EnCourantSurLesQuaisDeParis

 

Tous les matins, je pars courir, sans me poser de questions. Cela n’a pas toujours été le cas. Même si j’ai toujours plus ou moins fait du sport, jamais je n’avais eu envie comme maintenant d’en faire tous les jours.
Qu’il vente, qu’il crachine… j’y vais.  D’où vient ce changement ?
1)      L’énergie. J’ai maintenant l’énergie pour. Quand le matin, je me disais « je suis trop fatiguée », « j’ai trop faim », « j’ai trop de choses à faire », « j’en fais 3 fois par semaine, pas plus », « on est quel jour ? Lundi…ouf, c’est demain, l’entrainement », « il ne fait pas beau », « j’ai pas assez dormi », « après le coup de fil », etc. etc. Tout est toujours bon pour s’exempter d’entrainement. Et pourtant j’ai toujours aimé me remuer et sentir mon corps bouger. Alors ? Alors c’est juste parce que je n’avais pas assez d’énergie. Avec une nourriture traditionnelle, où tous les plats sont mélangés avec une source de graisse, que ce soit du beurre, de l’huile, des produits laitiers, des œufs…, le gras envahit les cellules du corps et sape l’énergie vitale. La seule source d’énergie valable est celle qui provient des fruits mûrs et frais, qui apportent des hydrates de carbones qui vont nourrir nos cellules. Quand on se sent en pleine forme, on n’a pas besoin de se forcer pour faire de l’exercice. Ca devient facile.

2)      La durée. Je ne m’embarque plus pour des séances sans fin… C’est une demi-heure minimum, non négociable ! « Après si tu veux faire une ou deux heures, libre à toi ma fille… » Oui, c’est comme ça que je me parle. Et une demi-heure, c’est rien. Ça ne me paraît pas une montagne à gravir. C’est un minimum idéal. Avant, je suivais des cours d’une heure, une heure trente. Je faisais des cassettes vidéo interminables. Je me mettais sur mon vélo d’appartement avec des objectifs trop difficiles…
Certains jours je fais juste la demi-heure, d’autres, je me retrouve à courir une heure ou plus. Parce qu’il fait beau, que je me sens bien, que la Seine est belle, que le parc sent bon… bref. De retour à la maison, je soulève des poids, même pas 5 minutes (3 séries de 10). Et un peu d’étirements pour les jambes. Voilà.

3)      Le ressenti. Je me sens toujours bien après. Je sais que jamais je ne me suis dit « tu n’aurais pas dû y aller ce matin ». Au contraire, je suis contente de moi, j’apprécie de sentir les muscles qui ont fonctionné, je me sens toujours en super forme après. Et le souvenir du plaisir s’inscrit dans l’inconscient, qui cherche toujours à faire ce qu’il faut pour retrouver ce plaisir… c’est un cercle vertueux.

4)      La facilité. Je fais du sport plus facilement parce que je suis plus légère. Cette alimentation crue vegan combinée à l’exercice physique m’a permis de perdre le gras du ventre qui « bloblotait » quand je courais… (oui !). Je vois les bénéfices sur ma silhouette, je ressens le plaisir de courir plus légère, plus vite. C’est enthousiasmant ! Ça donne envie de continuer.

sport

Téléchargez tout de suite ces deux livrets offerts !

  7 secrets de l'alimentation crue
  1 semaine de menus crus