Le cancer à venir se prépare maintenant. Et si vous décidiez tout de suite de tout mettre en oeuvre pour l’éviter ?

Aujourd’hui, 11 mars, j’ai une pensée compatissante et d’amour pour les survivants du 11 mars 2011, date du tremblement de terre au Japon, du tsunami et de l’accident nucléaire de Fukushima. Je l’ai vécu de France, dans la terreur, car ma famille se trouvait au Japon.
L’homme n’est pas responsable des mouvements de la terre, mais il est responsable quand il place des centrales nucléaires sur une faille de la croûte terrestre.

Cela me fait penser que les maladies qui nous arrivent, comme par fatalité, pense-t-on, sont souvent provoquées par nos propres erreurs. La maladie est la réponse de notre corps pour essayer d’endiguer un déséquilibre.

Le cancer.

Nous avons tous connu cette maladie dans notre entourage. Ma tante et mon père sont tous deux morts du cancer à quelques années d’intervalle. Nous avons beaucoup souffert de les voir s’amenuiser jusqu’à la fin. Ils avaient pourtant envie de vivre encore.
La raison de leur cancer, je ne la connais pas. Mais je sais, tout le monde sait, que la viande et les produits laitiers, le tabac, l’alcool font parti des causes directes des cancers. Il suffit de lire Le Rapport Campbell : La plus vaste étude internationale à ce jour sur la nutrition de T. Colin Campbell pour en être tout à fait persuadé.
Alors pourquoi continuer à manger des produits animaux au lieu de prendre sa santé en main, et de choisir la meilleure alimentation possible pour ce corps que nous habitons, notre véhicule dans la vie. Il n’y en aura pas d’autres. L’alimentation vegan, sans viande, blanche ou rouge, sans poisson ni crustacé, sans oeuf, sans lait et laitages de toutes sortes, l’alimentation végétalienne est la seule option possible pour mettre toutes ses chances de côté. Pour ne pas fabriquer un cancer sournois qui apparaîtra au mieux, dans 10-20 ans. Pensez-vous que dans ces années là, la vie ne vous apparaîtra pas aussi importante et précieuse que maintenant ?
A 20 ans, je me disais que lorsque j’aurai 50 ans, j’aurai déjà bien vécu et que mourir ne serait plus si grave ! Et bien, aujourd’hui, à 54 ans, je ne vois pas les choses comme ça du tout.
Qu’on soit jeune ou vieux, la vie est notre seul bien, et la perdre ne nous dit rien, non ?
La maladie n’est pas belle à regarder, la fin n’est pas paisible, la souffrance n’est ni jolie ni romantique.

Perdre sa graisse corporelle en trop, se sentir en forme chaque matin, avoir le moral, avoir envie de faire des tas de choses, ressentir de l’enthousiasme et de l’amour pour la vie sont faciles à trouver lorsqu’on mange simplement tout ce qui n’encrasse pas l’organisme. Choisir une alimentation bonne pour soi quand on est malade, gravement ou pas, est aussi la meilleure façon de pouvoir se guérir, aider le corps à retrouver la santé, aider éventuellement les soins et médicaments à faire plus d’effet.
Je vous dis tout ça ce matin, non pas pour faire peur, mais au contraire pour rassurer et pour engager toutes les personnes qui peuvent lire ces lignes, à prendre leur santé en main, maintenant, pas demain, parce que c’est la meilleure chose à faire, et si simple : mettez le plus de cru possible dans votre bouche et supprimez dès maintenant les viandes, oeufs et laitages de votre maison.

Pour comprendre l’alimentation crue et démarrer avec les bons réflexes :

Téléchargez tout de suite ces deux livrets offerts !

  7 secrets de l'alimentation crue
  1 semaine de menus crus