La peur des calories et l’envie de devenir parfait.

Il faut dire que nous avons besoin de beaucoup de fruits et de légumes pour vivre de façon harmonieuse ce style de vie, uniquement relié à l’alimentation crue et végétalienne.
Donc si vous avez en tête un maximum de calories à ne pas dépasser pour garder votre ligne, vous n’y arriverez pas. Je pense que cela ne marche d’ailleurs pour aucun régime alimentaire : se surveiller et compter ou peser sa nourriture est très fastidieux et pénible à long terme. C’est bien pour ça que la plupart d’entre nous, qui avons suivi des régimes restrictifs, en sont toujours revenus au point de départ, avec nos kilos plus nos frustrations à soigner !

courses alim crue

 

1 – La restriction alimentaire.

La plus importante cause de l’échec du régime cru vegan vient donc de là : l’habitude de la restriction alimentaire. Prétendre qu’avec cette alimentation, on a toujours faim, puis revenir au cuit, c’est ne pas comprendre que lorsqu’on a faim, il suffit de manger. Lorsque la faim est régulièrement satisfaite, on perd l’habitude de manger pour compenser les efforts de la veille, de manger en cachette, de manger avec culpabilité, de manger pour se consoler etc. Manger tout simplement quand on a faim et s’arrêter lorsqu’on se sent satisfait, est la meilleure façon de ne pas manger trop. Cela parait évident et pourtant peu de personnes savent encore le faire !

Le fait de ne pas manger assez, provoque des crises de boulimie, ou sans aller jusque là, de grand désirs d’aliments inscrits dans notre cerveau comme « aliment-récompense » ou « aliment-plaisir »
… j’ai  nommé tous les mélanges sucrés-gras ! Car oui, il n’y a rien de meilleur, rien de plus satisfaisant à première vue sur le moment, qu’un gâteau, du pain et du fromage (pour les non vegan), une barre au chocolat etc. Or ces aliments, manufacturés ou non, denses et pauvres en vitamines, affaiblissent notre organisme, qui met en place des programmes de stockage de graisse, limite la distribution des sucres dans nos cellules et finalement ne nous fait pas de bien.
Donc, lorsque vous avez faim, mangez des fruits, et mangez-en suffisamment. ET ne mangez rien de gras en même temps pour ne pas perturber le système de distribution du sucre et faciliter la digestion. N’oublions pas que les fruits sont riches en sucres et en eau, sans parler des vitamines. La plus grosse partie de leur volume sous forme d’eau, va donc être éliminée très rapidement. Les sucres vont être utilisés astucieusement, nourrissant les cellules du corps qui n’avaient pas leur dû (d’où la sensation de faim) et le cerveau va entériner le fait que la satisfaction est revenue et qu’on peut penser à autre chose ! (aller courir par exemple ! non, je plaisante).

 

2- Le perfectionnisme 

Mais je vois un deuxième obstacle au fait de réussir à être tellement heureux avec le crudivorisme. C’est en tout cas quelque chose que j’ai ressenti, à vous de me dire si cela vous parle aussi : l’impression qu’on n’arrivera jamais à être parfait ! Dans le petit monde du crudivorisme, on a vite fait de croire que pour profiter il faudrait suivre tous les conseils trouvés sur la toile ou dans des livres. Or que penser de tous ces raw-foodistes (en France nous n’avons pas de gourous comme aux Etat Unis dans ce domaine), qui tous, distribuent des conseils avec beaucoup d’aplomb, mais qui se contredisent constamment entre eux. Qui croire ? Qui suivre ?
Il y a les purs et durs : « 100% cru sinon t’es rien ! », les adeptes du cuit le soir qui prétendent que sinon le régime n’est pas durable. Sans parler de certains grands noms qui sont finalement revenus au cuit et parfois à la viande !
Alors je vais vous dire : il faut faire la part des choses, savoir pourquoi certains n’ont pas persévéré, et faire ses propres expériences, sans croire les yeux fermés qui que ce soit. D’une part, parce que ces personnes ont commis des erreurs dans leur façon de conduire leur mode d’alimentation et d’autre part, parce qu’on est tous différents.
J’ai comme ça suivi de grands noms très respectés du monde cru, avant de comprendre en étudiant leurs sites ou leurs livres, qu’ils mangeaient beaucoup trop de noix et de gras en tout genre, et que cela expliquait leurs défaites. C’est alors qu’ils ont pointé le manque d’oméga 3, comme si cela était un problème en alimentation crue, alors que cela les a incités à manger encore plus de graines. Or fussent-elles riches en oméga 3 (comme les graines de lin, de chia, de chanvre, ou les noix), ou pas, l’excès de gras est toujours désastreux pour la santé.
Moi, je ne me laisse plus impressionner par la notoriété de quiconque : j’analyse et je fais mes propres expériences. Concernant les oméga 3, je constate avec cronometer que le fait de manger des fruits et des légumes m’apportent exactement le rapport oméga 3/oméga 6 idéal. Car lorsqu’on déplore le manque d’oméga 3 dans l’alimentation, on oublie parfois de nous dire que, plus que la quantité d’oméga 3, c’est le ration oméga 6/3 qui est important, et qui a malheureusement évolué dans le mauvais sens depuis la prolifération des produits manufacturés riches en huile de tournesol (augmentation fulgurante des années 50 jusqu’à nos jours). D’où le besoin de compenser en prenant des comprimés d’oméga 3, très en vogue. Mais je vous assure qu’avec mon alimentation, je n’en ai plus besoin du tout.

