Ou pourquoi certaines personnes n’arrivent pas à maintenir un régime cru végétalien ?

 

Ce que l’on entend :

1) « Je me prive de tout »

Avoir l’impression d’entrer dans un régime de privation n’est pas la bonne façon pour réussir dans un mode de vie !
Or c’est l’impression que donnent les personnes qui « en sont revenues » : on ne peut rien manger… on manque de protéines, et de minéraux, on s’affame !La vérité c’est que c’est tout le contraire. Le végétalisme ne permet pas de manger de la viande, du poisson ou produit de la mer, comme on dit, des oeufs, des laitages. Lorsque cela est pris comme un acte d’humanité, de respect pour les autres habitants de cette planète, croyez moi, il n’y a aucun sentiment de perte. Au contraire le sentiment perçu est un immense soulagement de ne plus avoir à fermer les yeux sur son assiette en minimisant volontairement les tortures infligées aux poules, cochons, poisson, vaches et leurs bébés veaux… Si torture vous parait excessif, regardez ce film sans artifice qui nous montre l’envers du décor : http://youtu.be/vJCiHeIVQnQLe pire c’est que, même sans ces considérations auxquelles certains restent indifférents, le fait de manger des produits animaux est très mauvais pour la santé. C’est une des grandes causes des maladies qui vous tombent ou vous tomberont dessus. Cela fera l’objet d’un prochain article d’ailleurs, où je parlerai des mécanismes de cette descente aux enfers.Mais on peut être végétalien et manger encore des tartes salées, des plats de pâtes, du tofu, des steaks de céréales frits à la poêle, etc. Je le sais très bien, car j’ai mangé comme ça pendant des années.
Et puis, en découvrant l’alimentation crue, plus simple, j’ai découvert que tous ces plats ne sont pas bons pour la santé non  plus. Qu’ils étaient cause de ma prise de poids, mais pas seulement. Mon esprit était embué, la digestion était difficile parfois, je me traînais après le repas, j’étais souvent mécontente de moi. Bref, j’ai découvert, en renonçant à ces plats gras et cuits, une nouvelle façon de me sentir et d’exister, vraiment.
Alors « renoncement », « privation » ? Non, pas du tout. « Abondance » plutôt, comme je le dis dans ma méthode. Parce que la nature nous offre énormément de choix de fruits et de légumes et que le plaisir du palais est bien supérieur à celui du temps des nourritures cuites. Il s’affine d’ailleurs en permanence. Je me réjouis souvent à l’avance à l’idée du simple kilo de pêches ou de poires qui m’attend pour mon déjeuner. Je me réjouis du smoothie qui fera mon petit-déjeuner. Je me régale d’avance à l’idée de ma grosse salade toute fraîche et garnie que j’ai l’intention de faire pour mon dîner.
Pas de sentiment de perte ou de privation donc, non, mais de la joie à manger sain, à se faire du bien.

2) « Je ne mange pas assez »

Je ne peux pas le dire plus souvent que ce que je fais déjà : on doit veiller à manger assez pour pouvoir bénéficier des bienfaits de cette alimentation. 
C’est vrai quelle que soit votre alimentation, bien sûr, mais lorsqu’on mange des farineux souvent, mélangés à des matières grasse, on est rempli plus vite, et on atteint un nombre de calories plus facilement. C’est bien le problème pour certains d’ailleurs, puisque de cette façon, on grossit lentement mais sûrement au fil des ans. Il n’est pas rare de voir les gens prendre 20 kg entre l’âge de 20 ans et celui de 60 ans !
Et en plus, comme on ne mange pas assez de quantité de nutriments, on a envie d’en reprendre encore et encore, ce qui aggrave les choses…Ici, c’est le contraire : on ne mange pas de calories vides, on n’encrasse pas son organisme, on n’ingurgite pas trop de gras mais comme on a facilement l’estomac vite rempli, on peut en venir à ne pas manger assez.C’est la première et principale cause d’échec chez les gens qui ont commencé à manger cru, vegan.Mais franchement, est-ce que l’effort que cela implique au début (de faire attention au nombre de calories le temps de bien comprendre ce que contiennent les fruits et légumes), ne vaut pas la peine : une vie où l’on se sent à son juste poids, sans maladies, plus serein, et plein d’énergie ?
Car cette histoire d’énergie, qui se trouve dans le sous-titre de mon blog, n’est pas un mot pour faire du genre ! C’est la vérité. Cela a été une révélation pour moi, ce regain d’énergie, de joie de vivre, de clarté d’esprit, d’envie d’entreprendre. Et pourtant, cela a correspondu chez moi avec le début de la ménopause, ce qu’on assimile souvent au moment délicat où les femmes grossissent, perdent le moral, perdent leur joie de vivre, se posent des questions, constatent une diminution de leur libido… Cela a été pour moi tout le contraire dans tous les domaines.
Alors, on ne mange plus les fruits et les légumes dans les quantités qui sont habituelles, un fruit le matin et un dans l’après-midi.
On en mange bien plus !
Pourquoi ? Parce qu’on ne se gave plus de pizzas, de sandwichs, de pâtisseries, de boissons sucrées, etc. Les végétaux sont plein d’eau (75% d’une banane sont faits d’eau, par exemple !) et donc il faut en manger beaucoup pour arriver au même nombre de calories.
MAIS, on en est bien récompensé puisque au lieu de se « nourrir » de calories vides, on absorbe des vitamines et éléments VIVANTS, qui nourrissent réellement les cellules du corps !
Cela peut paraître difficile à certaines personnes qui ont habituellement un appétit d’oiseau. Ce n’est pas mon cas, je le reconnais. J’aime manger et sentir mon estomac plein. J’aime le goût des fruits frais, leur texture, je me réjouis de chaque repas… je suis une gourmande !Il est vraiment dommage de ne pas manger assez et de penser ensuite que ce « régime » alimentaire n’est pas durable sur le long terme, comparé au régime carnivore ou même végétalien de base !
jogging
En forme et satisfaite du crudivorisme vegan !

