je me suis rendue compte que cela pouvait aider bien des personnes à se faire plaisir tout en gardant une bonne santé.

 

Vous avez aimé cet article et vous avez d’autres questions au sujet de l’alimentation crue, venez me les poser en direct :

coaching crudivegan