Les produits manufacturés sont chimiques, et ont une influence sur le poids, et sur la santé.

Avez-vous remarqué comme plus un produit est manufacturé, empaqueté et « code-barrisé », et plus son package nous fait croire qu’il est excellent pour la santé ? » Moins de gras », « 25% de sucre en moins », « contient des vitamines C, B… magnésium, fer… »,  « contient des omegas 3″… Des aliments morts, qui s’assèchent en vieillissant mais qui ne pourrissent pas ! Quelle est alors leur valeur nutritive ? Peuvent-ils nous apporter des calories vivifiantes, vivantes, énergisantes, comme le font les fruits et les légumes frais, dès lors qu’ils ont mangés entiers, dans leur état naturel ?
Tous ces ersatz de nourriture nous rendent malades, addicts au sucre, et gras.
Le monde est envahi par les AVC (accidents vasculaires cérébral), les cancers, les diabètes, l’obésité et les maladies cardio-vasculaires. Avec des liens d’aggravation entre ces différentes maladies les unes sur les autres.  »

« Pourtant, la plupart des AVC sont évitables. Cinq facteurs de risque modifiables (hypertension artérielle, obésité abdominale, mauvaises habitudes alimentaires,tabac et manque d’activité physique) comptent à eux seuls pour 80 % du risque d’AVC, comme l’a bien montré une vaste étude internationale baptisée Interstroke, publiée en 2010 dans The Lancet. En dehors de l’âge, l’hypertension artérielle (HTA) est de loin le premier facteur de risque, qui « pèse » environ 35 % du risque. » (Le Monde – Par Sandrine Cabut-2012)

 

arreter les produits manufacturés
Dans la nourriture classique, les « bons petits plats », les desserts des devantures de pâtisseries, pourquoi met-on toujours trop de sucre, trop de graisse, trop d’huile, trop d’épices, de sel ? Parce que sinon, leur goût est fade, la cuisine est un art qui sert à relever les plats et à aiguiser l’appétit. Puis, ensuite, on passe  le reste du temps à chercher à éliminer le trop plein de ce qu’on vient de manger, soit par des périodes de régimes, soit par des exercices physiques tout d’un coup disproportionnés, soit par des visites chez les médecins coûteuses et dont les résultats sont aléatoires (et parfois qui laissent dans un état pire qu’avant).
Et je me demande pourquoi passer par ce stade de la cuisine élaborée ou d’achat de produits tous faits, compliqués et chers, quand on peut juste manger des fruits, pour lesquels l’appétit est naturel, la saveur suffisante en elle-même et qui ne créent aucune accoutumance ou addiction ?

Les gâteaux, le pain, faits avec de la farine blanche ne procurent absolument rien de salutaire pour le corps. Sur les étiquettes des produits manufacturés, comme les biscuits, céréales du petit-déjeuner, les pains, les bonbons, mais aussi dans les soupes, les plats cuisinés, les vinaigrettes, les sauces salades, le ketchup, les chips, les panures de poissons et autres…, les produits frits, dans presque tout, vous verrez des produits dérivés du maïs, du soja et du blé, (des additifs alimentaires tels que : le sirop de maïs riche en fructose, l’huile de maïs, l’huile de soja, hydrogénée ou raffinée, la protéine de soja, la farine de blé raffinée, des centaines d’autres additifs alimentaires tels que la maltodextrine, l’amidon de maïs ou de blé, la lécithine de soja, les mono et diglycérides, etc.). Les « carnivores » mangent également des animaux élevés avec du maïs et du soja !
Ces produits « tellement bons pour la santé » comportent aussi des conservateurs (benzoate de sodium, nitrite de sodium,  sorbate de potassium), des anti-oxydants (BHA, BHT, TBHQ), des sucres artificiels (le sirop de maïs riche en fructose, aspartame, sucralose, acésulfame de potassium), des couleurs artificielles, des arômes artificiels, des exhausteurs de goût  (glutamate monosodique (MSG), protéine de soja hydrolysée, extrait de levure) et des vitamines rajoutées non naturelles (vitamines de synthèse qui n’ont absolument pas les même effets que celles naturellement contenues dans les végétaux).
Or, tous ces additifs modifient le ratio d’acides gras oméga-6/oméga-3 dans notre alimentation à 30:1( alors qu’un ratio de 1:1 à 2:1 est considéré comme sain), créent une intolérance au gluten, provoque des diabètes à cause de ce sirop de maïs présent partout, dérèglent le fonctionnement de nos hormones, créant un environnement favorable au stockage des graisses dans le corps, et des effets cancérigènes.
Le surpoids n’est pas juste un problème de calories, mais bien évidemment de choix d’alimentation et d’additifs qui affectent les mécanismes de mise en réserve de la graisse.
Au lieu de toutes ces mauvaises choses, souvent chères si vous ramenez le prix au kilo, pourquoi ne pas tout remplacer par des fruits et légumes frais ? Frais ! C’est tellement mieux ! C’est-à-dire par les aliments à forte densité en nutriments et  faibles en calories que sont les fruits et les légumes.
Des aliments que vous pouvez nommer, qui ne comportent pas d’étiquettes aux  noms bizarres et incompréhensibles ! Qu’aucune machine n’aura extrait, trituré, chauffé, amalgamé !
On peut décider de lire les étiquettes et de supprimer dans un premier temps, tout ce qui comporte dans la liste des ingrédients, un nom bizarre et inconnu… pour se retrouver, dans quelques temps, avec des produits frais et naturels, exclusivement.
Quel plaisir !

60 recettes pour composer vos repas du soir  (+ 26 recettes de sauces crues) :


Image du livre Menus crus