La vitamine K est une vitamine liposoluble, qui joue un rôle important dans la coagulation du sang. Elle a été découverte au Danemark dans les années 1930 par Henrik Dam.

La vitamine K2, beaucoup moins connue, est une forme de vitamine K, qui joue un rôle dans la croissance cellulaire mais surtout qui permet au calcium d’être bien dirigé vers les os et les dents.

 

La vitamine K1  et les légumes verts

La vitamine K1 se trouve dans les légumes verts

Un peu d’histoire

Savez-vous pourquoi on a donné le nom de « K » à l’élément qui a été découvert pour son importance dans la coagulation du sang ? Parce que la lettre K était la première de l’alphabet qui n’avait pas été utilisée pour nommer les autres vitamines, et aussi parce qu’elle était la première lettre du mot « koagulation », comme on dit en danois et en allemand (paraît-il).

En 1943, un américain (Edward Doisy) a partagé avec Dam le Prix Nobel pour leurs travaux sur la vitamine K1.

Les chercheurs  ont découvert que la vitamine K existait sous deux formes, qu’ils ont appelées K1 et K2.

Alors que la déficience en K1 était bien visible en cas de difficultés à coaguler son sang, on a découvert que la K2 permettait de prévenir les caries dentaires.

Vitamine K : [ K1= phylloquinone ] +[ K2= menaquinone] Il existe encore la vitamine K3, encore appelée menadione, qui est une forme créée artificiellement par les laboratoires pharmaceutiques, mais qui n’est plus utilisée car elle amenait trop d’effets secondaires.

Sources et carences

Alors que les herbivores synthétisent la K2  à partir de K1 dans leurs intestins, les humains eux, ne convertissent qu’une toute petite quantité, insuffisante, d’autant que nos intestins sont rendus inopérants par l’action répétée des antibiotiques, par une mauvaise alimentation et des modes de vie délétères.

On manque rarement de vitamine K1 lorsqu’on mange beaucoup de feuilles vertes, persil, choux verts, épinards… mais également des kiwis, de la rhubarbe et des fruits rouges. (Les fruits rouges sont d’ailleurs des trésors  pour notre santé, mais c’est une autre histoire, dont je vous parlerai dans un prochain article.)

Par contre les déficits en K2 sont courants et invisibles. Ce déficit en K2 se traduit par des problèmes dentaires, de l’ostéoporose et parfois dans des maladies cardio vasculaires.

Dans son livre Vitamin K2 and the Calcium Paradox: How a Little-Known Vitamin Could Save Your Life, Kate Rhéaume-Bleue explique l’importance, à son avis crucial, de cette vitamine pour limiter l’athérosclérose par calcification des artères, mais également dans le traitement des diabètes, de l’arthrite, dans la prévention des cancers, de la maladie du rein, de la fertilité, pour faciliter l’accouchement, pour avoir des os et des dents forts et des veines en bonne santé.

 

La vitamine K2 se trouve  dans les produits fermentés, particulièrement dans le natto, soja fermenté japonais, au goût très particulier (les produits fermentés ne sont pas des aliments recommandés par le docteur Graham auteur de The 80/10/10 Diet). On trouve aussi la K2 dans les produits animaux, pâté de foie, foie de poulet et un peu dans les fromages à pâtes molles. Pour des raisons de santé aussi bien qu’éthiques, (voir mon article) ces aliments sont totalement prohibés… de mon alimentation en tout cas !

Alors qu’on entend parler de plus en plus  de l’importance de se supplémenter en vitamine D, on néglige la K2, qui s’avère pourtant avoir une action cruciale et complémentaire avec elle. En effet, la vitamine D augmente l’absorption du calcium, ce qui est une bonne chose pour la santé des os. Une fois que le calcium est absorbé (feuilles vertes et graines) dans le sang, une partie ira vers les os et une autre bonne partie va se retrouver dans vos artères. La vitamine K2 intervient pour amener le calcium là où il faut… et  éviter les problèmes cardio-vasculaires. Ces deux vitamines D et K2 sont étroitement liées : quand on manque de D, la K2 ne peut plus faire son travail. Mais d’un autre côté, quand on prend de la vitamine D et qu’on manque de vitamine K2,  le calcium risque de se retrouver dans la artères pour les boucher au détriment des os ou des dents.

