Les fruits sont faits pour nous !

Des études anthropologiques ont montré que les fruits ont constitué une part importante de l’alimentation des humains pendant des centaines de milliers d’années. Les céréales et les produits laitiers ne sont apparus que depuis 10000 ans.
Maintenant le fruit est souvent considéré comme un dessert ou un goûter. On en mange un voire deux. Il est rare qu’il soit considéré comme étant la base de l’alimentation, au contraire de la viande, du pain, du fromage.
Et pourtant il est la meilleure source de sucre naturel capable de nous donner de l’énergie. Le fruit est LA source principale de vitamine de toute l’alimentation. Il contient les anti-oxydants dont tout le monde parle, véritables nutriments « anti-âge » pour notre corps. Quand il est bien mûr, le fruit a utilisé ses propres enzymes comme pour le rendre « pré-digéré » pour nous. C’est pour cela qu’il est bien plus facilement digéré que des céréales. Alors que la viande, le poisson, les céréales et les légumineuses sont acidifiants, le fruit est alcalinisant, ce qui est bon pour notre corps. Il contient des fibres douces qui facilitent le digestion. Contrairement aux aliments cuits qui réclament de l’eau pour être digérés et évacués, le fruit contient toute l’eau qui nous hydrate. On le mange facilement, sans préparation nécessaire, il suffit d’en avoir sous la main.

Erreurs entendues à propos des fruits :

 

On entend toutes sortes d’avertissements contre les fruits, avertissements qui n’ont pourtant pas lieu d’être.
Par exemple, on lit que le fructose qu’ils contiennent est très mauvais pour le foie qui convertirait le sucre en gras, augmenterait terriblement la quantité de production d’insuline. Or les études qui font état d’un effet délétère du fructose, n’ont considéré que du fructose raffiné hautement concentré, comme du sirop de maïs, et qui n’a rien à voir avec le fructose qui existe au naturel dans un fruit. Manger un régime faible en graisse et contenant beaucoup de fruits ne cause pas d’élévation du niveau d’insuline, ne provoque pas de prise de poids ni ne rend le foie graisseux. Dans le cas des sucres raffinés, c’est à dire tout ce qui est passé par un changement d’état (extraction, mélange avec d’autres aliments, mises en boites), la nourriture ne contient plus de fibres ni de nutriments. Alors qu’avec un fruit, le sucre est empaqueté si on peut dire, avec tout le reste, vitamines, minéraux, fibres.

On lit aussi parfois que les fruits ont des index glycémiques élevés. Or mis à part la pastèque qui a un taux de 72 (Un index gycémique, IG, indique la vitesse de pénétration du sucre d’un aliment dans le sang : faible jusqu’à 55, moyen jusqu’à 69, et fort au delà de 70.), tous les fruits ont un index glycémique faible : mangue 41; banane 51; kiwi 47; orange 31.
De toute façon même un IG fort, comme pour les céréales par exemple, si des fibres sont conservées, l’impact sur le glucose sanguin sera bien moindre qu’escompté. Il n’y a que la quantité de lipides qui pose réellement problème en présence de nourriture à fort IG comme à faible IG d’ailleurs : l’insuline ne peut plus transporter le sucre vers les cellules. Au cours de repas riches en fruits et sans gras, la réponse de l’insuline est faible. Même les pommes de terre qui ont un IG élevé, si elles sont mangées sans gras (à l’eau), elles ne provoqueront ni hypoglycémie ni diabètes.

On entend aussi que les fruits ne devraient pas être mangés durant les repas mais uniquement en dehors. En fait, les fruits sont digérés plus vite que tous les autres aliments. S’ils sont consommés avec des protéines et des lipides, leur digestion sera ralentie pas la digestion des protéines et des lipides. Cela peut occasionner des gaz, ou gênes, le mélange fruits secs et noix étant particulièrement néfaste (or c’est la base des plats crudivores qui veulent ressembler aux plats cuits !)
La solution est de manger des fruits au début des repas, puis d’attendre pour la suite. Même si la suite du repas contient des noix ou des avocats, ou des aliments cuits, la digestion sera facile.
Par contre, mélangés au ingrédients d’une salade crue, végétalienne et sans gras, les fruits ne causent aucun problème, bien au contraire, ils se marient très bien aux saveurs plus salés des légumes.

 

BandeauFruits

Quand j’arrive au rayon fruit, je suis prise d’une envie de tout acheter. Tout me tente, je salive à la vue des couleurs et des textures. Je me réjouie d’avance des futurs repas en prévision !
Avant, je salivais devant les devantures des pâtisseries, même les rayons de gâteaux secs me faisaient envie.
Comme quoi, tout le monde peut changer !
Mais il y a parfois des regards étonnés ou même un peu amusés moqueurs, à la caisse, devant tous ces fruits et légumes que j’achète. J’ai parfois droit à des réflexions, pas méchantes, mais ironiques, du style, « vous allez manger tout ça ? ». Je réponds que les fruits sont la base de notre alimentation. Alors on me dit « Ah bon ? Et d’où prenez-vous vos protéines ?, Vous allez avoir des problèmes ! ». Les gens ne sont pas méchants, mais simplement, ils ne savent pas. Et comment cela pourrait-il en être autrement, puisque le discours rabâché depuis toujours est qu’il faut manger de la viande et des laitages !
J’explique alors succinctement  que les fruits et légumes contiennent toutes les vitamines qu’il nous faut. Mais je sens un grand doute dans le regard des gens !
Ils entendent quand même aussi qu’il faut manger au moins 5 fruits et légumes par jour, donc, on sait plus ou moins maintenant quand même, que les végétaux sont primordiaux pour éviter les maladies comme le cancer, le diabète, les maladies cardio-vasculaires, l’obésité, etc.
Est-ce que les gens savent pourquoi ? En gros, oui, je pense. Les fibres qui jouent un grand rôle contre le cancer colorectal très répandu, mais aussi pour toute maladie puisqu’en favorisant l’élimination, elles empêchent les toxines de stagner dans le corps. Mais aussi pour leurs apports en vitamines, antioxydants… On lit tout ça partout maintenant. Mais de là à en faire la base de son alimentation, encore une fois, il y a un grand pas à faire dans les mentalités.
Quand les gens mangent tous les jours pizzas, sandwichs, plats gras… personne ne songent à leur dire « eh, mais où vas-tu trouver tes protéines ? ». Et pourtant la question se pose, car l’alimentation classique apporte bien plus de sucres raffinés et de gras que d’autre chose.

Tout ce que je peux leur dire, et je vous invite à le faire aussi si vous vous trouvez dans cette position de devoir répondre à une remarque, c’est que je suis en bonne santé, bien meilleure santé que j’aie jamais connu. Et ce, non seulement parce que je choisis les bons aliments, fruits-légumes et noix, mais aussi parce que je ne mange pas les mauvais ! Et en commençant par là, éliminer toute la junk-food qui circule, vous obtiendrez déjà de très bons résultats qui vous engageront à continuer sur ce chemin.

Voulez de belles recettes pour vos dîners ?


Image du livre diners crus