Pour ceux des meneurs qui se trouvent bien dans la mouvance crue-faible en gras, il y a ceux qui assurent que pour une parfaite digestion, il faut ne prendre qu’un fruit à la fois. C’est le « mono-meal », repas d’un seul fruit. Il est vrai que plus on avance dans l’alimentation crue et moins on fait de plats compliqués, plus on a envie effectivement de ne manger que des poires le midi, ou que des bananes, ou que des oranges. Parce qu’on s’est habitué aux quantités de fruits qu’il faut avaler (pas 2 poires, mais 7 ou 8 au moins pour un repas) et qu’on trouve cela plus facile. L’idée même de repas, surtout pour le midi, évolue beaucoup par rapport aux habitudes françaises de plat chaud et frit. (steak-frites, oeuf au plat- frites ou salade et huile, etc.) pour aller vers la fraîcheur et la simplicité. Et, oui, j’ai constaté, que la digestion était encore plus douce avec un seul fruit, par rapport à une salade de 3-4 fruits. Mais vraiment, il n’y a pas de quoi se stresser ! Tout vient à son heure, et manger cru le plus possible est déjà tellement bénéfique !

Donc si vous voulez connaitre les bienfaits du cru sur le long terme, ne cherchez pas la perfection. Sentez vos besoins, et gardez à l’esprit qu’on peut toujours essayer et rectifier si cela ne nous satisfait pas.

Je reçois de nombreux mails (et je vous en remercie) où vous me faites part de vos doutes et de vos peurs. Ce que je dis souvent c’est qu’il ne faut pas craindre l’apocalypse en remplaçant les repas habituels du matin et du midi, par des fruits, qu’ on ne risque pas grand chose (si ce n’est de se sentir super bien ), que les anciennes options sont toujours là et que vous pouvez y revenir quand bon vous semble !
Je reçois aussi des critiques concernant les fruits pas de saison, pas du coin… tout ce « écologiquement correct », qui ferait qu’on ne mangerait que deux fruits et un légume en hiver !
C’est vraiment un procès qui ne me touche pas beaucoup car même si mes fruits et mes légumes sont importés, la dépense en carburant et en eau est infiniment moins importante que pour tous les produits qui voyagent 2-3 fois autour du monde avant de finir dans des paquets ou des bocaux ou que l’élevage intensif ne provoque et que les gens achètent sans réfléchir !
On n’est pas parfait dans tous les domaines. Ma seule exigence est l’abandon de la souffrance animale pour nourrir (mal) les humains ! Après, vivre en autarcie dans son coin de terre, me parait idéal mais utopique. Tout ça pour dire qu’ici encore, ballotté par les conseils et exigences de perfection des uns ou des autres, on peut perdre l’enthousiasme du début et revenir en boudant, à l’alimentation de l’humain du XXIème siècle : morte, mal équilibrée, trop riche, et vectrice des maladies du siècle !

Un autre risque c’est, en pénétrant le mouvement de la santé, de découvrir des tas de pratiques dites naturelles, et de croire que le salut en dépend ! ce qui finalement angoisse et désespère. Nul besoin d’être pur, lavé de l’intérieur, toujours au top de la remise en forme. Parce qu’il y aura toujours une poudre de ceci qui améliore vos défenses immunitaires, une pratique de cela qui soignerait tel déficit…
L’équilibre vient de la mesure : manger en majorité des fruits et légumes frais, crus, autant que vous en avez besoin, tout en limitant les noix et graines… voilà la seule chose de départ à savoir. 

Si vous êtes dans une phase de doute ou d’envie d’envoyer balader tout ça, alors réfléchissez à la quantité de vos aliments (mangez-vous assez ? vérifiez sur cronometer ), à votre sensation de plaisir (remplissez-vous des cases à cocher ou appréciez-vous ce que vous faites ?), à la quantité de gras (10% des calories de la journée et plus de temps en temps, ou tout le temps  beaucoup plus ?)… qui sont les vraies raisons d’un éventuel échec, et ne vous mesurez pas aux diktats extrêmes : jamais de sel, jamais d’huile, pas assez de salade, trop de légumes verts (certains prétendent qu’il faut laisser de la place pour les fruits), jamais de cuit, des mono-meals plutôt que des mélanges de fruits, de périodes avec que des bananes … Oui, il y a une raison à tout ça, et tout est vrai, mais on peut vivre bien en se détendant, en comprenant les grands principes des bénéfices du cru vegan faible en gras… et en s’accordant des moments de « dérapages » en famille ou en société, sans grande importance. N’essayez pas d’être tellement sain et parfait dans TOUS les domaines que vous risqueriez de vous changer en statue et d’oublier de vivre !
Ce n’est que l’alimentation après tout !

Parce que je sais par où passent les débutants qui s’intéressent au crudivorisme, j’ai fait le tour de la question et j’ai tout enregistré dans une vidéo explicative. Un des points forts sur lequel j’ai mis l’accent, est justement comment  » ne pas basculer dans le dogme ».
Si pour vous, manger 100% cru vegan est ce qui vous rend heureux, alors c’est parfait ! Si pour vous ajouter du cuit vous convient, c’est parfait  aussi ! Essayez  et jugez par vous-même.

 

Téléchargez tout de suite ces deux livrets offerts !

  7 secrets de l'alimentation crue
  1 semaine de menus crus