Une alimentation 100% crue est, à mon sens, ce qu’il y a de mieux, en termes de nutrition, plaisir, facilité et simplicité.

Si cette façon de se nourrir demande un peu d’entrainement et de connaissances pour être bien menée, il y a des personnes qui tout simplement ne désirent pas manger cru à 100%. Certains d’entre nous sont trop habitués aux plats cuits, ne trouvent pas assez de fruits dans leur environnement, ou pensent que les fruits et légumes coûtent trop cher.

retour de course
Retour de courses achetées en gros avec rabais :  suffit de demander !

Trop cher ?
Pour ce dernier point, je pense que c’est une mauvaise raison, car même si les fruits et légumes sont chers à l’heure actuelle, leur coût n’atteint pas pas celui des achats inutiles que l’on peut faire par ailleurs…et que l’on ne fait plus quand on mange cru. J’ai tenu trois mois les registres de nos dépenses de nourriture au début de mon changement d’alimentation, et j’ai réalisé très concrètement, que même en prenant majoritairement (mais pas exclusivement) du bio, j’avais baissé mes dépenses mensuelles. Trois mois, ce n’est pas beaucoup et je me promets toujours de recommencer l’expérience, que je repousse car je trouve ça fastidieux… mais je referai l’expérience un de ces jours et je vous en parlerais avec des chiffres ! (si ça vous intéresse).

Ne pas manger QUE du cru ne me semble pas néfaste ou dangereux… tant qu’il s’agit de rester dans le cadre des règles 80/10/10 décrites par le Dr Graham.

  • C’est-à-dire, que 80% des calories (et non pas du poids) ingérées proviennent de sucres. Et pas du sucre blanc en poudre, ni de bonbons, barres de céréales, ou chocolat ! mais des sucre simples venant des fruits, facilement digérés et assimilés.
  • 10% des calories viennent des graisses non animales, non raffinées. Donc, pas de beurre, ni d’huile, mais des graines et noix entières : de tournesol, de lin, de noix (pecan, grenoble, cajou… ), d’amande, de chia, de chanvre, etc. L’avocat aussi est très riche en graisse et peut « arrondir » une sauce. Notez que 10%, c’est très peu. Et en même temps bien suffisant. Réduire la quantité de graisse de sa consommation permet d’améliorer sa santé visiblement et rapidement, car l’excès de graisse de l’alimentation passe dans le sang, et affecte un grand nombre de réactions chimiques de l’organisme. La deuxième conséquence de cette diminution drastique de gras, par rapport à une alimentation habituelle, et non des moindres, est de retrouver un poids de forme, et une silhouette épurée.
  • 10% restantes des calories quotidiennes viennent des protéines non animales, qui se trouvent dans les végétaux et les oléagineux en quantité parfaite.

Si vous aussi désirez ajouter des aliments cuits le soir, par goût ou obligation, tout en respectant les 80/10/10, vous pouvez sans problème faire cuire des légumes à la vapeur, et les ajouter à la salade du soir. Ou un bol de riz complet, ou de pâtes ou quinoa de temps en temps… Mais pour continuer à obtenir des améliorations visibles de santé, légèreté et silhouette, la majeure partie de votre nourriture devra tout de même rester majoritairement crue ! 80 à 100 % crue, et 0 à 20% cuite, pas plus.

Tout ce qui est cuit  n’est pas équivalent :

  • Les produits alimentaires transformés, en plus d’être chers (voir plus haut !) sont terriblement néfastes à notre santé : pâtisseries, céréales du petit déjeuner, chips, biscuits…. tout ce qui se trouve en paquet, pot, conserve, et qui comporte un code barre est à proscrire.
  • Les produits animaux, viandes, laitages, oeufs, en plus de provenir d’animaux monstrueusement chosifiés pour notre convenance  sont pleins de mauvaises graisses.
  • La cuisson importe aussi beaucoup : une frite n’est pas équivalente sur le plan nutritif à une pomme de terre cuite à l’eau ! Les frites sont bourrées de graisse cuites à haute température, ce qui produit des composés réputés donner le cancer, les acrylamides. La cuisson au four à 180 ou 200°C (400°F) tue les nutriments des aliments et crée des toxines. De même, la cuisson longue à l’eau bouillante, ou à l’étouffée pendant des heures. Que de ratatouilles grasses et archi-cuites j’ai préparé dans le temps, pensant bien faire !

Donc bien sûr, manger des brocolis, aubergines, potiron cuits à la vapeur douce, même si la cuisson leur a fait perdre une partie de leur vitamines, n’est pas terriblement mauvais pour la santé  ! Encore faut-il ne pas les arroser d’huile et de sel et maintenir la quantité d’aliments crus largement prédominante.

Car rien ne remplace les produits frais en terme de qualité nutritionnelle.

Souhaitez-vous faire de belles recettes pour le soir ?


Image du livre Menus crus