Comment en suis-je venue à manger cru… ?

Quand j’étais végétalienne, juste végétalienne, et que je mangeais des plats cuits, du riz, des pâtes, du quinoa, du tofu etc., je pensais que je me nourrissais de la meilleure façon possible.

Il est vrai que comparé aux pizzas, hamburgers, sandwichs, plats préparés trop salées, hot-dog et autres horreurs, c’était déjà pas mal !

Et puis je ressentais énormément le plaisir, le soulagement même, de ne manger que des aliments végétaux et donc de ne heurter aucun animal.
Avant, alors que je ne mangeais pas de viande depuis de longues années, je me forçais à prendre du poisson parce qu’on m’avait dit que c’était indispensable. J’aimais manger du fromage et  des oeufs. Et puis, j’ai découvert l’enfer qu’est la vie des poules pondeuses,  l’hécatombe des poussins mâles broyés vivants à peine nés, le malheur des vaches à lait qu’on sépare de leur veau et qu’on médicalise pour avoir souvent des veaux puis pour devenir encore plus « rentable » en donnant beaucoup trop de lait (ce qui occasionne des douleurs et infections des pis), sans parler de leur viol légalisé et normalisé, et l’agonie horrible des poissons sur les bateaux, leur sensibilité extrême, dont je ne connaissais rien avant.*

Mais, j’étais toujours en lutte avec mon poids, mon obligation de me restreindre, je me sentais lourde souvent au niveau du ventre, je dormais mal avec des réveils fréquents, je me sentais fatiguée, et j’avais souvent des maux de tête.

Par hasard, j’ai lu le livre de Kriss Carr, Creazy Sexy Diet, où elle raconte comment elle s’est guérie d’un cancer incurable grâce à un changement de nourriture et de vie. Notamment  grâce aux jus de feuilles vertes avec un extracteur de jus. De fil en aiguille, j’ai découvert, avec Victoria Boutenko, l’importance des feuilles vertes, des jus de légumes et des smoothies d’aliments crus. Toujours avide de découvertes, je me suis ruée sur les livres de cuisine des Chefs Rawfoodist (crudivores), et j’ai a-do-ré !
Mais au bout d’un certain temps pourtant, je ne me sentais pas si bien que ça, je trouvais que j’achetais des tonnes d’amandes, de noix de cajou et je me suis remise à essayer de comprendre.
Là, j’ai découvert que les pionniers eux-même étaient tombés malades avec tout ce gras dans leurs recettes, et que le gras n’était pas meilleur cru que cuit ! (un peu meilleur certes parce que n’ayant pas subi de réactions d’oxydation, mais très néfaste vu les quantités absorbées).

retour de courses

Toujours à la recherche d’évolutions possibles pour une meilleure santé, j’ai découvert les livres du Docteur Graham, ceux de Frederic Patenaude, du Docteur Furhman le site http://www.30bananasaday.com/ et plein d’autres, les témoignages, les histoires de guérisons…

J’ai décidé d’appliquer les principes de cette alimentation crue, végé et très pauvre en graisse.
J’y suis allée doucement. J’ai respecté les envies de mon corps (ou de mon cerveau) un temps pour leur laisser le temps de s’y faire… ce qui a entraîné tout doucement mon mari à faire le chemin lui aussi vers cette nourriture à base de fruits, assez inhabituelle de prime abord.

J’ai découvert qu’il fallait faire pas mal de courses de fruits et de légumes… que, par contre, j’économisais sur tout le reste : plus d’épicerie, plus de confiture, plus de sucre, plus de pâtes, plus de farine (avant je faisais le pain chaque jour), plus de produits de soja, plus de laits d’amande, de riz… bref, de grosses économies finalement. En plus, au bout de quelques mois, j’ai demandé à avoir une remise sur des grosses commandes de fruits et légumes dans mon magasin bio… et ils ont accepté !

Un jour, je me suis rendue compte que je n’avais pas eu mal à la tête depuis belle lurette, ni de rhume ou de maux de gorge, que je dormais bien (il faut dire que j’avais arrêté le café), que j’avais une énergie, une pêche et une envie de tout entreprendre comme à 20 ans… même mieux 😉 !
Et mon poids descendait régulièrement, incroyablement facilement, sans restriction aucune de nourriture. Au contraire, il faut faire attention de manger assez de fruits au début, car on n’est pas habitué. Et donc je me régalais, je ne comptais pas, et je maigrissais ! Alléluia !

Mon mari qui est très sportif, a trouvé que le (très) petit surplus de gras avait disparu, lui qui ajoutait du sel partout, n’en a plus besoin (la salière a disparu de la table). Il se dit très étonné de constater que son  grignotage dans la journée s’est envolé, et son envie de sucre à la fin du repas aussi, lui qui est très « sucré ». Et le plus beau, c’est que ses problèmes de digestion ont totalement disparus.

Tout cela est rigoureusement vrai. Incroyablement facile, et agréable à mettre en place.
Si cela nous a fait du bien, cela peut vous faire du bien aussi, non ?

Pour éviter les erreurs des débuts, je vais vous expliquer comment faire… A demain 🙂

Grosse commande
Grosse commande

*Sur le sujet, lisez le petit livret « Poissons le carnage« , très instructif, que l’on peut se procurer auprès de l’excellent association Ethique et Animaux L214 pour 3 € http://boutique.l214.com/brochures ou télécharger gratuitement sur http://tahin-party.org/dunayer.html. Tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir sur les poissons, la pêche, les élevages, les aquariums et tout ce qui s’ensuit…et que vous ne saurez jamais si vous ne lisez pas ce livret.

 

Méthode Crudivegan