J’ai découvert tout cela dans un texte assez curieux car sans réelle mise en forme et pas forcément très facile à lire, mais qui m’a ouvert les yeux sur la vitamine K2 et m’a amené à lire le livre documenté  (Vitamin K2 and the Calcium Paradox: How a Little-Known Vitamin Could Save Your Life) écrit lui, par un médecin. Ce texte est disponible sur Kindle : The Miraculous Results Of Extremely High Doses Of The Sunshine Hormone Vitamin D3 My Experiment With Huge Doses Of D3 From 25,000 To 50,000 To 100,000 Iu A Day Over A 1 Year Period.

 

La supplémentation en K2

Il existe deux types de suppléments en K2 : la  MK-4 et MK-7.

La MK7 (menaquinone menaQ7 ) est la plus bio-disponible extraite du natto. C’est celle que je prends, avec ma vitamine D (Solgar vitamine D3 liquide) et ma vitamine B12 (explications et péripéties de ma recherche de la meilleure forme de B12 ici). La notice  dit que la vitamine K2 mena Q7 est absorbée plus complètement, reste dans le corps plus long et agit sur la santé des os, des vaisseaux sanguins et d’autres tissus mous.

Nos besoins sont évalués à 200 microgrammes /jour, selon les recommandations de la Norvège (75 micro gramme en France). La vitamine K (1 et 2) est peu toxique même à forte dose et il n’y a pas de risque à consommer éventuellement trop de vitamine K.  Il est inutile de se supplémenter en K1 car cette forme est largement présente dans notre alimentation, comme nous venons de le voir, mais un apport en K2 peut se révéler intéressant car il faudrait manger du natto tous les jours et en grande quantité pour obtenir la dose nécessaire.

Par contre, les personnes sous traitement anti-coagulant par des anti-vitamines K doivent s’abstenir d’une supplémentation. (Le magazine Phytosanté vérité conseille alors de consulter un médecin car il existe maintenant des anti-coagulants oraux compatibles.)

Le magazine Phytosanté a sorti un numéro spécial sur la vitamine K ce mois ci (www.phytosanteverite.com) et le site nutrition.fr en a parlé récemment aussi. Comme quoi cette vitamine commence à intéresser fortement les français.

J’ai pensé qu’il était utile de vous en parler… L’idée qu’il n’existe pas de carence en vitamine K est maintenant dépassée car elle ne prend en compte que la forme K1. Une supplémentation régulière en K2 améliore le tissus osseux, l’état des dents, et diminue le risque de durcissement des artères.

En cas de règles douloureuses, une étude a même démontré que la prise quotidienne de 200 microgramme de K2 par jour pendant 2 à 4 jours avant la période des règles diminuait significativement les contractions de l’utérus.

Donc pensez à augmenter votre consommation de légumes verts pour votre K1, et peut-être à prendre, comme moi, une vitamine K2 chaque matin. Qu’en pensez-vous ?

Voici parmi les marques qui la commercialisent (Now foods,  Higher Nature et Doctor’s best) celle que j’utilise : Now Foods- Vitamine K-2- 100 mcg- 100 capsules

Sources :

Vitamin K2 and the Calcium Paradox: How a Little-Known Vitamin Could Save Your Life

The Miraculous Results Of Extremely High Doses Of The Sunshine Hormone Vitamin D3 My Experiment With Huge Doses Of D3 From 25,000 To 50,000 To 100,000 Iu A Day Over A 1 Year Period

www.phytosanteverite.com

Téléchargez tout de suite ces deux livrets offerts !

  7 secrets de l'alimentation crue
  1 semaine de menus crus