3) « J’ai lu que des personnes sont tombées malades »

Un témoignage isolé peut-il remettre en cause tous les autres qui eux, vantent cette alimentation ? Pour en tirer des conclusions il faudrait pouvoir faire des statistiques entre les histoires heureuses et les autres, et voir !
La meilleure chose à faire, une fois que l’envie nous est venue de changer quelque chose dans notre façon de manger, c’est de ne pas perdre de vue l’objectif que l’on aimerait atteindre, d’essayer 15 jours, 3 semaines et de faire le bilan après.
Croyez-vous que l’on tombe malade en 3 semaines alors que les mauvaises habitudes alimentaires créent des maladies en 10-20 ans ?
Que savez-vous de la façon dont ces personnes ont conduit leur alimentation et leur vie durant leur essai ?
Personne ne peut vous dire ce qui est bon pour vous; ni moi, ni personne.
Mais vous pouvez lire ce que quelqu’un a expérimenté, avoir envie de savoir si cela vous arrivera aussi et faire votre essai. Tout calmement et simplement.
Les mauvaises nourritures sont toujours là, à portée de main. Vous pourrez y retourner si cela vous tente après 😉
Faites-vous confiance, faites votre expérience, écoutez vos sensations. Chaque expérience est différente, et il faudrait être un peu fou pour se lancer à corps perdu dans des changements drastiques sans écouter son corps, sans voir comme il évolue, en niant son ressenti. Ne serait-ce pas une raison d’échouer ?
Et concernant les maladies occasionnées par la nourriture, je pense qu’il serait bon de balayer devant le porte de l’alimentation classique : steak-frites- salade peine d’huile, et meringue pour le dessert !  Bon, c’est un exemple , mais l’assiette des gens la plupart du temps est complètement aberrante et a un effet désastreux sur la santé, justement. Trop de gras, trop de protéines, trop de sucres raffinés, trop de glutamate, trop de sel, trop d’épices… et  pas de fibres, pas de vitamines car tout est cuit ou presque, pas assez de nutriments ! Ce qui mène à l’encrassage régulier et permanent de l’organisme, la toxémie, et la maladie, de plus en plus grave au fils du temps.
Les risques sont bien plus grands avec cette alimentation qu’avec celle que Douglas Graham ou Colin Campbell préconisent !

