Une alimentation intelligente qui respecte notre corps.

 

Tout le monde le sait, nous trouvons dans la nourriture trois éléments indispensables : des protéines, des lipides et des graisses.
L’enseignement du docteur Graham, c’est que l’alimentation idéale se résume en ces chiffres : 80/10/10 (The 80/10/10 Diet). C’est à dire que l’alimentation idéale des humains est 80% de glucides, 10% de lipides et 10% de protéines (en pourcentage de calories absorbées et non pas en poids). Prenons une femme qui a besoin de 1800 calories par jour, 10% représentent 180 calories. Pour un homme à 2500 calories par jour (ce sont des exemples), ce sera 250 calories de lipides et 250 calories de protéines, et 2000 de sucres.

Pourquoi 10% de protéines seulement ?

Les besoins en protéines ont été surévalués dans le passé, en fait ils le sont encore aujourd’hui dans l’esprit de bien des gens. Or il y a bien plus de dangers à manger trop de protéines que pas assez. On est bien loin des obligations de prendre une source de protéines trois fois par jour. Trop de protéines dans notre régime provoque de troubles de santé comme la constipation (soignée à coups de laxatifs qui abîment encore plus le corps), des troubles digestifs qui mènent à la toxémie, l’élévation du nombre de déchets toxiques dans le sang et aux cancers. « Dysfonctionnement auto-immune, arthrite, vieillissement prématuré, altération des fonctions du foie, problèmes de reins, ostéoporose et beaucoup d’autres maladies dégénératives sont le résultat d’une absorption supérieure de protéines par rapport  nos besoins réels ». Voilà ce que nous dit le docteur Graham.

Les besoin en protéines sont en fait de 10% par rapport au nombre de calories totales sur une journée. C’est ce que nous enseigne le docteur Graham. Le docteur Campbell abaisse même ce taux à 5%. Il a passé sa vie à étudier l’impact de l’alimentation sur la santé et s’est appuyé sur des centaines d’études.Le Rapport Campbell :
La plus vaste étude internationale à ce jour sur la nutrition
Ces protéines se trouvent dans ces proportions dans les végétaux ! 10 pêches, 10 bananes, 3 tomates, 2 concombres, le jus de 6 oranges, 1 laitue, le tout pris dans une journée amène suffisamment de protéines pour être en forme, soit 35 grammes (pour 1930 calories totales, 6%)

10% de graisse, cela représente très peu de graisse dans une journée !

Les graisses ou lipides sont primordiales pour que notre corps fonctionne bien. Ils sont l’élément essentiel des membranes cellulaires, particulièrement importantes pour que les échanges d’ions se fassent correctement au travers des membranes cellulaires. Les cellules nerveuses sont particulièrement riches en graisses. Le cerveau est l’un des tissus les plus riches en lipides (60% de la matière sèche). Donc, oui, nous avons besoin de renouveler notre stock en consommant des graisses.
Docteur Graham nous explique que là encore, les besoins sont surévalués. Comme pour les protéines, c’est 10% des calories quotidiennes qui sont nécessaires. Surtout pas plus. Un croissant ou du beurre sur du pain le matin, une salade à la vinaigrette le midi, des amandes dans l’après-midi, du riz assaisonné avec de l’huile et une omelette le soir et vous avez explosé votre réserve en graisse !
30 grammes de noix… et c’est déjà 185 cal dont 83,4 % de lipides. C’est presque déjà trop pour un besoin de 1800 calories quotidiennes.
1/2 avocat de 200 g… c’est 161 calories dont 76,6% de lipides. Donc un avocat entier, c’est déjà trop même pour un homme qui consomme 3000 calories par jour (un grand sportif, quoi !)
Donc ça va très vite ! D’autant plus que les fruits et les légumes contiennent déjà des lipides ! Amusez-vous à tester avec cronometer les fruits et légumes que vous consommez, vérifiez bien les quantités que vous rentrez et constatez !

80% de sucres pour nourrir nos cellules

Quant aux glucides, ou hydrates de carbone, ils sont la source première de carburant pour toutes les cellules du corps. Les sucres absorbés circulent dans le sang et vont nourrir nos cellules avides de carburant. Il est primordial de manger assez de sucre (provenant de fruits, pas de bonbons…. Il y a sucre et sucre !) car si nous en manquons, notre corps va convertir les lipides et les protéines en sucre. Il fait feu de tout bois, comme on dit, il prend ce qu’il a sous la main… (si j’ose dire !)
Mais le hic, c’est que ces conversions créent de la cétone par le foie, ce qui entraîne l’acidocétose qui affecte le cerveau et va jusqu’à provoquer des comas.
Donc, mieux vaut manger assez de sucre et ne pas compter sur ses réserves de graisse pour compenser. (Vous voyez un peu le danger de certains régimes très à la mode qui préconisent des protéines, des graisses et pas de sucres !)

Les sucres sont indispensables, mais pas n’importe lesquels. Pourquoi ? Parce que seuls les fruits sont composés de sucres simples qui ne demandent pas d’efforts au corps puisqu’ils ne nécessitent pas de transformation.
Parce que pour avoir du carburant, le corps peut tout transformer en sucre simple : les protéines, les lipides et les hydrates de carbone complexes. Donc les céréales ne sont pas idéales du tout pour nourrir nos cellules. Elles le font bien sûr, mais leur transformation au cours de la digestion prend beaucoup d’énergie. Cela fatigue. La digestion fatigue. Pourquoi croyez-vous qu’on se met à somnoler après un gros repas ?  Cela n’arrive plus jamais avec l’alimentation crue ! Au contraire, on se sent en pleine forme.

Pour être en bonne santé, il faut donc énormément limiter l’apport de graisse, parce qu’en plus cela interfère avec l’utilisation adéquate des sucres, par l’intermédiaire de l’insuline.
Il faut cesser de s’inquiéter de ses protéines, qui  seront toujours assez suffisantes.
Et il faut manger assez de fruits pour avoir assez de calories et assez de nutriments, être résistant, et en bonne forme. Si on ne mange pas assez, on s’affaiblit.

Voilà très résumé, l’alimentation du docteur Douglas Graham qu’un grand nombre de gens suivent dans le monde. Si cette alimentation était adoptée plus souvent, je suis certaine que le taux de maladies diminuerait drastiquement.

Après, on peut ne pas manger cru uniquement. Tout le monde n’est pas prêt pour ça. Mais gardez en mémoire de diminuer les graisses (moins de gâteaux, d’huile, de margarine ou de beurre, de plats au fromage…), diminuer ou supprimez les protéines venant des viandes, poissons, oeufs et laitages, et augmentez la proportion de cru à chaque repas. Ce sera déjà beaucoup de fait !

Téléchargez tout de suite ces deux livrets offerts !

  7 secrets de l'alimentation crue
  1 semaine de menus crus