4)  » Ils ne disent pas tous la même chose dans les blogs »

Alors que vous vous sentez bien, vous mangez assez de fruits et légumes, vous sentez l’enthousiasme des rawfoodists (crudivores) dans les blogs ou sur les forums puis vous découvrez l’étendue des avis sur le sujet. Or vous voudriez n’entendre qu’une seule voix pour pouvoir vous conformer EXACTEMENT à ce que vous lisez ou entendez. Quelle cacophonie ! Certains sont à 100% et prétendent que c’est la seule voie, d’autres disent qu’il ne faut pas manger de gras du tout, ou au contraire ils en mettent partout mais sous forme crue, parfois on entend qu’il faut faire des diètes pour se détoxifier, certains prétendent qu’il FAUT manger des légumes cuits le soir. Certains prêchent les céréales de temps en temps, d’autres préfèrent s’abstenir… et vous alors ?
La base étant comprise, encore une fois, faites-vous votre propre opinion. Vous avez le droit de préférer tel ou telle, dans son approche du crudivorisme, voyez quels arguments vous semblent plus vraisemblables, mais après faites l’essai et voyez ce que vous ressentez, vous !
Devenir crudivore est une démarche morale et physique qui se fait pas à pas, qui peut prendre des années pour certains… Qu’est-ce que ça fait ?
Il faut lire les livres de base de Graham (The 80/10/10 Dietmais il en a écrit d’autres !) qui est le père de cette alimentation comme elle est comprise de nos jours (il n’est pas le premier à avoir eu cette idée, voir l’article ) et aussi celui de Campbell (Le Rapport Campbell : La plus vaste étude internationale à ce jour sur la nutrition) pour bien comprendre le végétalisme. Ce monsieur est un génie à mon avis, qui a pris beaucoup de risques dans sa carrière pour maintenir, malgré les pressions énormes des lobbys agro-alimentaires, les conclusions qu’il a faites au cours de ses années d’expérimentation dans le monde sur l’impact des différents régimes alimentaires sur la santé.
Quand quelqu’un passe sa vie à étudier quelque chose et que ses conclusions vont à l’encontre de tout le système en place, pour le bien des gens (et non pas le sien propre)… croyez-moi, c’est qu’il a quelque chose d’important à nous dire !
Donc lisez les livres, écoutez les différents avis mais ne vous laissez pas vampiriser par l’un ou l’autre ? Encore une fois, vous êtes seul juge.

5) « Je devenais dingue »

Quand on mange bien, on mange quand on a faim et après on n’y pense plus ! Ce qui veut dire : ne devenez pas fous, obsédés, inquiets.
Tout va bien… si vous arrêtez la fast-food et les produits manufacturés… tout va déjà bien…
Si vous êtes dans un coin qui ne propose pas assez de fruits, et que vous ajoutez des féculents et des légumes cuits le soir… tout va bien.
Depuis que je mange cru, lorsque j’ai faim je n’ai pas envie d’un cookie ou de chocolat, parce que ce sont des aliments raffinés, gras et sucrés qui ne vont pas me faire du bien. Mon cerveau le sait, il me dirige vers une banane ou une pêche (voir la vidéo du 31 juillet). Donc je fais confiance à mes désirs, totalement, alors que je ne pouvais franchement pas le faire lorsque je n’étais « que » végétalienne. Croyez moi, je mangeais beaucoup de choses sucrées et grasses ! Cette habitude amenait mon cerveau à me proposer toujours ce genre de solution lorsque j’avais faim. Donc il est vrai que l’on s’éduque petit à petit et que cela ne vient pas en un jour.Rappelez-vous du témoignage de mon mari, au début, il continuait à prendre du café et du chocolat, au moment du témoignage, il prenait encore des toasts de pain et progressivement, sans forcer, ces envies lui sont complètement passées aujourd’hui. Tout s’est fait progressivement, à l’écoute des signaux de son corps.

En tout cas, nous ne nous inquiétons pas à chaque minute au sujet de ce que nous mangeons. Certains entrent dans un mode de pression ou d’angoisse. N’oubliez pas de vous amuser ! Ne cherchez pas à « tenir » cette alimentation, suivez là si cela vous plait !

Encore une chose importante : ne pas oublier la B12, et la vitamine D.

Tout le monde en manque (même les « carnivores ») et ces carences sont les causes de nombreuses maladies.
********************
Les déçus du crudivorisme tel que je le pratique, existent. Et de nombreux crudivores heureux, en super forme et convaincus existent aussi. Les témoignages sont nombreux, les histoires de vie incroyables ! Regardez cette mini vidéo !
Donc, si vous n’avez pas envie de changer d’alimentation, si rien ne vous y pousse, si vous avez peur et que ce que vous lisez ici ou voyez là ne vous convainc pas, alors ne le faites pas ! C’est aussi simple que ça !
Mais si vous avez envie d’essayer, tout en prenant votre temps, alors je crois moi, que cela vous fera, comme à nous,  un bien fou !
Pour bien démarrer, lisez mes deux petits e-books !

Téléchargez tout de suite ces deux livrets offerts !

  7 secrets de l'alimentation crue
  1 semaine de menus crus